TEST – Potion Permit

Partager sur les réseaux sociaux :


 

De temps en temps, nous aimons bien nous détendre devant un bon jeu vidéo. Après avoir combattu à travers les Enfers dans Metal: Hellsinger et après vu la mort de près avec The Last of Us Part 1, nous avons décidé de prendre du bon temps et de changer de registre. Nous sommes donc tombés sur Potion Permit, le nouveau jeu de MassHive Media et PQube qui promet une expérience agréable et amusante. Bien loin des riffs endiablés et des morts-vivants, ici vous devrez tout simplement soigner les villageois et aider la ville à se développer. Une aventure bucolique et très mignonne qui n’est peut-être pas parfaite mais qui a réussi à nous tenir en haleine quelques heures.

Ici tout commence :

 Potion Permit Potion Permit commence lorsque votre personnage, un chimiste de la capitale, arrive dans la ville de Moonbury. Comme il s’agit d’un endroit isolé, la plupart des habitants se méfient de vous. C’est une bouffée d’air frais dans un genre où l’on vous traite si souvent avec une gentillesse et une patience sans limites. Il faut dire que les habitants de Moonbury ont une histoire amère avec l’Association Médicale. Dans le passé, certains chimistes de la capitale ont causé des dommages incalculables aux zones environnantes, faisant disparaître de nombreuses plantes et tuant même des gens. Après une longue période de séparation avec l’Association Médicale, c’est à vous, jeune chimiste, de résoudre les problèmes de Moonbury, à commencer par la fille malade du maire et l’incapacité du sorcier local à la guérir.

En tant que chimiste, votre mission consistera à collecter des matériaux dans les zones voisines (différents types de bois, de pierres et d’herbes) afin de préparer les potions qui soigneront les gens de la ville. Pour cela, vous disposez d’une hache, d’un maillet et d’une faucille pour couper, écraser et trancher ces objets. Alors oui, il y a aussi quelques ennemis, mais le combat n’est pas le point fort du titre (certaines créatures restent même bloquées pendant que vous les combattez). Une fois votre endurance complètement épuisée, vous n’avez d’autre choix que d’utiliser un consommable, de vous reposer pour la journée ou de passer quelques heures aux bains publics. En supposant qu’un jour se soit écoulé, vous pouvez retourner dans ces zones et cultiver les items qui ont réapparu. Potion Permit n’est pas un jeu particulièrement difficile et les enfants comme les adultes pourront y trouver leur compte. De plus, vous n’aurez pas à vous soucier des mécanismes de survie comme la faim ou la soif.

Quoi de neuf, docteur ?

 Potion Permit Les ingrédients que vous avez rassemblés peuvent être utilisés pour préparer des potions. Pensez à chaque élément comme à un bloc de Tetris qui doit être placé sur le plateau. Une fois que vous l’avez rempli complètement, c’est là que la concoction est fabriquée. La mécanique est assez simple, il ne faut vraiment pas se casser la tête pour remplir le…casse-tête justement. C’est d’ailleurs le premier point “négatif” du jeu. Un point à mettre entre guillemets puisque si les jeunes joueurs seront ravis de concocter rapidement leurs premières potions, les plus aguerris auraient peut-être opté pour un mode un peu plus difficile. Comme vous êtes le nouveau soigneur de la ville, vous devez aider les citoyens à se rétablir s’ils sont malades ou blessés. Une icône dans le coin supérieur droit de votre HUD vous avertit si un villageois a besoin d’une attention immédiate à la clinique. Sur place, vous diagnostiquerez leurs maux, ce qui lancera un mini-jeu où vous devrez soit mémoriser les touches fléchées qui sont mises en évidence dans l’ordre, soit appuyer au bon moment sur ces dernières comme dans un jeu de rythme. Ensuite, vous devrez simplement préparer ou utiliser une potion afin de les guérir. Si vous échouez dans vos tentatives, les PNJ seront déplacés vers de meilleures installations en dehors du village… et la sympathie des villageois à votre égard en prendra un coup.

Le village de Moonbury compte environ 30 habitants que vous pouvez rencontrer. Une fois par jour, vous pouvez améliorer vos relations avec tous les personnages en leur parlant ou en leur offrant des cadeaux. Lorsque vous atteignez un certain seuil, votre niveau d’amitié avec les PNJ augmente et vous pourrez entreprendre une courte quête annexe. Certains personnages peuvent même devenir des conquêtes si vous en avez envie. Il y a une certaine déconnexion ici, car les boosts de relation ne sont obtenus que par les moyens susmentionnés. Techniquement, vous aidez quelqu’un qui est tombé malade, mais il ne vous considère pas comme un ami. De plus, certaines de ces quêtes secondaires consistent simplement à rassembler plus de matériaux, à préparer des potions supplémentaires ou à récupérer des objets de quête aléatoires. Vous ne faites pas nécessairement une activité qui se distingue de votre routine habituelle. À cet égard, vous devrez peut-être vous présenter à nouveau aux habitants, comme s’ils ne se souvenaient pas de vous lors d’une précédente scène ou interaction. Cependant, si vous continuez à maintenir les gens en bonne santé, la ville se développera également, débloquant de nouveaux meubles et de nouvelles fonctionnalités. Car oui, votre maison ne ressemble à rien au tout début du jeu mais il sera possible de l’améliorer et de l’embellir en échange de pièces et de matériaux.

Work-Sleep-Repeat :

 Potion Permit Le plus gros défaut de Potion Permit réside très certainement dans son rythme de jeu. Vous pouvez passer un long moment à ne rien faire ou alors faire des allers-retours dans des zones sans raison. Ce problème est également aggravé par l’horloge du jeu, où 10 minutes comptent pour 10 secondes en temps réel, et par le fait que certains bâtiments et établissements ne sont ouverts qu’à des heures ou à des jours spécifiques. Pendant notre aventure, nous avons installé une sorte de routine qui a finir par être un peu trop ennuyeuse à la longue :

  • Réveil à 6h00 du matin
  • Voyage rapide vers une première région pour collecter des objets jusqu’à épuisement de notre endurance
  • Retour au village, toujours avec le voyage rapide, vers 8h00 du matin pour faire le tour des établissements
  • Parler aux PNJ pour augmenter son niveau d’amitié
  • Visiter une seconde région pour récupérer à nouveau des matériaux
  • Rentrer à la maison
  • Dormir
  • Recommencer

La seule activité qui rompt cette routine est lorsque quelqu’un est malade (vous pourrez vous rendre à la clinique à toute heure). Si la préparation des potions et des remèdes ne nécessitent pas beaucoup de ressources, certaines actions semblent démesurées. Très tôt dans le jeu vous devrez dégager une route et pour réaliser cette action, vous devrez collecter un grand nombre de pierres et de morceaux de bois. Pareil pour améliorer votre vielle maison. En plus d’une belle somme d’argent, vous allez devoir collecter beaucoup d’items si vous voulez transformer cette dernière en palace. Surtout que comme dit plus haut, pour récolter des matériaux vous devez utiliser la faucille, le marteau ou la hache et que vous ne récoltez que très peu d’items à chaque fois… sans compter sur le fait que votre endurance fond comme neige au soleil…Cela signifie qu’il faut refaire ces actions pendant plusieurs jours jusqu’à obtenir tous les matériaux. Et le principe est le même pour augmenter votre affinité avec les personnages. Vous ne pouvez interagir qu’une fois par jour avec eux et très tôt dans le jeu, vous devrez vous lier d’amitié avec trois PNJ pour avancer dans l’histoire principale… Une quête qui, là encore, durera plusieurs jours…

Potion Permit a tout de même quelques particularités intéressantes, et ses graphismes mignons et cartoonesques lui confèrent un charme unique. La première chose qui vous frappera lorsque vous commencerez votre voyage pour Moonbury, c’est la beauté du jeu. Il y a un souci du détail dans le pixel art vraiment unique, la palette de couleurs est parfaite pour le ton du jeu et les designs des personnages transmettent beaucoup de personnalité. En conséquence, Moonbury est une ville magnifique à explorer. La personnalisation des maisons des habitants est remarquable et toutes sont superbement dessinées dans un style magnifique.

Conclusion :

Il y a beaucoup de choses à aimer dans Potion Permit. C’est un jeu qui, comme nous l’avons mentionné, vous donne un but, et fait un excellent travail en vous permettant de vivre le voyage d’un total nouveau venu au cœur de la communauté. C’est un titre parfait pour ceux qui recherchent une expérience relaxante et décontractée, une bonne alternative pour un marché rempli de simulations de vie qui mettent l’accent sur le profit et l’efficacité. La direction artistique est magnifique, le travail réalisé par MassHive Media est de “toute bôtey” et s’est un réel plaisir de plonger dans cette aventure qui ne demande qu’à être connue. Il ne manque qu’un peu de difficulté pour que les choses restent intéressantes et quelques corrections de bugs pour que tout fonctionne bien.

Potion Permit

7

Note

7.0/10

POINTS POSITIFS

  • Les graphismes
  • De bonnes idées
  • Des personnages attachants
  • Entièrement en français
  • Un jeu facile à prendre en main

POINTS NÉGATIFS

  • Quelques bugs
  • Du craft parfois excessif
  • Un sentiment de lassitude
Qu'en pensez-vous ?
+1
0
+1
1
+1
0
+1
0
+1
0

DrFamikon

Amateur de bières et de FPS, grand fan de Pokémon et de Rock !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire