TEST – Sable

Partager sur les réseaux sociaux :


TEST - Sable

Révélé en 2018 durant un PC Gaming Show, Sable n’a cessé de faire parler de lui. Chacune de ses apparitions en conférence émoustillait un peu plus les fans de jeux indépendants. Par sa proposition et sa direction artistique, le titre a su plaire et attirer l’attention d’un grand nombre de joueurs. D’autant plus que derrière le projet, nous retrouvons l’éditeur Raw Fury. Avec des œuvres comme Kingdom, Call of the Sea ou encore GoNNER, l’entreprise a su en quelques années devenir l’une des figures des labels indépendants. Développé par Shedworks Studio, le jeu s’inspire de grands noms de la science-fiction comme les œuvres de Jean « Moebius » Giraud ou encore les films du Studio Ghibli. Initialement prévu pour 2019, après des années de retard, que vaut Sable ?

Une quête initiatique dans le désert

Sable, c’est le nom de notre héroïne. Il s’agit d’une jeune fille de la tribu des Ibexxi de la planète Midden. Midden est une immense planète désertique inspirée par la planète Jakku du 7ᵉ épisode de la saga Star Wars. Sur Midden, toute la population porte des masques. Ils servent à la fois à protéger le visage des habitants du sable et à définir leur appartenance à des clans ou plutôt des corps de métier. Toute l’aventure de la jeune Sable s’oriente autour de ces masques. En effet, le jeu commence le jour du départ de notre protagoniste pour sa quête initiatique. Notre objectif sera de récupérer des masques afin de décider ce que deviendra notre héroïne après son long voyage. Bien évidemment, l’univers du jeu ne se résume pas à sa quête principale, le monde explorable a encore plein de secrets à nous révéler.

S’il y a bien quelque chose qui définit l’univers de Sable, c’est son vaste monde ouvert rempli de mystères. Le jeu propose une vaste carte à explorer à dos d’aérocycle, une sorte de moto volante rappelant les lumicycles de Tron ou encore les speeders de Star Wars. Il nous sera donc possible, à la manière d’un The Legend of Zelda Breath of The Wild, d’explorer, dès la fin de la zone de tutoriel, la planète Midden. Le parallèle avec le titre de Nintendo ne s’arrête pas ici puisqu’il nous est possible d’escalader à peu près tout ce qui existe, sans oublier la présence d’un pouvoir nous permettant de planer. Cependant, Sable reste avant tout le travail d’un petit studio indépendant. Le jeu se veut bien plus intimiste et surtout bien moins difficile. Les rares difficultés que vous rencontrerez seront dans certains puzzles qu’offre le titre.

Une direction artistique unique

La direction artistique somptueuse de SableAprès avoir parlé de son concept, il est temps de voir de ce qui a fait réellement parler de Sable. La direction artistique du jeu est un mélange de différents styles graphiques. Tout d’abord, on retrouve le Low Poly. Le Low Poly est un style graphique s’inspirant des premiers jeux en 3D. Reprenant un style imposé par les machines de l’époque, le Low Poly permet au titre de proposer des décors vastes couplés avec des animations saccadées pour appuyer le style graphique. Ensuite, on retrouve le cell-shading. Les textures sont ici dessinées à la main afin d’obtenir un rendu exceptionnel. Ici, le rendu est un véritable hommage au travail de Jean Giraud, aussi connu sous le nom de Moebius. Le travail de Moebius est très présent dans le jeu, que ce soit dans son désert ou dans la construction de sa science-fiction. Enfin, la distance d’affichage et l’ambiance lumineuse utilisent des graphismes 1 bit.

