TEST – Samurai Shodown

Partager sur les réseaux sociaux :


 

Samurai ShodownNé il y a bientôt 30 ans. Samurai Shodown est l’une des licences de jeux de combat les plus culte. Bien que moins populaire que Street Fighter ou Mortal Kombat, la saga de SNK profite d’une grande réputation auprès des aficionados du genre. Si certains personnages de la franchise apparaissaient encore dans les récents King of Fighters, il aura tout de même fallu attendre 2019 pour voir une nouvelle entrée dans la série. Deux ans après sa sortie sur console, le titre débarque sur Steam avec tous ses DLC. Que vaut ce Samurai Shodown ?

Cinématique d'introductionTout d’abord, parlons de la technique. La première chose qui démarque Samurai Shodown des autres jeux de combat, c’est sa direction artistique. Avec ses décors et personnages colorés, le jeu réussit l’habile mélange du style des estampes japonaises et de l’animation japonaise moderne. L’unique véritable défaut se retrouve malheureusement dans les graphismes qui ne suivent pas le même niveau de détail que la DA. Pour ce qui est de la bande-son, elle est un subtil mélange entre sonorités traditionnelles japonaises (voire oriental pour certains personnages) et musique moderne. Selon le personnage, on retrouve différents mélanges de genres qui sonnent parfois très justes durant les combats, mais peuvent aussi être à côté de la plaque.

Des duels dans les règles de l’art

La formule de Samurai Shodown a toujours reposé sur un principe très simple, mais très efficace. Chaque coup porté durant un affrontement est une lame à double tranchant. Une attaque réussie offrira très souvent l’occasion de porter de lourds dégâts à votre adversaire. Cependant, un assaut raté sera l’opportunité pour l’adversaire de vous infliger un combo qui, bien que court (2 à 4 coups), sera dévastateur pour votre barre de vie. À la manière des duels d’un film d’Akira Kurosawa, les échanges à l’épée dureront ici moins de 30 secondes.

Ce système de combat est basé sur 4 boutons, un coup de sabre léger, moyen et fort ainsi qu’un coup de pied plus rapide. Ces attaques permettent ensuite de réaliser des coups spéciaux à l’aide de votre stick qui optimiseront vos dégâts. Ce système s’accompagne d’une jauge de rage se remplissant en encaissant les attaques. Une fois remplie, la jauge commencera à se vider, ce qui vous laissera le temps d’infliger de plus gros dégâts à l’aide de coups spéciaux améliorés. Parmi ses options d’attaques, le système offre beaucoup d’options dites de « Comeback ». Il s’agit d’attaques dévastatrices, mais difficiles à placer. Chaque combattant en possède une avec toujours les mêmes commandes à rentrer afin de la déclencher.

Enfin, on retrouve aussi des attaques brises-gardes et évidemment des grabs qui n’infligent ici aucun dégât, mais qui permettent d’enchaîner avec certaines attaques vous permettant de punir les joueurs un peu trop sur la défensive. Et des options défensives, ce n’est pas ce qui manque dans ce Samurai Shodown. Il y a bien évidemment une garde haute et basse. Mais aussi une garde dite « extrême » lorsqu’elle est réalisée à la dernière seconde, ainsi qu’une esquive. Ces deux options permettent au joueur de reprendre l’avantage sur l’adversaire à l’aide d’un coup rapide. Cependant, tout comme pour les attaques, échouer dans l’exécution des mouvements, vous rendra vulnérable. Samurai Shodown est un jeu de contre et de punition, ce qui le rend nerveux, mais surtout long à apprendre.

Des mécaniques et archétypes uniques

attaque Lame EclairVous l’aurez compris avec le système de jeu, Samurai Shodown est basé sur le mind’s Game. Connaître les options de l’adversaire est crucial et permet d’avoir l’avantage dans les affrontements. Des affrontements qui, bien que pouvant ressembler à des parties de Poker avec un katana, n’en restent pas moins spectaculaires. La mise en scène des options de Comeback est tout simplement sublime. On a par exemple les attaques Lames Eclair, grand ajout de l’épisode, qui impressionnent par leur rapidité et leur mise en scène. Ou encore, les super coups spéciaux qui, bien que très lents, offrent souvent un spectacle (et des dégâts) qui en valent le risque.

Mais, s’il y a bien un mouvement à retenir, c’est évidemment le blocage de lame à mains nues, une option défensive réalisable uniquement désarmé. Et oui, l’une des principales mécaniques de Samurai Shodown est la possibilité d’être désarmé. Il est possible d’être désarmé à la suite d’une attaque de désarmement, d’un contre ou encore d’un duel de lame durant lequel il faudra masher vos boutons d’attaque. Une fois désarmé, il est possible de récupérer votre arme. Cependant, vous serez très vulnérable avant et au moment de mettre la main dessus.Toutes ces mécaniques peuvent faire peur, pourtant, le titre s’en sort étonnamment bien dans sa prise en main. Tout cela grâce à un casting très bien maîtrisé et très complet. S’il y a deux ans, au moment de sa sortie, il y avait de quoi être triste de voir seulement 18 personnages.

Les 29 (bientôt 30) personnages du roster peuvent désormais réchauffer le cœur des fans avec le retour d’anciens de la franchise, mais aussi des partenariats comme pour le Warden débarquant de For Honor, ou encore Hibiki Takane qui vient de l’ancienne licence de SNK, The Last Blade. Les plus vieux fans peuvent aussi profiter de modèles 3D rétro pour différents personnages. Un roster conséquent qui est très facile à prendre en main puisque rares sont les personnages à avoir des mécaniques spécifiques. Les personnages se limitant à des archétypes comme le choppeur sont peu nombreux bien que vous retrouviez toujours des personnages plus spécialisés sur la distance et d’autres bien plus rentre-dedans. Le travail sur les différents personnages est exceptionnel et nul doute que le futur DLC tiré de la licence Guilty Gear sera lui aussi une réussite (bien que les deux jeux soient mécaniquement opposés).

 

Que faire dans Samurai Shodown ?

Cinématique du mode HistoireAvec un système de jeu et un roster si complet, Samurai Shodown a tout pour être un excellent jeu de combat. Cependant, pour ce qui est du contenu, c’est une autre histoire. Très rapidement, vous serez tenté de vous lancer dans les différents modes de Samurai Shodown. Après avoir très vite fait le tour du tutoriel qui, bien que rapide, ne nous offre pas l’occasion de suffisamment travailler les différentes mécaniques. Vous passerez par les éternels modes Contre-la-montre, Survie et Histoire. Ce dernier étant ici un mode Arcade entrecoupé de cinématiques très agréables nous en apprenant plus sur l’univers du titre bien que n’allant pas en profondeur. Aussi, la difficulté des différents modes de jeu ne vous causera quasiment aucun problème à l’exception du Boss final du mode Histoire qui est d’une difficulté hallucinante comparée au reste des affrontements.

On retrouve aussi un mode Galerie nous permettant de retrouver les musiques, voix, cinématiques et illustrations du titre. Mais le mode Solo qui intrigue est clairement le mode Dojo. Dans ce mode, il est possible d’affronter des « fantômes ». Il s’agit d’intelligences artificielles qui enregistrent la manière de jouer des différents joueurs, selon leur personnage. Il est ensuite possible d’affronter ses propres fantômes et les fantômes d’autres joueurs afin de s’entraîner. Si l’idée peut paraître formidable sur le papier, dans les faits, on se retrouve avec des ordis totalement perdus, frappant dans le vide et sautant partout. Bien que le titre soit sorti il y a 2 ans, les fantômes restent chaotiques.

Après avoir fait le tour du contenu Solo, il ne vous reste plus que le contenu multijoueur. Malheureusement, le moment où un jeu de combat est à son apogée, c’est à sa sortie. Ici, nous avons affaire à une sortie sur Steam, 2 ans après la sortie console. Bien que Steam soit la plateforme de jeu numéro une sur PC, le jeu n’a pas vraiment accueilli de nouveaux joueurs. Le mode en ligne est désert. Malgré un très bon système de lobby, les combats en ligne sont au ralenti et rarement agréables. Samurai Shodown échoue de par son contenu à nous faire rester sur le titre.

Conclusion

Samurai Shodown a certainement l’un des meilleurs systèmes de combat. Le jeu impressionne par la qualité de ses animations et de sa direction artistique. La sensation de chaque coup porté est terriblement satisfaisante tant les échanges peuvent être tendus. Aussi, le titre permet véritablement d’apprécier toute la puissance des super coups spéciaux au travers de cinématiques très travaillées. Malheureusement, le jeu souffre de son ancienneté et du classicisme de son genre. Bien que le mode Dojo soit un premier pas en avant, l’équipe de développement n’a pas réussi à proposer suffisamment d’expériences solo rafraîchissantes pour pallier la désertification de son mode en ligne. Le futur DLC sera certainement le dernier, ce qui laissera la licence en pause jusqu’à, on espère, un nouvel opus.

Samurai Shodown

7.5

Note

7.5/10

POINTS POSITIFS

  • Excellente direction artistique
  • Système de combat solide
  • Roster conséquent et bien équilibré
  • Animation propre et sublime
  • Bande-son unique

POINTS NÉGATIFS

  • Peu de mode jeu innovant
  • Tutoriel peu complet
  • Graphismes un peu daté même pour un jeu de 2019...
  • Mode en ligne déserté

Redeyes

Rédacteur passionné par le jeu vidéo, l'animation et le cinéma. Curieux des nouveautés, mais aussi des grands classiques.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire