TEST – Twin Mirror

Luclis
1 0
Temps de lecture:8 Minutes

 

Depuis son grand retour avec Life is Strange, DontnoD nous offre de nouveaux jeux très régulièrement. Le dernier en date n’est autre que Twin Mirror qui nous est livré sur Xbox One, PlayStation 4 et PC. Entre merveille et jeu bancale, DontnoD semble encore chercher ses lettres de noblesses. Que vaut donc le dernier jeu du studio français ? La réponse juste en dessous !

L’épopée de DontnoD : entre succès et échec critiques

Dontnod est un studio relativement récent. En à peu près vingt ans d’existence, le studio d’origine française a parcouru énormément de chemin. Et pour comprendre Twin Mirror, il est intéressant de suivre l’évolution de la boite. Tout commence à Paris, le 1er Mai 2008. Dans la capitale, cinq comparses décident de fonder leur propre studio, épaulés par des vétérans du jeux-vidéo. C’est alors la genèse de Dontnod, et le studio décide pour son premier jeu de taper fort. Remember Me arrive en 2012 avec l’ensemble des rêves des développeurs. Ce jeu d’action où l’on suit l’histoire d’une chasseuse de mémoire vous emmenait pour une aventure d’une dizaine d’heure. Haut en couleur, en émotions et en rebondissement, il n’a cependant pas reçu le succès qu’il aurait pu mériter.

Et c’est à cause des ventes extrêmement faible de leur seul jeu que DontnoD est en péril. En effet, la société est placée en redressement judiciaire en 2014. Pour DontnoD, c’est fini les jeux AAA aux budgets de développement incommensurable. Bonjour aux jeux épisodaires, qui permettent de réduire les frais et d’avoir un retour sur investissement beaucoup plus rapide. Et le vent a soufflé depuis l’expérience Remember Me. En effet, le jeu qui a suivi n’est autre que Life is Strange, considéré par beaucoup comme un chef-d’œuvre bien français. Ici, c’est fini l’action et les combats dynamiques, place aux choix et aux décisions qui impacteront tout votre jeu.

L’histoire de Twin Mirror : Un banal accident ?

C’est quelques temps après la sortie de Life is Strange que le développeur enchaîne sur trois nouveaux projets. Le succès fulgurant de leur premier jeu les poussent à faire une suite à Life is Strange. À côté de ça, deux autres jeux arrivent pour 2020 : Tell Me Why et Twin Mirror. Quand le premier parle de l’identité transgenre et du changement pour la famille, le second nous emmène dans un petit village minier. Et dans ce village, vous incarnerez Sams Highs, Un journaliste peu aimé par ses pairs suite à un article qui a fait fermer la mine locale.

Bien des années après votre départ, vous faites quelque chose qui vous surprend encore : Retourner dans ce petit village avec lequel vous aviez coupé tous liens. Mais vous n’êtes pas vraiment là pour des retrouvailles. Ces deux dernières années à vous couper de votre passé sont soudainement revenues vous hanter quand vous avez appris la mort de vote meilleur ami. Ainsi, vous reprenez la route et revenenez là où vous êtes si mal aimé de vos pairs. En effet, après avoir fait fermé la mine, avec un de vos articles de presses, vous avez beau avoir arrêter d’écrire, votre esprit continue à voir des crimes de partout et à fonctionner de façon logique.

Mais cet exil et ce renfermement sur vous même a fait réapparaître d’autres fantômes. Votre premier et seul véritable ami d’enfance revient pour vous murmurer ses conseils. C’est donc armé de votre esprit de logique et d’un visiteur aux conseils avisés que vous allez affronter ce nouveau monde. Seulement quelque chose cloche. La mort de votre meilleur ami vous semble bien trop mystérieuse. À qui ferrez vous confiance dans cette ville où tout le monde vous en veut ?

Twin Mirror, DontnoD reste sur ces classiques

On vient de vous le dire, le style de DontnoD est désormais des jeux où l’histoire change en fonction de vos actions mais généralement courts. Donc reprenons chaque point de son côtés.

Tout d’abord l’histoire du jeu peut changer en fonctions de vos actions. En effet, comme dans les jeux de l’autre français Quantic Dream, vos choix auront un impact sur le déroulé du jeu. Que ça soit au court d’une subtile remarque quelques heures plus tard ou encore la mort brutal d’un personnage, tout vous pousse à jouer sérieusement… Et à rejouer une seconde fois au jeu pour débloquer les autres fins. Comme bien souvent dans ce style de jeu, vous obtiendrez les trophées en finissant une seconde fois le jeu voir plus et en débloquant ainsi toutes les fins possibles.

C’est pourquoi l’on comprends que Twin Mirror est aussi court. Si vous prenez votre temps, vous en aurez pour 6 à 7h de jeu. Quand vous le connaissez, il suffira d’un long 4h. Quand ceux qui joueront plusieurs fois au jeu pourront abréger les passages redondant facilement, c’est sûrement le gros point noir pour ceux qui n’ont pas l’habitude de rejouer à leur jeu. Heureusement que le prix du jeu est abordable. Alors autant faire comme nous et le finir au moins une deuxième fois ! Et là encore, heureusement que DontnoD sait faire des jeux qui se prêtent bien à l’occasion.

Le gameplay : ce que l’on attends d’un jeu vidéo

Quoi de mieux pour refaire une seconde session de jeu qu’un bon gameplay. Les développeurs ont su jongler avec efficacité entre 4 modes de jeux très liés. D’une première part, on a les contrôles classiques pour déplacer notre personnage dans son univers. Rien de bien innovant, on retrouve même la lenteur caractéristique des jeux où vos personnages trottinent tout au mieux. Le jeu change plus ou moins quand il s’agit de faire interagir notre protagoniste avec les autres personnages du village. Doté d’un charisme pour le moins … antipathique, il peut néanmoins compter sur son alter-ego plus altruiste. C’est au cours des dialogues que votre « vous » intérieur va surgir pour vous conseiller d’éviter une action ou en préconiser une autre. Ainsi, vous aurez tout au long du jeu, une dichotomie entre l’émotif et la logique. Et il vous sera possible de basculer plus d’un côté ou de l’autre, gros plus quand on joue à plusieurs.

Mais là où le studio a fait fort est sans doute les scènes d’analyses. Au cours de votre excursion, vous serez confrontez à des énigmes. Ces passages sont également divisés en deux. D’une part, vous aurez à découvrir des éléments dans le décor pour reconstituer une scène passée. D’autres part, il vous arrivera de vous perdre dans vos pensées et le temps pour résoudre le puzzle sera limité. Quand ces dernières rajoutent un vrai stress et forcent le joueur à être réactif et concentré, les premières sont plutôt calme voir carrément lente. En effet, ces scènes sont clairement amusantes et bien faite une fois que l’on a récolté tous les indices. Mais qui n’a jamais ragé au jeu des sept erreurs quand il reste bloqué à la dernière ? Ces phases bien que peu fréquente risquent de casser le rythme du jeu.

A l’inverse, les puzzles en temps très limité sont un vrai régal. D’un part le stress mis par la musique fonctionne bien. D’autre part, aucun échec n’est possible. Dans le cas où vous ne finissez pas dans le temps imparti, votre alter vient à votre rescousse et vous raisonne. Autant dire que l’on veut vraiment réussir à compléter tous les points avant de se faire repêcher sans pour autant attendre trop longtemps en cas d’incompréhension. Et ce point amène un équilibre vraiment agréable dans le jeu et le dynamise énormément.

Le reste de l’œuvre : que vaut Twin Mirror en terme d’immersion ?

Pour ceux qui ont connu Life is Strange, vous savez tous que les graphismes ne sont pas l’axe majeur du studio. Souvent avec des teintes pastelles ou encore des personnages peu travaillés, le studio a cette fois-ci fait un effort prononcé sur les graphismes. En effet, certaines scènes sont tout simplement à couper le souffle. Que ça soit le bar où vous aviez l’habitude d’aller ou encore les confins de votre esprit, les décors ont été bien travaillés. Cependant, quand les décors sont souvent bien fait, il reste encore un manque au niveau des personnages. Ces derniers sont parfois tout simplement ravissant quand d’autres fois, il semblent avoir été bâclés. A l’ère de la 4K et du 60 FPS, le déséquilibre peut faire tâche.

Malgré ça, la musique vient rehausser l’aventure. Produite par le compositeur primé David Wingo, la bande son du jeu est vraiment très agréable. Elle accompagne avec élégance l’intrigue de l’histoire, sachant se faire par moments douce et chaleureuse et à d’autres particulièrement angoissante. Cet équilibre a l’avantage de nous aider à oublier les petites imperfections au niveaux des graphismes et de nous introduire un peu plus aisément dans l’univers de Twin Mirror.

 

Conclusion

Pour reprendre la plupart des points ci dessus, le dernier jeu de DontnoD s’en sort plutôt bien. Certains joueurs apprécieront pouvoir finir l’histoire en un petit week-end quand d’autres pourront le recommencer plusieurs fois. D’autres préféreront se concentrer sur la douceur de certains décors quitte à oublier les quelques imperfections le reste du temps. Si vous êtes vraiment fan du genre ou que vous cherchez un jeu pour vous divertir de temps en temps alors Twin Mirror sera trouver sa place dans votre étagère.

Cependant, l’ère du temps est aux graphismes plus poussés et les scènes principales restent les mêmes quelque soit vos choix. Ainsi, les vrais fans du genre trouveront un chef d’œuvre quand les autres pourront trouver un jeu peu cher. Il en reste que pour une trentaine d’euros, l’univers créé par DontnoD vaut son investissement. Vous obtiendrez dès lors un jeu fort agréable à jouer, pour un prix correct, et avec la possibilité de le recommencer plusieurs fois avec vos amis ou famille. Ainsi, encore une fois, DontnoD flirte entre l’œuvre d’exception et le jeu fait vite fait pour faire payer les nouveaux studios canadiens. De notre côté, on a quand même bien apprécié l’aventure de Sam. Et vous ?

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleppy
Sleppy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

0.00
7

Note

7.0/10

POINTS POSITIFS

  • Une aventure original ...
  • Des graphismes parfois à couper le souffle
  • Une bande son travaillée

POINTS NÉGATIFS

  • ... Mais trop court
  • ... Mais bien souvent inégaux
  • Un gameplay au rythme parfois perturbant.

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Next Post

Film de God Of War - Gerard Butler (Leonidas dans 300) dans le rôle de Kratos

Sony Picture envisage de porter sur grand écran les aventures de God Of War. Le long métrage doit être tourné en 2021 pour une sortie mondiale dès 2022 ! Si l’adaptation du Fantôme de Sparte était connue depuis un petit moment, nous apprenons donc aujourd’hui dans un article de Cesar […]
God Of War Film