Tout ce rendu graphique fait de Sable une véritable pépite de modélisation 3D. Le titre possède une ambiance unique et très forte visuellement qui peut diviser quant à son appréciation. Le titre profite aussi d’un sound design absolument fabuleux que ce soit le bruit de notre aérocycle aux cris des animaux en passant par le son du sable sous nos pieds. Mais l’un des gros points forts de Sable n’est autre que sa bande-son. Composé par Japanese Breakfast, un groupe de rock indépendant aux millions d’écoutes sur les plateformes de streaming, la musique du titre instaure une ambiance reposée et mystique marquant par sa diversité. Toute cette direction artistique est en plus mise en avant au travers d’une interface des plus minimalistes sublimant l’ambiance du titre. Sans oublier, une mise en scène bien amenée durant les quelques cinématiques que propose le titre. Sable ne déçoit pas là où on l’attendait et réussit à surprendre sur d’autres points où l’on ne l’attendait pas.

La traversée des dunes

Obtention d'un nouveau masqueSi Sable traduit parfaitement l’ambiance mystique de son vaste désert, il réussit tout autant le sentiment de liberté offert par la conduite de l’aérocycle. La sensation de glisse sur les dunes offertes par le véhicule est très satisfaisante. D’autant que le moyen de locomotion est personnalisable comme notre tenue. En plus des fameux masques qui sont au cœur du voyage initiatique, le haut et le bas de la tenue de Sable peuvent être changés, de même pour les trois parties de notre machine. Cette personnalisation ne change toutefois en rien le caractère de la jeune Sable. Notre protagoniste nous fait toujours part de ses pensées durant les dialogues. Des pensées dans lesquelles Sable n’hésite pas à avoir quelques traits d’humour ou à nous montrer ses inquiétudes. Malheureusement, les dialogues sont, pour le moment, uniquement en anglais. Heureusement, un patch français est prévu et devrait être disponible avant la fin de 2021.

Comme faiblesses de ce jeu d’exploration, on retrouve malheureusement les quêtes secondaires. Rares sont les quêtes arrivant facilement à nous captiver. Toutes ces quêtes se résument très souvent à réaliser une ou plusieurs tâches à un endroit indiqué, ce qui est dommage du point de vue de la narration. Pour récupérer de nouveaux masques, il sera nécessaire d’obtenir des badges qui sont très souvent des récompenses des dites quêtes. Heureusement, certains puzzles et énigmes permettent aux moments d’explorations et de plateformes de rendre ces phases plus gratifiantes. L’exploration reste tout de même le point le plus important du titre. Il vous sera possible de finir le titre rapidement en 3 – 5 heures, mais cela serait gâcher le fabuleux univers pensé par les créatifs de Shedworks Studio.

Conclusion

Sable est une véritable claque pour ce qui est de son ambiance, sa direction artistique et sa bande son. Le titre offre une véritable sensation de liberté appuyant encore plus la force de son monde ouvert et son univers. Pour un premier jeu, Shedworks Studio nous montre tout un savoir artistique qui apporte une nouvelle perle parmi les jeux indépendants. Plus faible du point de vue de son scénario et de son système de quêtes, le jeu propose tout de même une excellente expérience d’exploration dans un univers qui plaira aux fans de science-fiction. On pourra tout de même noter que le titre est pour le moment disponible uniquement en anglais et possède encore quelques bugs pouvant troubler l’immersion. Cependant, le jeu étant réalisé par une petite équipe dévouée, des améliorations sont à prévoir dans les semaines et mois à venir, afin de rendre Sable toujours plus inoubliable.

Sable

8

Note

8.0/10

POINTS POSITIFS

  • Direction artistique splendide
  • Bande Sonore extraordinaire
  • Un monde ouvert magnifique et rempli de mystère
  • Une véritable sensation de liberté sur l’aérocycle
  • Les différents éléments de personnalisation

POINTS NÉGATIFS

  • Quêtes peu intéressantes
  • Quelques bugs sonores et graphiques (provisoire)
  • Pas de traduction française (provisoire)
Qu'en pensez-vous ?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

Redeyes

Rédacteur passionné par le jeu vidéo, l'animation et le cinéma. Curieux des nouveautés, mais aussi des grands classiques.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire