TEST – Sakura Wars

Bomboy
Temps de lecture:11 Minutes

Test - Sakura Wars

Cela fait dix ans que la série Sakura n’est pas revenue en Europe ! En effet, le dernier opus en date fut Sakura Wars: So Long, My Love sortie sur Nintendo Wii. Aujourd’hui, nous sommes en 2020 et Sega nous propose un épisode sur PlayStation 4 sous-titré en français nommé Sakura Wars ! Que propose le titre ? Est-il bon ? Peut-on le considérer comme un RPG ou un Visual Novel ? Les réponses ci-dessous.

 

Direction Tokyo

Sega semble avoir pris conscience de l’importance de ses franchises et la firme commence à les exploiter dignement ! Après avoir sorti du japon la licence Yakuza et avoir proposé un spin-off avec Judgment, Sega revient avec un titre fort en Europe, Sakura Wars, qui se retrouve sous-titré en français (Bonne nouvelle, non ?).

Pour revenir à Sakura, si les anciens opus nous avaient permis de se balader dans les rues de Paris ou encore de New York, Sakura Wars nous propose de revenir au pays du soleil levant et en particulier à Tokyo. Malheureusement, votre arrivée dans l’archipel ne sera pas de tout repos…Ici, vous incarnerez le commandant Seijuro Kamiyama, qui aura la lourde tâche de constituer une nouvelle équipe de combattantes pour faire face à la menace démoniaque, plus pressante que jamais.

Et la tâche ne s’annonce pas des plus facile, car la brigade Fleurs est aux bords du gouffre et la ville de Tokyo se retrouve protégée par la brigade Sakura de Shanghai ! Vous l’avez compris, la situation financière de l’équipe ne permet plus à la team Sakura Fleur de protéger Tokyo et ce sont dorénavant les agents de Shangai qui s’en chargent…

Quant on parle de la faillite pour la brigade Fleurs, nous ne parlons pas d’un léger soucis pécunier, ni même d’un soucis managérial de l’équipe…Mais d’une team Sakura déconfite : En effet, tout est à revoir, le théâtre impérial(qui s’avère être le QG des héroïnes quand elles ne combattent pas les démons) tombe en lambeau, le public n’est plus présent pour les spectacles et l’ argent ne rentre plus dans les caisses …Cela s’avère problématique, car les Sakura ramassent de l’argent en divertissant le public et cela leur permet de faire des maintenances régulières à leurs mécha nommés Mugen qu’elles utilisent en cas d’attaques démoniaques ! Vous l’avez compris dans Sakura Wars, le scénario démarre assez fort, Mais comment celui-ci évoluera au fil du temps ? On vous répond à cette question sans spoil en dehors du synopsis noté ci-dessus !

Technique et gameplay

 

Dans un premier temps, le level design et le chara design de Sakura Wars impressionnent avec un environnement manga coloré et des lieux hauts en couleurs, on apprécie également les cinématiques du jeu qui font appel à la série avec un rendu animé des plus séduisant. Et il faut savoir que les cinématiques et les dialogues seront nombreux dans Sakura Wars qui fait plus office d’un Visual Novel qu’un RPG.

En effet, si Sakura Wars vous propose de remettre sur pied le théâtre et de reformer la troupe impériale de combattantes, cela ne sera pas de tout repos et il faudra beaucoup dialoguer avec les filles, mais également avec de nombreux PNJ.

Commençons par la troupe impériale, si au début nous ne rencontrons que quelques-unes des combattantes, cela s’étoffera au fil du temps avec des personnages très agréables, qui contrastent avec des implications inattendues, des motivations sombres et même des secrets inexprimables.

Que vous choisissiez l’héroïne de garde, la douce et innocente Sakura Amamiya, la sensuelle actrice européenne Anastasia Palma ou la prêtresse Hatsuho Shinonome, il y aura vraiment quelque chose pour tout le monde, avec cinq protagonistes avec qui il sera possible de tisser des relations diverses allant de la haine profonde à l’indifférence, en passant évidemment par l’amour et l’amitié.

Comme pour les titres précédents de la série, Sakura Wars fut développé comme un Visual Novel ! Que les choses soient claires, dans le jeu le texte est prédominant et si vous aimez passer les dialogues …Alors, le titre n’est pas fait pour vous ! Ici, nous passerons des heures à lire des dialogues et à parler à tout le monde…. Il faudra d’un côté, remettre le théâtre en route, faire la promotion du spectacle, parler avec les combattantes (voir les draguer) ou encore partir pour diverses missions secondaires via des quêtes annexes.

Oui, j’ai dit quêtes annexes, mais ne vous trompez pas, nous sommes loin d’un rpg et les quêtes annexes restent relativement simples et permettent au scénario de se dérouler sans accroche… Ici, vous ne pourrez pas évoluer votre personnage, ni même sa tenue par exemple ! En effet, tout cela reste figé par une trame scénaristique préconçue qui pourra néanmoins changer au fil des discussions. Quand je dis changer, je ne parle pas du scénario en lui-même, mais plutôt des rapports que vous avez avec les combattantes … Serez-vous un commandant digne de ce nom ? Ou allez-vous épier les combattantes sous la douche, avoir des regards déplacés sur leurs poitrines ou autres ? Des questions dont vous seul avez les réponses.

En dehors des héroïnes à gérer, il faudra faire la promotion du théâtre en se transformant en statue caouhete, il faudra enquêter de temps à autres, rechercher des personnes dans la ville ou encore gérer ses sentiments.

En dehors du scénario qui reste prédominant dans le titre, Sakura Wars permet également des phases d’actions contre des démons et celles-ci nous permettent de contrôler le Mugen en temps réel avec une jouabilité relativement simpliste ! En effet, les Mugen se contrôlent via quatre touches que nous pouvons nommer attaque puissante, attaque rapide, saut et attaque spéciale…Néanmoins, seulement trois touches sont utilisables tout le temps, car pour effectuer l’attaque spéciale, il faudra remplir une jauge… Une fois celle-ci complète, une cut-scene apparaitra où vous verrez votre protagoniste et son robot puis vous reviendrez sur le champ de bataille là où vous avez activé votre attaque pour dévaster les ennemis.

Notez que si seulement trois à quatre touches sont utiles en début de partie, cela changera avec le temps où il sera possible de contrôler son Mugen ou de switcher de Mugen pour celui d’un membre de votre équipe en appuyant sur la gâchette R1.

Si l’on apprécie grandement les combats, qui nous font penser à un petit Muso voir à un Beat them all de temps à autre, on reste malgré tout quelque peu déçu de la difficulté ! Si les combats en temps réel sont plaisants, il faudra la plupart du temps appuyer frénétiquement sur des boutons sans technique particulière pour battre les démons et l’on sent que la difficulté des combats a été revue à la baisse par Sega pour plaire au grand public.

Roman Erotico-Apocalyptique 

Si je vous ai synthétisé le gameplay de Sakura Wars dans le paragraphe du dessus, je vais essayer d’y revenir un peu plus en profondeur ! Vous l’avez sans doute compris, mais je préfère être assez clair dans mes propos et vous rappeler que le gameplay est divisé en deux segments bien distincts : d’un côté, vous avez les phases de Visual Novel (discussion) qui accaparent 75% de votre temps avec des discussions avec des PNJ, mais surtout de nombreuses rencontres avec les combattantes de votre équipe ! Cela n’est pas anodin dans le gameplay, car le rapprochement avec votre personnel pourra amener à resserrer les liens de l’équipe, créer des situations amoureuses, voir érotico… Ne vous attendez à rien de transcendant, car Sakura Wars n’est pas épingler d’un PEGI 18 mais d’un 16…Néanmoins, on parlera petites culottes, poitrines et histoires d’amour avec la team fleur assez régulièrement !

Bon, on ne parle pas que de cela, car le titre est avant tout un jeu humain et il faudra avoir du tac pour réconforter une femme triste, une héroïne furieuse ou encore un ninja…Autant, le dire il faudra bien choisir ses réponses et pour cela Sakura Wars propose un système à choix multiples (de deux à quatre réponses disponibles selon les cas) avec un chronomètre intégré ! Vous l’avez compris, il faudra répondre assez vite et si aucun choix ne vous satisfait vous pouvez laisser le chronomètre tomber a zéro pour montrer votre désaccord avec les réponses proposées !

Dans tous les cas, si une réponse satisfait un membre de votre équipe, vous entendrez un petit son cristallin resonner vous faisant comprendre que la personne acquiesce votre réponse, dans le cas contraire un son lourd se fera entendre montrant le désaccord avec vous.

La deuxième phase est le combat contre les démons via les Mugen et clairement cela ne sert que de prétexte et d’intermède entre les chapitres et rien de plus ! Certes, le scénario parle de démons, certes l’histoire est liée à cela…Et pourtant, il est relativement facile de se sentir devant un jeu de drague militaire plutôt qu’autre chose ! Néanmoins, tout n’est pas négatif dans le jeu car les combats contre les démons évolueront au fil de l’aventure tout comme vos Mugen…Si vous n’avez pas de points d’expériences pour évoluer vos robots, certains personnages auront le droit à plusieurs Mugen durant le jeu et certains sont assez redoutables.

En dehors des Mugens, les démons évolueront également et si les adversaires démoniaques basiques seront là quasiment tout le temps d’autres feront rapidement leur apparition et ceux-ci pourront être assez grands, volants, équipés de boucliers voir utiliser de la magie ! Serez-vous prêt à combattre dignement ? La réponse est certainement en switchant régulièrement avec les divers personnages, en faisant des attaques de bases , voir des attaques spéciales…Néanmoins, il reste une problématique dans les combats, si nous pouvons verrouiller les ennemis que nous souhaitons attaquer , les dragons aériens et autres consorts restent difficiles à abattre…Enfin façon de parler, car dans les faits ils sont assez simples à détruire , mais comme les Mugens utilisent un sabre ( du moins une bonne partie de l’histoire), il faudra être à coté et sauter en face d’eux pour les tuer et quand le verrouillage est activé, il arrive de sauter à côté ou de voir la camera partir en vrille. Malgré cela, les combats restent agréables à exécuter.

A coté des dialogues et des combats, Sakura Wars propose également de se détendre avec son téléphone au jeu Koi-Koi, il s’agit d’un jeu de cartes où vous pourrez défier la brigade de la team fleur, mais également d’autres personnages que vous rencontrerez durant l’aventure. Je pense avoir fait le tour sur le gameplay de Sakura et il est temps de parler des choses qui fâchent dans le paragraphe suivant.

Sakura Wars : Un jeu parfait ?

Vous le savez la perfection n’existe pas dans ce monde et Sakura Wars n’est pas exempt de défauts même si le titre de Sega s’en sort plutôt bien ! Le premier défaut dont je souhaite parler se trouve être les dialogues, ceux-ci sont nombreux et peuvent gâcher l’expérience de jeu…Car si nous aimons dialoguer avec les combattantes, les PNJ ou encore les autres brigades, on aime également combattre des démons…Malheureusement, il faudra par moment attendre très longtemps avant de partir combattre des démons pour laisser se dérouler le scénario du jeu…

D’ailleurs, parlons-en des dialogues, ceux-ci sont bien écrits et l’on voit les protagonistes parler en japonais avec une traduction en français dans les bulles de discussion permettant de ressentir les émotions des personnages…Mais cela ne dure pas et il relativement fréquent de commencer une discussion avec une personne qui parle, puis d’un coup on se retrouve avec un blanc et seulement du texte, sans son ! Ne cherchez pas, cela ne vient ni de votre TV, ni de votre console, c’est juste Sega qui a décidé de ne pas faire d’audio pour l’ensemble des discussions pour un soucis financier ! Si l’on peut comprendre cela, on se dit que finalement il aurait pu faire un effort pour une série aussi importante que Sakura.

A côté de cela, on pourrait également notifier quelques petits soucis de camera durant les combats avec les Mugens et c’est quasiment tout ! Certains diront que le jeu est facile et que celui-ci manque de challenge…Mais cela reste à voir dans quel camp vous appartenez celui des Visual Novel ou des RPG !

 

Conclusion 

Si certains médias présentent Sakura Wars comme un RPG, il s’avère que celui-ci lorgne plus sur le Visual Novel qu’autre chose ! En effet, ici vous n’aurez pas de potion à utiliser, les personnages n’évolueront pas et seul les MUGEN (méchas) s’amélioreront au fil du temps ! Néanmoins, le scénario reste sympathique à faire et retiendra l’attention des joueurs fans de la licence Sakura où souhaitant combattre les démons et draguer les jeunes héroïnes de la brigade fleurs !

Malgré quelques défauts audios, chez GeekNPlay on apprécie la localisation française d’excellente facture qui permettra à tout à chacun de profiter de l’aventure, malgré certains dialogues un peu prudes et léger… On regrette malgré tout une difficulté assez faible et des défis quasi inexistant par rapport à d’autres opus du passé ! Néanmoins, Sakura Wars remplit très bien son rôle, maintenant reste à voir si vous découvrez la série ou pas, car votre avis pourrait légèrement différer, les anciens trouveront sans doute le titre trop léger et les nouveaux apprécieront sans doute l’expérience du moment ! Nous on a apprécié et l’on part refaire le jeu une deuxième fois en modifiant les dialogues pour voir les réactions des protagonistes.

2 0
Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
100 %
Sleppy
Sleppy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Sakura Wars

7.8

Note

7.8/10

POINTS POSITIFS

  • Un visual novel sympathique
  • Personnages adorables avec leurs propres caractères ...
  • Des cinématiques en animé de toute beauté
  • Une bonne durée de vie
  • Une rejouabilité via différents choix textuels

POINTS NÉGATIFS

  • Un arc narratif prévisible
  • Quelques soucis de caméra
  • Des phases de gameplay trop simplifiées (les combats trop simples en Mugen)
  • Trop de dialogues par moment ?

Laisser un commentaire

Next Post

Paper Mario - The Origami King sur Nintendo Switch se dévoile !

  Quelle impression sanglante Paper Mario: The Origami King a-t-il fait ? Disponible en pré-chargement, avant son lancement le 17 juillet, Paper Mario: The Origami King ressemble à unvéritable retour en forme pour la série. Le roi Olly s’est emparé du château de la princesse Peach dans le cadre de […]