The Rogue Prince of Persia

Après un épisode multisupport fort remarqué et objectivement remarquable, la saga des Prince Of Persia revient dans un nouveau titre plus minimaliste mais avec une forte direction artistique. Nous avons eu la chance de pouvoir tester The Rogue Prince of Persia dans sa version anticipée et nous vous partageons nos avis “à chaud”. Futur must-have ou épisode anecdotique en préparation ? Voilà quelques éléments de réponse.

C’est qui le Prince de Perse?

Petit rappel concernant l’histoire de la franchise : en 1989 sort Prince of Persia sur Apple 2. Le titre est développé par Jordan Mechner, connu pour avoir crée Karateka, 4 ans plus tôt, à l’âge de 20 ans à peine. Dès sa sortie, le titre impressionne par la qualité de l’animation des personnages. En effet, le jeune programmeur avait utilisé la technique de rotoscopie pour fluidifier les mouvements de ses sprites en filmant son frère. L’histoire prend place dans la Perse ancienne. Une princesse refuse de céder aux avances de Jaffar, ce dernier laisse à la jeune femme une heure pour accepter le mariage, sans quoi elle sera tuée. Le seul espoir de la princesse repose désormais sur un courageux jeune homme élu de son cœur. Mais ce dernier a été enfermé dans les geôles du palais.

Un deuxième épisode sort en 1993. Plus tard, Red Orb Entertainment développe le premier opus en 3D qui sort en 1999. Mais ce dernier reçoit de mauvaises critiques. Le passage en 3D est réellement réussi avec l’acquisition de la licence par Ubisoft Montréal. Intitulé Prince of Persia : Les Sables du Temps, le titre de 2001 connaît un fort succès critique et public, notamment sur consoles de salon. Il faut dire que la possibilité de rembobiner le temps afin de triompher des épreuves était révolutionnaire et rendait une dynamique non négligeable au titre. Développée sous la direction de Yannis Mallat, la licence s’offre une trilogie qui s’achèvera avec Prince of Persia : Les Deux Royaumes en 2010.

La même année, Walt Disney Pictures sort une superproduction hollywoodienne intitulée Prince of Persia : Les Sables du Temps. Le film est réalisé par Mike Newell et voit Jake Gyllenhaal endosser le rôle du Prince pour un sympathique divertissement.

À noter que la Nintendo DS accueille Prince of Persia: The Fallen King en 2009. Un épisode développé par Ubisoft Casablanca qui propose une toute nouvelle direction artistique plus “chibi” et un défi malgré tout relevé qui utilise judicieusement le gameplay au stylet de la console. Outre cette sortie, la licence propose également son lot de spin-off et de romans graphiques.

Le Prince of Persia de 2008 est quant à lui un nouveau départ pour la franchise Prince of Persia, se démarquant de la trilogie des Sables du temps par son système de jeu et ses graphismes en cell shading. Mais le succès fut mitigé.

Alors que le remake des Sables du Temps vient tout juste d’être annoncé pour 2025, la série a retrouvé ses lettres de noblesse avec Prince of Persia: The Lost Crown sorti sur tous les supports actuels. Un excellent jeu d’action à la sauce metroidvania qui nous a laissé une très bonne impression lors de sa sortie en début d’année. Pour vous en convaincre, il vous suffit de vous rendre ici pour découvrir notre test détaillé.

Mais assez parlé de la franchise en elle-même, intéressons-nous à The Rogue Prince of Persia.

Il était une fois, un prince de Perse.

Vous incarnez le Prince, aveuglé par sa détermination et son désir de prouver sa valeur en tant que futur roi. Il détient un bola mystique aux pouvoirs exceptionnels : il lui confère la capacité unique de remonter dans le temps lorsqu’il décède.
Les Huns sont aux frontières de la Perse, et le plan d’attaque du Prince est une fois de plus rejeté par son père qui le juge trop inexpérimenté et imprudent. Face au refus de son paternel, le Prince décide de défendre son peuple seul. Mais en atteignant le camp des Huns, il est horrifié de découvrir leur magie chamanique dévastatrice. Malgré une bataille épique, l’armée du Prince capitule face aux puissants Huns, qui se dirigent vers la capitale.
Notre héros, vaincu par le Roi Hun, est sauvé par son ancien mentor qui le conduit à l’oasis cachée à l’extérieur de la capitale pour être soigné. Une fois remis sur pied, le Prince se rend immédiatement à la capitale pour en découdre à nouveau.
Pour cela, il devra apprendre de ses erreurs en écoutant attentivement ses proches et en faisant confiance à ceux qui lui sont proches. Grâce à cette collaboration, il pourra enfin découvrir comment sauver la Perse une fois pour toutes des Huns et de la corruption chamanique qui tend à devenir incontrôlable.

Un Rogue Like dynamique et exigeant

Cet accès anticipé nous propose de jouer au minimum une dizaine d’heures afin de découvrir 6 lieux emblématiques et différents. Du village Zagros aux magnifiques jardins luxuriants aux mille et un dangers en passant par la riche académie où sont entreposés trésors et pièges mortels. Chaque niveau possède sa patte graphique et sa musique d’ambiance. Bien qu’elle puisse paraître répétitive au premier abord, elle allie avec brio l’électro et le thème oriental pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Légère et envoûtante au premier niveau, elle se fait plus oppressante dans les niveaux les plus ténébreux.

Après un tutoriel succinct, il est temps de vous lancer à l’aventure. Force est de constater qu’avec ses sprites tout en couleur façon cartoon, le titre est fortement dynamique. Le prince est un véritable félin qui saute, glisse, grimpe, marche au mur et manie les armes mortelles avec brio. Tout est fluide et s’apprécie encore plus en haute résolution. Vous aurez d’ailleurs le loisir de choisir et de découvrir de nombreuses armes qui ont réellement servi dans l’armée perse ainsi que des armes secondaires telles que l’arc ou le grappin.

Comme dans ses aînés et notamment PoP : The Lost Crown, le titre alterne rapidement moments de plateforme pure et combat effréné. Ces deux phases sont d’ailleurs souvent entremêlées et font appel à vos réflexes.

Chemins faisant, vous découvrirez des capacités spéciales qui viendront vous aider dans votre aventure. Ainsi, le fait de pouvoir créer de la résine en passant derrière votre ennemi permet de ralentir son action et de profiter d’un avantage indéniable dans votre combat. Notamment contre les généraux Huns, Berude et Bataar (qui porte bien son nom).

Vous avez jusqu’à 4 items à collecter et leur puissance dépend de la relique placée à côté de lui. Sans entrer dans les détails, d’autres bonus vous permettront de gagner de la vie à chaque “portail” découvert. Ces derniers vous permettront de voyager entre eux afin de découvrir la totalité de la carte. Ce n’est qu’en fouillant minutieusement chaque recoin du niveau que vous parviendrez à découvrir tous les secrets que le titre renferme. Ainsi, recommencer est un mal nécessaire ! Après tout, le jeu se revendique d’être un rogue-like.

En ce sens, il faudra collecter certaines informations ou rencontrer et délivrer certaines personnes clés pour comprendre l’histoire dans sa globalité et assister à la véritable fin du jeu.

À l’état actuel, le jeu est encore en construction, mais l’on sent bien le potentiel que le titre nous réserve.

Les quelques défauts provisoires du titre :

Comme le titre est en accès anticipé, il souffre obligatoirement de quelques bugs. Par exemple, suite à une mise à jour, la résolution en 2560 x 1440 n’était plus disponible. Le jeu a également “freezé” lorsque j’étais accroché à une corde lors de la mort d’un boss. Certains bugs de collision apparaissent ça et là et les ennemis frappent fort… Très fort. Peut-être même trop parfois.

Il n’empêche qu’Ubisoft propose à tout un chacun de faire part de leurs difficultés et de leurs propositions via leur groupe Discord. Force est de constater que l’équipe des développeurs est à l’écoute des joueurs. Les mises à jour sont quasi quotidiennes et améliorent sans cesse un peu plus le plaisir que l’on a à contrôler ce nouveau prince.

Conclusion

Comme dit précédemment, une fois les bases apprises via un tuto succinct, contrôler ce nouveau Prince de Perse est un véritable plaisir. The Rogue Prince of Persia est un titre qui est à l’état actuel fortement agréable à jouer et le sera, à n’en pas douter, forcément encore plus à sa sortie ! Espérons que le titre ne se cantonne pas au PC et puisse bénéficier d’une sortie multi-support afin qu’un maximum de joueurs avides d’acrobatie orientale puisse en profiter ! Mais faisons confiance à Ubisoft et souhaitons bonne chance aux développeurs d’Evil Empire pour finaliser leur titre.

Nous vous tiendrons informés de l’avancée de celui-ci et ne pouvons, à l’état actuel, que vous encourager à tester cet accès anticipé. Car la sortie du titre dans sa version définitive n’est pas pour tout de suite.

, , , , , , , , , , , , ,

yancha

Rédacteur avec pas mal d'XP au compteur ayant grandi avec les bornes d'arcades à l'ère 8 et 16 bits.

Laisser un commentaire