TEST – Diablo Immortal

Partager sur les réseaux sociaux :


TEST - Diablo Immortal

Diablo, l’une des séries phares de Blizzard Entertainement a fait son bout de chemin depuis 1997. Ce Hack’N’Slash nous met en scène en tant que défenseur du genre humain dans une classe spécifique, contre le terrible Diablo et ses hordes infernales. Typique des RPG médiévaux fantastiques, il faudra d’abord compter sur le guerrier, l’archer ou le magicien, puis à partir de Diablo II sur un panel plus complet : Barbare, Druide, Nécromancien etc… qui seront repris et adaptés. En attendant la sortie du quatrième volet en 2023, nous avons eu droit ce début Juin, à un épisode gratuit 2.5 en MMORPG, développé avec NetEase spécifiquement pour les mobiles : Diablo Immortal. Une version bêta sur PC a également été ouverte dans la foulée, nous avons testé sur les deux plateformes. Beaucoup d’encre a coulé impliquant la soi-disant gratuité du jeu, nous allons en parler objectivement et avec recul. Voici ce que nous en avons retiré.

Les hordes envahissent les mobiles

TEST Diablo ImmortalNous ne l’attendions pas spécialement, mais nous voici avec un épisode de la série Diablo sur les mobiles !! Blizzard et NetEase se sont mis d’accord pour mettre à disposition une nouvelle histoire, situé dans la temporalité entre Diablo II et III, au tout milieu : cinq ans après la destruction de Baal et de la Pierre-Monde et cinq ans avant un nouveau retour de Diablo. Nous verrons là bons nombre de clins d’œil aux autres Opus, comme le personnage le plus emblématique (après Diablo) de la franchise, Deckard Cain. Puis nous retrouverons entre autre Charsi, forgeronne de Diablo II, et la capitale Ouestmarche qui a été découverte lors du DLC Reaper of Souls de Diablo III. Les ennemis sont également de la partie avec entre autre ce bon vieux Roi squelette Leoric, ou le Boucher.

Alors que dire de manière générale de cet opus ? Nous avons un petit sentiment de déjà vu. Bons nombres de choses viennent clairement de Diablo III, mais après tout pourquoi enlever les bonnes choses ? Ils semblent vouloir attraper le marché Mobile avec cette licence et tentent de montrer le meilleur ? Il nous reste tout de même bons nombres de choses à découvrir. Une toute nouvelle histoire inédite est à suivre avec l’une des six classes mises à disposition : Sorcier, Moine, Barbare, Croisé, Chasseur de démons et Nécromancien. Nous reconnaîtrons plusieurs monstres déjà vu dans les autres opus, remaniés avec des graphismes plus que corrects. Par contre l’ennemi principal, Skarn a une ressemblance un peu trop frappante avec Diablo à notre goût. Mis à part ça, les différents décors nous remettent bien dans l’ambiance. Un sentiment plutôt positif en somme, bien que l’écran “mobile” gêne beaucoup l’immersion. Par chance, la Bêta de la version PC nous permet de reprendre notre jeu sur un grand écran, et cette dernière est de retour.

Diablo Immortal, trop simplifié ?

TEST Diablo ImmortalParlons plus en détail du jeu. Le gameplay a été largement simplifié. Prenons simplement l’exemple des potions ou des portails de ville (ou même des téléporteurs), il nous fallait trouver potions et parchemins. Diablo III avait déjà rendu ça plus accessible, en abandonnant les dizaines de potions remplissant l’inventaire, mais les potions pouvaient avoir des effets différentes. Il n’était pas possible de se téléporter n’importe où depuis n’importe où. Le portail renvoie à la ville la plus proche, puis laisse la possibilité de faire demi-tour et continuer ton chemin. Désormais, de nulle part tu accèdes à n’importe quel portail de téléportation. De plus, dans l’aventure les personnages nous donnent les portails vers les nouvelles zones, même si nous y avions déjà accédé. Le côté monde ouvert dénote un peu avec ce que nous raconte l’aventure et nous sort parfois de l’histoire. La logique aurait voulu que les zones, que l’on accède depuis le panneau des primes ne soient débloquées qu’une fois qu’on y est rendu dans l’histoire.

On râle on râle, mais cela n’a pas que des mauvais côtés. Le navigation automatique et pouvoir se téléporter près de toutes les zones de quêtes apporte un confort certain. La plupart des quêtes de recherches indiquent exactement sur la carte où sont les personnages ou les objets à trouver. Il aurait peut-être quand même fallu laisser le joueur chercher par lui-même tout en indiquant une zone. Vous nous direz, ne sélectionne plus la quête et va chercher tout seul, nous aurions opté justement pour un juste milieu entre trop guidé et le plaisir de faire quelque chose soi-même.

Mais énormément de choses à faire

TEST Diablo ImmortalMême assez simplifié, Diablo Immortal a su proposer beaucoup de choses, peut-être trop pour les mobiles : Il faut en effet prévoir plus de 12 Go en stock pour télécharger l’ensemble du jeu. De l’histoire de base à découvrir, aux primes aux quatre coins de Sanctuaire en passant par une multitude de quêtes secondaires et hauts-faits, nous n’avons pas le temps de chômer. Des quêtes de zones permettent également de déclencher des évènements spéciaux qui donneront elles aussi leur lot de récompenses. Parfois c’est à une heure précise, d’autres simplement en nettoyant la zone. De nombreux donjons n’attendent que nous pour nous donner la chance de trouver de l’équipement légendaire, sans compter les failles qui fourniront leur lot de gemmes. Des Worlds Boss demanderont également une coopération des joueurs en groupe ou troupes de guerres. Il est assurément dommage pour les joueurs voulant tenter l’aventure en solo de leur en bloquer l’accès. Mais le système est fait pour trouver assez facilement des compagnons temporaires. Certains coffres demandant quatre joueurs pour les ouvrir en frustrera plus d’un, mais rassurez-vous, la récompense n’est pas toujours à la hauteur. Autant se dire qu’ils sont faits pour les groupes habitués et passer son chemin trouver des objets plus loin.

Tout ce qu’il y a à faire peut être un peu déroutant, mais le Codex recense une grande partie de ce qu’on peut faire. De multiples petites quêtes rapportent de nombreuses récompenses d’XP et d’objets, et augmentent notamment le Pass de combat. Il recense également les hauts-faits et quêtes spéciales de chaque zone faites ou non. D’ailleurs, dès que le niveau 60 est atteint, c’est le moment de monter la difficulté et passer en Enfer (I, II …) pour plus de loot. Par contre, impossible de comprendre pourquoi nous avons des malus lorsque l’ennemi est trop fort. Il est trop fort, ben oui, mais pourquoi on tape moins fort et on prend encore plus cher ?? Allez chercher la logique. D’ailleurs le passage normal vers Enfer I se passe beaucoup mieux que le Enfer I vers II, débloqué beaucoup trop tôt par rapport au niveau Parangon.

En plus des failles ancestrales qui donneront de quoi faire les gemmes, nous sommes mis à l’épreuve dans les failles probatoires (que nous reconnaîtront encore une fois de Diablo III). Elles permettront une sorte de compétition mondiale, pour savoir qui terminera celles de haut-niveau en premier et en combien de temps. On peut passer outre la compétition et prendre ça pour un défi personnel aller à notre rythme le plus haut possible.

Puis vient le vrai PvP. Même si nous n’en avons pas fait beaucoup, le système de champ de bataille attaque/défense (qui n’est pas sans rappeler un mode d’Overwatch) nous change de l’aspect habituel du jeu : défoncer des hordes de démons ou classique 1v1. Nous devons dans un 8vs8 protéger ou attaquer des gardiens, puis pousser jusqu’au camp adverse dans un temps imparti ou parvenir à tuer 55 fois les attaquants. Le concept est vraiment sympa, même si le matchmaking sera toujours le défaut de ce genre de jeu. Pour peu qu’une équipe comporte un PGM ou deux, il y a des chances qu’elle roule sur la bataille malgré le système de classement. Peut-être donner un premier jet de classement en fonction du score de combat avant de commencer ? Cela s’amenuisera peut-être au fil des saisons. Son autre gros défaut, il faut malheureusement attendre certains créneaux horaire pour y participer.

Avec toutes nos excuses, nous n’avons pas encore testé les batailles entres ombres et immortels, ce qui donne le titre ultime du jeu : Immortel.

Une grande difficulté à faire évoluer nos objets

TEST Diablo ImmortalIl faut bien l’avouer, trouver des objets légendaires une fois le niveau 60 atteint est une formalité. Il suffit d’un peu de patience et de farmer des donjons. Un gros point positif que l’on a remarquer, la possibilité d’extraire l’essence du pouvoir légendaire, et la transférer vers un autre objet légendaire. Ainsi nous pouvons répercuter les bonus de pouvoirs dont nous nous servons à chaque légendaire plus puissant que nous trouvons. Cela prend seulement quelques pièces d’or. Il y a quand même le facteur chance qui rentre beaucoup en compte sur les stats. Les légendaires qui tombent ne sont pas toujours à un bon niveau, et les bonus de caractéristiques obtenus seront plus ou moins utiles suivants les classes.

En matière de difficulté moyenne, améliorer l’équipement demande vite de grandes quantités de ressources de plus en plus rares. Le fait de pouvoir transférer toutes les améliorations dès que l’on remplace un équipement est un gain énorme, et heureusement. Même si nous avons du mal à cerner la logique. On finira par répondre : “TG c’est magique”… soit !!! c’est sûrement le cas. Vu le coût que l’augmentation demande et les objets au niveau toujours évolutif après les Parangons, on ne s’en plaindra pas.

Et le plus horrible à évoluer, les gemmes et le charme. Commençons par le charme, nous l’évoluons au niveau 5 pour obtenir 5 bonus de compétences, sauf que celles-ci apparaissent aléatoirement, et pas spécialement pour notre classe. Il faut alors une pierre de compétence pour espérer changer un bonus inutile. Il faut monter un autre charme niveau 5 pour le transformer en pierre de compétence qui aura les 5 compétences de ce charme (ceux inutiles inclus). Pour finir, on insuffle la pierre dans le charme, et nous ne choisissons pas la compétence, celle-ci est choisie au hasard parmi les cinq. Je vous raconte pas le nombre d’essais qu’il va falloir, surtout que ça coûte assez cher. De quoi s’arracher les cheveux.

Enfin les gemmes, coûtent extrêmement cher à évoluer, mais sont tout de même moins aléatoires que le charme. Mais pas moins de 15 gemmes légendaires 1 étoile sont nécessaires pour en augmenter une au niveau 3. Il faut bien avouer que certains effets sont très puissants. Alors oui c’est cher, il va falloir du temps pour les monter, ou si on veut un coup de pouce, on achète un pack. La très grosse difficulté et l’envie des joueurs de tout avoir rapidement pousse à dépenser une fortune. Mais nous essayons de prendre du recul, et finalement, pourquoi ne pas prendre du plaisir en jouant tranquillement et.ou faire des efforts pour obtenir les meilleurs niveaux ?

Diablo Immortal, c’est aussi quelques bugs de jeu et de connexion

TEST Diablo ImmortalDe nombreuses personnes semblent avoir du mal à garder une connexion stable à battlenet sur leur téléphone en 4G. Nous avons nous-même constaté quelques déconnexions. Mais nous arrivions au moins à lancer le jeu : quelques autres, apparemment ne peuvent qu’en se connectant sur un Wifi. Pour un jeu Mobile, c’est pas la fête. Mais malgré avoir été déconnecté, quel surprise de ne pas devoir recommencer un donjon. On recommence vraiment au point où on était arrêté. Autre bémol tout de même, quand nous arrivons dans une zone (à tout hasard Ouestmarche), le jeu a besoin d’un petit temps pour tout charger. Pendant ce temps on lague pas mal.

Il est à noter que la navigation automatique a tendance à prendre le pas sur le contrôle. Notre personnage continue de se déplacer alors même que nous voulons le contrôler, dévier un peu du chemin. Pour réussir à aller sur une quête secondaire qui apparaît ou sur des élites, il faut par exemple bien enlever la sélection de la prime en cours. Sinon au moindre relâchement pour le diriger, il repart automatiquement continuer son chemin. Peut-être est-ce surtout sur la version PC.

Le système de groupe est bien, et simple. Cependant, on se retrouve parfois à avancer une même quête, pourtant partagée en double, et finir par taper le boss deux fois pour que chacun valide. Le terme “groupe” perd son sens dans ces cas là.

Finissons en parlant de la version PC (en Bêta nous rappelons) qui n’est pour le moment pas très adapté : un clic perdu et une fenêtre s’ouvre en plein de milieu d’un combat. Nous voyons nettement que l’interface est fait pour les mobiles, nous attendons donc avec impatience qu’elle évolue pour mieux s’adapter au PC. Allez, on vous remet le petit trailer de l’époque pour mieux profiter du gameplay.




Conclusion

Pour résumer notre ressenti, Diablo Immortal est un très bon jeu mobile dans un univers que les fans adorent. L’ambiance est bien là, les graphismes tout à fait corrects. L’un des points les plus positifs que l’on peut remonter, c’est la bêta ouverte sur PC. Malgré une interface moyennement adaptée, nous profitons d’une meilleure immersion, et elle est surtout cross-plateforme avec la version Mobile. Il y a quelques détails à régler sur de légers bugs. Mais il est vraiment abouti, avec une quête principale intéressante, de nombreux clins d’œil aux autres versions, et de nombreuses quêtes annexes à chercher avant de s’ennuyer. Le sentiment d’un remake de Diablo III ne gêne pas tant que ça, puisque l’intérêt est d’en profiter sur mobile. Ceux qui n’auront pas joué à ce dernier auront le plaisir de découvrir toutes les nouvelles fonctionnalités avec ce free-to-play. Mais il va falloir prévoir de la place !!! Plus de 12 Go, et c’est sans compter les futures mises à jour qui augmenteront la taille de l’application.

Nous déplorons un peu l’impossibilité pour un joueur Solo de se mettre à l’épreuve sur les donjons et instances du reliquaire infernal. Quitte à se faire éclater, autant pousser son esprit TryHard au maximum. Dans ce même esprit, nous n’oublions pas non plus ces malus un peu aberrants lorsque les monstres sont déjà trop forts pour nous. Le sujet qui fâche : le haut-niveau est très avare en richesse du jeu et peut trop pousser à la dépense. La boutique propose beaucoup de packs, et peu de choses à acheter avec l’argent du jeu. Cela paraît assez démesuré quand on voit les chiffres annoncés dans les diverses critiques. Mais dans le fond a-t-on réellement besoin de payer pour avancer dans le jeu ? Sans chercher à être numéro un du serveur avec le titre d’Immortel, il est très accessible sans dépenser. Personnellement, la boutique ne nous a servi que pour le pack gratuit journalier. Il faut savoir être patient et profiter simplement. Nul besoin de terminer le jeu et être niveau max en moins d’un mois. Sa durée de vie s’en trouverait tristement écourtée. Du coup, c’est dommage pour ce côté final Pay-to-Win. Les hauts-classés se distinguent actuellement plus pour leur carte bleu que leur qualité de jeu. Faudrait-il que Diablo Immortal remanie correctement sa boutique en limitant les achats ? Pour sûr ils gagneraient moins, mais le jeu s’en trouverait plus équilibré entre les joueurs.

N’hésitez pas à partager avec nous ce que vous en pensez, les choses que l’on aurait oublié ou dont vous n’êtes pas d’accord. N’oubliez pas non plus de nous rejoindre nos différents réseaux sociaux FacebookTwitterInstagram ou notre canal Discord !

TEST - Diablo Immortal

0.00
7

Note

7.0/10

POINTS POSITIFS

  • Un Diablo Free-to-Play
  • Une bonne durée de vie (campagne+le reste)
  • Des graphismes et une ambiance très corrects
  • Le système de groupe très simple
  • La version PC

POINTS NÉGATIFS

  • Manque d'immersion sur Mobile
  • Des malus quand on est déjà trop faible ???
  • L'interface PC à réadapter
  • Taille du jeu conséquente pour un téléphone
  • Le Pay-to-Win pour le compétitif
Qu'en pensez-vous ?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
3
+1
0

Sôji

aime le loot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire