TEST – Of Bird and Cage

Partager sur les réseaux sociaux :


Guns N’ Roses, Epica, Within Temptation… si vous connaissez ces noms, vous allez certainement adorer le jeu qui va suivre. Disponible depuis le 20 mai dernier sur PC, Of Bird and Cage est un jeu d’aventure développé par le studio israélien Capricia Productions et publié par All in! Games. Un petit titre indépendant que nous avons eu l’occasion de découvrir et qui s’apprécie vraiment avec un casque sur les oreilles. Alors on part à l’aventure avec le son à fond pour découvrir l’histoire de Gitta grâce à une bande-son résolument METAL !

Sing for me Troopers (euh Gitta) !

Les israéliens de chez Capricia Productions nous proposent ici une aventure narrative dans la peau de Gitta, de sa petite enfance à l’âge adulte. Dès le début du jeu, la musique sera notre guide et on sent que le tempérament de la belle Gitta aura son importance au sein des différents instruments et des mélodies qui vont nous accompagner tout le long du jeu. On suit donc une enfant perturbée, déchirée à cause de ses parents et qui lutte pour s’en sortir. Un sujet certes classique mais qui fonctionne à chaque fois et qui est particulièrement mis en valeur ici grâce au rythme d’une musique au style métal. On commence donc avec la jeune Gitta, dans une cinématique pleine de QTE et avec une bande-son relativement émouvante.

On y voit les parents de la fillette se déchirer devant ses yeux et très vite, on comprend ce qu’il ne va pas dans cette “famille”. Une fois cette mise en scène terminée, on retrouve donc Gitta quelques années plus tard, devenue toxicomane. Entre drogues et violence, il semblerait que la vie ne lui ait jamais fait de cadeaux. Pour ce qui est du temps de jeu, comptez seulement 2 à 3 heures maximum. C’est un peu court mais il s’agit d’un jeu narratif ou nos choix auront une incidence sur l’avenir de Gitta. Il sera donc possible de recommencer l’histoire afin de découvrir les 4 fins disponible.

Si le titre est intégralement en anglais, on arrive tout de même à comprendre que le problème principal de la jeune fille est la drogue (mais pas que). Malheureusement, cela pourrait rebuter les allergiques à la langue de Shakespeare, d’autant plus que pour avancer dans l’histoire, et surtout pour faire avancer Gitta, il faudra passer par de nombreuses phases de dialogues. C’est d’ailleurs ça qui déterminera “l’état” de la jeune fille et qui constituera l’essence même du jeu. En plus de devoir lire le texte (en anglais rappelons nous), il faudra parfois appuyer sur la bonne touche au bon moment pour déclencher une action spéciale (les fameux QTE), prendre une décision dans un temps limité ou encore se battre. Et comme dit plus haut, TOUS vos choix auront des conséquences et le puzzle se dévoilera à la fin du jeu.

I don’t like the drugs (but the drugs like me) :

Comme vous vous en doutiez, le jeu est réservé à un public adulte. En effet, Gitta étant une toxicomane, la drogue est omniprésente. D’ailleurs, pour garder la jeune femme un brin lucide et ne pas ressentir le manque, il faudra qu’elle en ait toujours sur elle. Il sera possible de s’en procurer tout au long du jeu ou fouiller les moindres recoins pour en dénicher. Si Gitta n’a pas sa dose “quotidienne”, vous ressentirez le manque en tant que joueur : l’écran deviendra plus flou, le décor s’embrasera et les déplacement seront plus lents, plus difficiles etc … N’essayez donc pas de jouer les bons samaritains en tentant de la sevrer ! A côté de ça, il sera également possible de ramasser plusieurs collectibles pour finir le jeu à 100%.

Des souvenirs, des disques et d’autres objets viendront ajouter un peu de quêtes supplémentaires même si ces derniers seront parfois difficiles à trouver. Non seulement ils sont parfois bien cachés, mais souvent, ça sera la limitation de temps qui vous forcera à faire l’impasse sur la chasse aux objets. Lors de notre première partie, nous avons eu du mal à comprendre ce qu’il fallait faire et ou il fallait aller. De plus, les contrôles sont assez… pénibles… Si la musique donne du peps à l’ensemble, on a du mal à suivre le rythme.

Il faut parfois prendre une décision très rapidement, se perdre dans un labyrinthe totalement incompréhensible, tenter quelques sauts d’une manière désastreuses et utiliser des commandes souvent trop sensibles par endroit.

Rajoutez à cela une intelligence artificielle complétement random et quelques bugs de textures (ou des murs invisibles) et vous obtiendrez le cocktail spécial qu’est Of Bird and Cage. Toutefois, il faut bien admettre que les décors sont plutôt bien fait. Pour un jeu indépendant, l’ensemble demeure très beau et même si les personnages sont moins modélisés que le reste, on arrive à s’y attacher (enfin surtout à Gitta). Mais ce qui fait le point fort du jeu peut également en devenir son point faible.

Of Bird and Cage est une aventure axée sur la drogue, la violence, le sexe, la mort ou encore la maltraitance. Ces sujets sont parfois sensibles et on sent le malaise s’installer à certains moments, même si la musique permet de nous rappeler qu’il s’agit ici d’une fiction. Le jeu s’offre de gros noms de la scène METAL et MELODIC-METAL comme Kobra Paige (qui double Gitta), la chanteuse du groupe Kobra and the Lotus mais aussi Danny Worsnop ( Asking Alexandria ) et Davidavi ‘Vidi’ Dolev ( Gunned Down Horses ). Les autres artistes impliqués dans la création du projet sont Ron “Bumblefoot” Thal (ex-Guns N ‘Roses), Rob van der Loo (Epica), Ruud Jolie (Within Temptation), Casey Grillo (ex-Kamelot), Rocky Gray (ex-Evanescence), Mike Lepond (Symphony X), Tina Guo ou encore Snowy Shaw (ex-King Diamond, ex-Therion).

Du beau monde qui permet aux fans (comme votre serviteur à l’origine de ce test) de vibrer devant cette ambiance si particulière et encore plus savoureuse en totale immersion avec un casque sur les oreilles.

 

Conclusion :

Of Bird and Cage est un jeu conçu pour les fans de metôl et pour celles et ceux qui aiment les sensations fortes. Ici, il n’y a pas de zombies ou de monstres mais bien des humains avec leurs peines, leurs doutes et surtout leurs démons intérieurs. En proposant une histoire sombre et violente et une musique délicieuse, le titre arrive à faire mouche même si il n’est pas exempt de défauts. Le casting est grandiose, l’histoire est très touchante on a envie d’avancer pour connaitre l’histoire de Gitta et l’aider à vaincre ses démons. Les thèmes abordés pourront peut-être choquer quelques personnes mais le travail du studio est toutefois à souligner. On pourrait reprocher au titre son manque de traduction française (pourquoi pas dans une prochaine version) et ses quelques bugs mais l’OST efface l’éponge !

Of Bird and Cage

7.5

Note

7.5/10

POINTS POSITIFS

  • La bande-son
  • L'ambiance à la fois oppressante et délicieuse
  • Le personnage de Gitta que l'on a envie d'aider
  • Les sujets sensibles illustrés
  • Un conte de La Belle et La Bête revisité

POINTS NÉGATIFS

  • Les sujets qui peuvent choquer ou rendre mal à l'aise
  • Un jeu full anglais
  • Les nombreux bugs
  • La difficulté de mener à bien les quêtes secondaires

DrFamikon

Amateur de bières et de FPS, grand fan de Pokémon et de Rock !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire