Pepper Grinder pc

Pepper Grinder est un platformer rétro en pixel art 2D développé par Ahr Ech et MP2 Games et édité par Devolver Digital. Le jeu, disponible sur PC et Nintendo Switch depuis le 28 mars 2024, place le forage au cœur de son gameplay. Creusons donc à la recherche des qualités de ce titre exigeant.

Toi, tu creuses…

Pepper Grinder ScénarFidèle à son ambiance rétro, Pepper Grinder est un jeu qui ne s’attarde pas sur les détails scénaristiques. On y incarne Pepper, une jeune fille qui fait apparemment naufrage sur une île. Alors qu’elle est inconsciente sur la plage, des monstres verts portant une vrille sur le front, habitants de l’île, lui volent son trésor. Elle cherche à le récupérer, mais Menthe, une autre humaine, brise le pont sous les pieds de Pepper, l’envoyant au plus profond d’une grotte. Elle y découvre Grinder, une foreuse qui sera son compagnon le plus fidèle au cours du jeu. Ni une, ni deux, elle se lance à la poursuite des voleurs. Et c’est parti pour l’aventure !

Vous l’aurez compris, mis à part les sauts, éléments indispensables des jeux de plateformes, tout le gameplay tourne autour de l’usage de Grinder, votre foreuse. En effet, les niveaux sont remplis d’éléments ductiles, généralement du sable ou de la roche.

Une fois sous terre, vous avez la possibilité de vous déplacer rapidement en dessinant des trajectoires circulaires. En sortant de sous terre, vous effectuez un saut plus haut que la normale, vous permettant, avec assez de précision, d’atteindre des plateformes inaccessibles autrement. Un boost de vitesse est également disponible pour vous faire aller encore plus vite et sauter encore plus loin et plus haut.

Bien sûr, votre chemin est semé d’ennemis retors, notamment les monstres verts qui vous ont lésée. Mais rassurez-vous : il ne vous coûtera généralement qu’un bon coup de foreuse pour les pacifier. Le bestiaire reste tout de même complet, avec des variantes des montres de base, équipées d’armures, d’hélices et d’armes en tout genre, ainsi que des larves ou encore des requins.

…mais pas que !

PG robotLe jeu se divise en 4 mondes, eux-mêmes répartis en 5 à 6 niveaux en comptant le boss, un peu à la manière d’un Donkey Kong Country. Les niveaux comportent pléthore de pièces et joyaux, qui servent à la fois de monnaie et de score. Dans certaines zones cachées, vous pourrez même tomber sur des mandragores. Ces petites créatures peureuses essaient de vous fuir tant bien que mal. Poursuivez-les avec votre foreuse pour en tirer un maximum d’argent, comme les sacs de Super Mario 64.

5 pièces spéciales sont également cachées dans les recoins de chaque niveau. Celles-ci peuvent se dépenser dans la boutique de chaque monde, où des taupes vous proposent une clé permettant d’accéder à un niveau bonus, des PV supplémentaires ou encore des pages d’album à personnaliser avec des autocollants et des effets spéciaux.

En plus d’être fluide et accessible, le gameplay comporte quelques bonnes surprises qui lui ajoutent de la profondeur. Très vite, vous découvrez les niveaux aquatiques, où la foreuse vous permet d’avancer en créant un effet de succion.

Mais vous tomberez aussi sur des grappins, des canons pour tout canarder, des mines explosives, des chasse-neige fonçant à toute vitesse, et même des robots géants capables de tout détruire ! L’île abrite également un habitant… de taille. Vous aurez l’occasion de le rencontrer au cours de votre partie Chaque élément de gameplay donne lieu à des mécaniques et à un level design différents, vous forçant à adapter votre style de jeu et vos réflexes.

Il vous faudra aussi de la patience, car le jeu se veut assez exigeant. En effet, le gameplay suit clairement une logique de die and retry. La courbe de difficulté est cependant très progressive, vous permettant de bien prendre vos marques et vous invitant à toujours retenter votre chance en cas d’échec.

En l’occurrence, vous disposez de 4 points de vie. Chaque chute ou coup porté par un ennemi, un projectile ou un élément de décor, vous coûtera 1 point de vie. Une fois à zéro, vous êtes ramené au dernier checkpoint avec les pièces que vous aviez en l’atteignant pour la première fois. Les niveaux sont semés de PV à récupérer, et même de bonus permettant d’augmenter la taille de votre barre de vie.

Des décors bien creusés

Pepper Grinder carteConcernant l’aspect esthétique, Pepper Grinder présente un style 2D au pixel art minimaliste très charmant. Les couleurs des personnages (ennemis inclus) sont souvent vives, par opposition aux niveaux souvent assez sombres avec leurs décors rocheux. De plus, il est possible de personnaliser la couleur des cheveux et de la veste de Pepper en achetant des éléments cosmétiques dans les boutiques. Cela permet aux joueurs de jouer avec la palette de leur choix.

La carte du monde, avec son style de carte au trésor dessinée à la main, contribue aussi à nous plonger dans l’ambiance d’aventure et de piraterie du jeu. On peut néanmoins regretter son aspect un peu trop simpliste, qui nous laisse sur notre faim en matière de couleurs et de détails.

Heureusement, détails et couleurs sont davantage présents dans les niveaux, qui présentent des décors variés. Nous avons déjà évoqué les stages aquatiques, où nous trouvons des bateaux, des îlots ou des icebergs en surface, et des trésors et des requins au fond de l’eau. Mais le monde terrestre réserve aussi ses surprises, avec des maisons et des villes abandonnées, des volcans, des cascades de glace et même une cuisine géante, où il est possible de sculpter une citrouille, de nager dans la soupe ou encore de creuser dans la viande. L’univers est donc aussi divers que déjanté.

Au fond, quelles qualités et quels défauts ?

Pepper Grinder grotteJusqu’ici, Pepper Grinder semble garantir de bons moments d’amusement. Et de fait, le gameplay du jeu est indéniablement fluide et agréable à prendre en main. Il faut néanmoins garder en tête qu’en tant que petit jeu indé, il n’échappe pas à quelques problèmes typiques du genre et plus ou moins graves.

Le défaut le plus frappant du jeu est sans doute sa bande-son très oubliable. En effet, la qualité des musiques est très inégale et rarement transcendante. Les mélodies ne sont ni très recherchées, ni très entraînantes, et se limitent souvent à quelques rythmiques instaurant une ambiance musicale destinée à éviter le silence total. Cependant, plus on avance dans le jeu, plus les musiques ont tendance à gagner en qualité.

Le deuxième regret le plus important concerne sans doute la durée de vie du jeu. En effet, comme dit précédemment, le titre ne comporte que 4 mondes qui ne dépassent jamais le nombre de 6 niveaux. Il ne vous faudra pas plus de 4 heures pour venir à bout de l’histoire. Au moins, on peut compter sur la présence des 5 pièces squelette par niveau et sur les albums d’autocollants pour faire durer le plaisir un peu plus longtemps. En outre, la durée des niveaux (5 à 10 minutes) n’est ni trop longue, ni trop courte pour un platformer.

Enfin, deux préventions mineures méritent d’être soulignées. La première concerne une difficulté inhérente au level design du jeu, à savoir le fait que tous les niveaux ont en commun de se dérouler dans des environnements rocheux, afin de justifier l’usage de Grinder. Mais le travail des développeurs sur la variété des décors compense bien cet écueil.

L’autre problème, mais qui dépend sans doute des joueurs, est la différence de difficulté entre les niveaux de plateformes et les combats de boss. En effet, les boss sont bien plus ardus que la partie platformer, ce qui peut parfois être frustrant. Mais là encore, le plaisir du jeu provient en partie de sa dimension de die and retry. Ce n’est donc pas un souci pour les joueurs persévérants.

Conclusion

Pepper Grinder incarne le bon petit platformer indépendant par excellence. Sans afficher de grandes ambitions, le jeu permet de passer un bon moment en proposant un gameplay fluide et efficace, une difficulté présente mais bien dosée et un univers des plus charmants.

Comme souvent dans ce genre de jeux (généralement par manque de moyens), on regrette cependant la durée de vie assez limitée et le manque de rejouabilité. Surtout, s’il y a bien un aspect du jeu qui flanche, c’est la bande-son, qui n’est malheureusement pas à la hauteur du gameplay très agréable proposé par les équipes de Ahr Ech et MP2 Games.

Test effectué sur la version PC.

Pepper Grinder

7.8

Note

7.8/10

POINTS POSITIFS

  • Un gameplay accessible, fluide et plaisant
  • Beaucoup de satisfaction à aller vite en collectant tout plein d’éléments
  • Plein de mécaniques qui enrichissent le level design
  • Une difficulté croissante qui donne envie de persévérer
  • Un pixel art minimaliste très agréable à l’œil

POINTS NÉGATIFS

  • Une bande-son pas toujours au top
  • Une durée de vie un peu faiblarde
  • Un fossé parfois trop grand entre la difficulté des niveaux et des boss
  • Peut-être creuser davantage les décors ?
, , , , , , ,

Paprika

L'écriture et le gaming sont mes passions, donc j'ai fait d'une pierre deux coups. Fan éternel de Nintendo et de jeux indé.

Laisser un commentaire