TEST – DISCIPLES LIBERATION

Partager sur les réseaux sociaux :


DISCIPLES LIBERATION

Disciples Liberation est un RPG avec des combats au tour par tout qui a vu le jour sur PlayStation 5, Xbox Series X/S, PlayStation 4, Xbox One et PC. L’aventure vaut-elle le coup d’être jouée ? On vous dit tout cela ci-dessous.

Une ode au passé

Disciples Liberation Quand on démarre l’aventure de Disciples Liberation on ne peut pas s’empêcher de penser aux jeux datant des années 1990/ 2000 avec en tête un certain Diablo qui proposait une aventure en vue isométrique avec de nombreuses missions et c’est de cela que s’inspire le titre de Frima Studio pour Disciples Liberation.

Si le jeu s’inspire des hits du passé, il reste néanmoins différent dans la forme, car si à une autre époque on nous proposait des campagnes classiques, distinguées selon les factions et divisées en chapitres ayant comme objectif de refaire le jeu plusieurs fois pour connaitre toutes les trames scénaristiques, cela ne sera pas le cas dans Disciples Liberation où vous incarnerez la charmante Ayanna qui sera accompagnée dès le départ par son fidèle compagnon de route Orion.

Si le jeu commence avec deux protagonistes, la seule héroïne de l’histoire reste Ayanna qui disposera d’un inventaire et d’un arbre de compétences qui sera totalement absent pour Orion et le reste de l’équipe plus tard. Mais avant de parler d’inventaire, parlons gameplay, jeu et structure de celui-ci.

On ne va pas parler du scenario pour vous laisser la surprise et surtout, car celui-ci est un peu compliqué et difficile à expliquer à l’écrit sans perdre les néophytes de la licence qui ne saisiront pas forcément toutes les subtilités.

Mais pour simplifier les choses, disons que la trame nous contera un scénario de guerre et met en avant quatre races historiques les impériaux, les morts-vivants, les damnés et les elfes.

Le scénario se déroule via une structure narrative qui devrait être l’un des éléments clés de l’expérience…Mais on ressent vite les limites de celui-ci au fil des heures… Pourquoi ? Car Ayanna durant son périple parlera à de nombreux protagonistes, le scénario se déroulera et il sera possible de choisir votre ligne de réponse lors des discussions avec la possibilité de répondre de façon courtoise, de façon neutre ou diabolique… Malheureusement, le tout n’a pas une réelle incidence sur l’héroïne et sur l’histoire en dehors des alliances qui pourront vous garantir une certaine immunité.

Chez GeekNplay, on aurait aimé voir Ayanna changer au fil de l’aventure, un peu comme le fait la série Fable où au fil des choix, vous voyez votre héro changer avec des yeux rouges, des cornes ou une auréole…Ici, que vous choisissiez les réponses diaboliques ou neutres, votre personnage ne changera pas vraiment d’apparence.

Vous l’avez compris, si l’on peut choisir ses réponses, il n’y aura pas beaucoup d’incidence sur votre héroïne, ni même sur vos compagnons de route…Ce qui s’avère dérangeant, car si vous faites une alliance avec une race en guerre contre une autre, pourquoi celle-ci vous suivrait dans l’aventure et continuerait d’être un compagnon de route ? Une question légitime qui ne trouve pas de réponse…Malgré cet imbroglio scénaristique, l’histoire de Disciples libération est plutôt bonne et possède cinq fins différentes !

Eploration et combat

Mais avant d’arriver à la fin du jeu, il va falloir s’armer de patience et explorer de nombreux lieux sur la petite carte ! Oui, on l’avoue, la carte de Disciples Libération est petite, mais costaud…Car celle-ci regorge d’endroits à découvrir, si au début de l’aventure vous explorez celle-ci à dos de cheval en explorant les bâtiments , les escaliers libres d’accès, par la suite l’aventure vous amènera dans des coins plus reculés comme derrière des racines épineuses, en utilisant un portail etc…On ne va pas tous les citer, mais de ce côté la Frima Studio a fait un bon boulot en proposant des environnements divers qui vont de sympathiques à effrayants.

Vous l’avez compris, il s’agit d’un RPG et l’exploration sera un maitre mot du jeu …Mais comme la carte est petite, cela ne vous prendra pas beaucoup de temps pour vous rendre à un point de quête principal ou secondaire ! Sauf, si vous tombez sur des ennemis…Et là vous êtes bon à perdre une dizaine de minutes au minimum, car ici les combats s’effectuent au tour par tour !

Si au début de l’aventure, les combats sont assez rapides, car vous n’êtes que deux dans l’équipe, cela évoluera rapidement et vous serez de plus en plus nombreux, avec des personnages placés dans l’arène de combats dont vos compagnons qu’il faudra choisir , et des personnages derrière les lignes pour vous défendre …Comme je vous l’annotais ci-dessus, les combats évoluent au fil du temps et si au début , on est dans des combats classiques à l’arme blanche face à des ennemis , cela évoluera et plus tard, il y aura des incantations divines, maléfiques et d’autres sorts que vous pourrez utiliser contre les ennemis ou pour vous !

Bien évidemment, les sorts que vous utiliserez de votre côté seront là pour octroyer de la vie à un membre, lui donner du courage pour qu’il tape plus fort, alors que ceux utilisés contre les ennemis seront là pour faire peur, pour réduire leur santé …ainsi de suite.

En dehors des combats, des quêtes principales et secondaires, il y a également d’autres choses à faire en dehors de la carte du jeu …En effet, Disciples Libération propose un lieu nommé citadelle d’Ylian qui est un pivot d’activités et de gestion annexe. Ici, se trouve une série de bâtiments qui ont tous une activité différente ! Dans certaines bâtisses, il sera possible d’entraîner certains soldats, dans d’autres, il sera possible de commercer, puis il y a la forge qui vous permet de faire évoluer vos armes, mais également les fragments de cristaux de différentes couleurs pour permettre à votre équipe de partir au combat avec du matériel de qualité.

Ce n’est pas tout, c’est également à la citadelle de Ylian que vous pourrez récupérer des ressources comme du bois, de l’or ou du fer… Pour finir, c’est également ici qu’il sera possible de connaitre plus intimement certains personnages. Si la citadelle de Ylian n’a l’air de rien, je peux vous assurer que vous passerez du temps ici que ce soit pour récupérer les ressources, mais aussi pour faire évoluer votre bâtiment en plusieurs rangs. Bien évidemment plus le rang est élevé et plus il sera possible d’effectuer certaines taches ici.

Vous l’avez compris, Disciples Liberation est un RPG au tour par tour qui permet l’exploration, des quêtes et se jouant sur deux endroits connexes. Mais, le jeu est-il satisfaisant sur la technique ? On en parle plus longuement ci-dessous.

Soucis techniques

Ayant effectué le test sur une Xbox Series X, il m’est arrivé à deux reprises de voir la console se crasher et de perdre l’avancement dans le jeu… Un élément assez perturbant qui pourra faire rager les joueurs ! Néanmoins, il ne faut pas forcément paniquer, car le jeu propose une sauvegarde automatique qui gardera en mémoire votre dernier emplacement après avoir finalisé une quête ou avoir battu un ennemi puissant.

A côté de cela, il nous est arrivé de voir la flèche nous indiquant la direction disparaitre durant notre partie, ce qui a comme incidence de ne plus savoir où nous devons nous rendre…Cela est surtout gênant au début du jeu où l’on ne connait pas forcément le nom des lieux visités, verdict vous passerez un petit moment à tourner en rond avant de trouver la solution.

Mais le principal problème à améliorer, reste sans aucun doute les combats au tour par tour. Si, le système de combat est bien pensé, il est beaucoup trop lent…Verdict, on a par moment l’impression de passer sa vie à combattre dans le jeu et l’on subit les combats au lieu de profiter de la campagne scénaristique. C’est dommage, car les développeurs de Frima Studio sont conscients de cela est permettent d’accélérer les combats de 200%…Le problème, c’est qu’il faudrait les accélérer de 400% ! Vous l’avez compris, les combats sont assez lents et cela gâchera quelque peu votre plaisir de jeu.

Pour finir sur les combats, il y a également un autre point négatif et il s’agit des voix génériques et répétitives…Certes, nos alliés changent au fil du temps, mais on fera un bout de route avec eux et d’innombrables combats où l’on entendra encore et encore les mêmes messages vocaux. En effet, la plupart de nos alliés disposent de deux à trois phrases d’accroche qu’ils répètent de nombreuses fois lors des combats et qui deviennent vite rébarbatif à entendre.

Conclusion

Ce n’est pas aujourd’hui que la série Disciples prendra son envol…Si Frima Studio propose un monde de jeu convaincant, celui-ci reste assez petit et les quêtes sont d’une simplicité qui ne demanderont aucun effort pour être résolues… Si le jeu se veut un savant mélange entre un RPG et du combat au tour par tour, il réussit les deux tout en échouant ! En effet, il réussit sur le côté RPG en proposant de nombreuses quêtes à résoudre et propose une durée de vie entre 60/80 heures, mais comme nous passons le plus clair de notre temps à croiser le fer contre des adversaires et que les combats sont actuellement trop lents, on a l’impression de subir le gameplay, alors que l’on souhaite juste découvrir le scénario. C’est dommage, car il suffirait de quelques mises à jour, comme l’augmentation de vitesse des combats pour permettre à tout à chacun de passer un bien meilleur moment dessus. Vous l’avez compris, Disciples Liberation est un jeu avec du potentiel, mais il faut avoir du temps devant soi pour pouvoir en profiter pleinement.

DISCIPLES LIBERATION

7.2

Note

7.2/10

POINTS POSITIFS

  • Une longue durée de vie
  • Bonne écriture scénaristique
  • Une héroïne et ses compagnons avec de forts traits de caractère
  • Le choix des réponses dans les dialogues (gentil, conciliant, méchant)

POINTS NÉGATIFS

  • Des combats au tour par tour trop lents
  • Quelques soucis techniques
  • Certaines unités se ressemblent trop
  • Des quêtes trop simples ?

Bomboy

Encyclopédie vidéo-ludique au service de GeekNPlay. Je suis un ancien dinosaure détenant le savoir! Toi l'abonné, tu peux m’appeler PAPA!

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire