TEST – Shadowverse : Champion’s Battle

Partager sur les réseaux sociaux :


Header

Cela fait maintenant un mois que nous avons Shadowverse : Champion’s Battle (SCB) en test. Après une review plutôt prometteuse, nous allons enfin pouvoir vous parler un peu plus en détails de ce Earthstone-like. Comme nous l’avions vu dans la preview, Shadowverse : Champion’s Battle est en fait la deuxième itération de la licence. Il est quelque part un mélange du premier jeu Shadowvese sorti en 2016, et de l’animé japonais du même nom. Tout cela étant toujours développé/fait par Cygames, et se jouant toujours sous forme de TCG (Trading Card Game.)

L’histoire de Shadowverse, en quelques lignes

L'arrivée en villeArrivé à la tensei Academy, votre nouveau lycée, vous faites vite ami ami avec Hiro Ryugasaki (et de ses amis), un camarade de classe fan de Shadowverse. Étonné que vous ne connaissiez pas le Shadowverse, Hiro va gentiment (et un “brin” excité) vous expliquer toutes les règles de ce nouveau jeu de cartes. Vous allez très vite apprendre que Hiro et ses amis cherchent à faire partie du club mystèrieux de Shadowverse du lycée. Introuvable, vous aiderez à le trouver et finirez par en faire partie vous aussi, pour au final en être le meilleur élément. Tel un shonen, votre but sera de gravire les rangs en prenant part à des championnats pour devenir le meilleur joueur de Shadowverse.

Comme dit dans la preview, même si le scénario de SCB tient sur un bout de papier il y aura de quoi y passer du temps. Bien qu’il y ait un bouton pour passer les dialogues en avance rapide si l’histoire ne vous intéresse pas. Sans spoiler, il m’a fallu un peu plus de 9 heures pour venir à bout des quatre premiers chapitres, qui composent le début du jeu. C’est après ces 4 chapitres que vous aurez terminé tous les tuto.

 

Des limitations visibles

Open WorldDans SCB, vous évoluerez dans un monde semi-ouvert de taille plutôt conséquente. Vous rencontrerez énormément d’endroits différents et assez vastes, mais gambaderez principalement dans la Tensei Academy, la ville et les dortoirs. Divisée en quatre étages et un jardin, vous y croiserez les autres élèves, dont certains vous proposeront de combattre. Ceci étant, et même si ce n’est pas énormément dérangeant, les limites se font vite sentir. En effet, l’environnement est là pour vous donner une impression de grandeur, qui n’est malheureusement pas suivie par la Nintendo Switch.

Très vite, vous rencontrerez des murs invisibles qui vous empêcheront d’aller explorer tout ce que vous voulez. Vous pourrez observer 2 ou 3 fois le même modèle de PNJ, dans la même pièce. Tout en constatant qu’ils souffrent de clipping et d’aliasing (ce qui même pour la Nintendo Switch, commence à dater un peu.)

 

Gameplay réchauffé, mais gameplay qui fonctionne

Jouer une carteComme dit plus tôt, le gameplay de SBC se rapproche beaucoup de Hearthstone. En effet, vous devrez créer vos decks via l’éditeur de decks, en faisant attention au coût des cartes, à leur type et à leurs effets. Chaque carte coûte des “Points de Jeu”, que vous gagnez un par un, tour par tour, jusqu’à un total de 10. Vous aurez ensuite plusieurs catégories de cartes, à savoir les “followers” (qui sont les monstres du jeu), les sorts et les runes. Chaque follower disposant de points d’attaque et de points de défense.

Comme d’habitude, le but d’une partie de Shadowverse sera de réduire les points de défense de votre adversaire à zéro. Pour ce faire, vous devrez user du passif de votre classe de deck. Il y a un total de 7 réelles classes dans SBC, plus une classe “neutre”. Là où vous devrez jouer seulement des cartes de la même classe, les cartes de classe neutre pourront êre jouées dans tous les decks. Chaque classe ayant son passif propre à elle seule. Par exemple, la classe “Bloodcraft” vous donnera, après 10 points de défense en moins, accès au passif “Vengeance”. Avec son gameplay tourné autour du self-damage, la Vengeance débloquera un passif à certaines de vos cartes pour donner une autre dimension au gameplay.

 

Collectionnez les toutes !

Deck CodesPour créer vos decks, il vous faut évidemment…des cartes, oui, en effet. Pour acquérir des cartes de chaque classe, vous aurez plusieurs solutions à disposition. La première et principale possibilité sera de simplement demander en duel tous les PNJs que vous pourrez combattre. Vous aurez un lot de cartes lootables et vos récompences seront aléatoires, parmi ce lot. La deuxième façon principale est d’acquérir un deck code. Lorsque vous batterez des joueurs, ils vous partageront le code de leur deck (ce qui lie tout ça très étroitement à la première solution…). En revanche, vous devrez vous assurer d’avoir toutes les cartes qui composent ce deck pour pouvoir le créer à 100%.

Pour la deuxième grosse façon, vous trouverez dans le monde des “shadowvendor”. Ce sont des terminaux qui suivant la zone, ne vous vendront pas les mêmes cartes. Vous pourrez donc y acheter des cartes à l’unité, de quoi personnaliser l’aspect de vos decks, ainsi que des packs de cartes à thème précis, qui fonctionnent un peu comme des loots boxes.

Pour finir, il y a bien une dernière solution qui vous apportera quelques cartes : les boîtes de données. Des petits cubes jaunes/orangés, qui flottent dans le décor et qui sont récupérables une seule fois. Certains vous donnent seulement de l’argent, d’autres vous donnent aussi des cartes et de quoi personnaliser votre deck à la couleur de ladite carte.

Devenez le meilleur dueliste de Shadowverse, sans grande difficulté…quoi que

Shadowverse : Champion's BattlePour progresser dans l’histoire de SBC, vous devrez acquérir de plus en plus de cartes pour faire des decks de plus en plus forts. Vous ferez alors monter votre niveau personnel après chaque combat. Suivi du niveau de chaque classe qui monteront individuellement, en jouant telle ou telle classe. Et pour terminer, votre classement aux championnats de Shadowverse (dont l’avancée sera très guidée par l’histoire).

À vos débuts dans le jeu de Shadowverse, votre cher camarade Hiro vous donnera généreusement un deck de Dragoncraft de débutant, qui par la suite évoluera en deck standard. Pour tester la difficulté du jeu, j’ai décidé de ne pas changer de deck et de ne rien changer une fois le standard acquis. Résultats : aucune difficulté avant la fin du chapitre 4, pour un total d’environ 3 duels recommencés une fois.

Si SBC donne l’illusion d’être plus que simple au premier abord, c’est qu’il est avant tout pour un public plutôt jeune. La musique est entraînante mais répétitive et change très peu souvent, et on sent que les dialogues sont écrits pour la jeunesse japonaise (comme l’animé). Mais ceci étant dit, la difficulté augmente drastiquement une fois le début du 5ème chapitre atteint. La dichotomie entre avant et après est significative. Je me suis retrouvé à devoir faire tous les shadowvendors de la ville et à faire le plus de combats possibles pour augmenter mes niveaux. Sans quoi il m’était impossible de continuer.

Conclusion

Pour conclure, je dirais que Shadowverse : Champion’s Battle est certes, un jeu qui reprend des mécaniques déjà existentes. Mais surtout un jeu qui sait les appliquer. Avec son allure de jeu pour enfants, il se veut plus qu’approchable et agréable à suivre. Il risque même de vous donner envie de regarder l’animé Shadowverse, tant les cinématiques peuvent être bien animées. Si vous cherchez un jeu de duel de cartes simple à comprendre, mais dur à maîtriser. Avec features à foison et sur lequel vous passerez des dizaines d’heures sans vous ennuyer, je pense pouvoir vous conseiller Shadowverse : Champion’s Battle sans trop me faire de soucis. En tout cas, vous avez maintenant toutes les cartes en mains pour faire votre choix. Le soft sort ce vendredi 13 août sur notre territoire, sur Nintendo Switch, et est d’ors et déjà précommandable.

Shadowverse : Champion's Battle

8.5

Note

8.5/10

POINTS POSITIFS

  • Le gameplay solide
  • Les doublages
  • Les cinématiques
  • L'abondance de features

POINTS NÉGATIFS

  • Les limitations techniques
  • La difficulté pas forcément toujours bien dosée
  • Les splash arts des cartes évoluées

JohnDoe

Le touche à tout de la rédac. Fan de FPS et de rogue-like majoritairement, mais ne dit jamais non à quelques énigmes.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Merci pour ce très bon test.
    Je tenais simplement à signaler qu’une téléportation rapide existe dans le jeu et qu’il est possible de se téléporter dans n’importe quelle zone visitée auparavant et dès le début du jeu. Je préfère indiquer cette précision puisque le test sous-entend le contraire : “Vous vous apercevrez que la durée de vie est augmentée drastiquement par les voyages à pieds à l’autre bout de la ville, sans téléportation rapide.”

Laisser un commentaire