TEST – Minute of Islands

Partager sur les réseaux sociaux :


Ce week-end, nous avons pu tester Minutes of Islands. Dans la catégorie jeu indépendant sur PC,  c’est aujourd’hui le studio Fizbin qui est aux commandes. C’est dernier n’en sont plus à leur premier exercice, alors que nous ont-ils réservé avec Minute of Islands ?

Comme bien souvent, chez GeekNPlay, on essaie de donner la chance à tous les jeux qui passent. Nous faisons de notre maximum pour tester les gros jeux AAA en avant première et vous donner un avis dessus qui pourrait être différent de ce que l’on trouve sur les gros sites d’actualité gaming, mais on essaie également de tester quelques petits jeux peu connu, là où la plupart des gros passeraient à côté. Après l’excellent Kilta testé par @drfamikon j’ai profité d’une période calme pour me mettre sur Minute of Islands. Quelques recherches sur internet, et l’on découvre qu’il s’agit d’un jeu plutôt court avec une histoire triste et des graphismes particuliers. Alors que nous vaudra ce petit jeu ? Décortiquons le pas à pas.

Minute of IslandsPour commencer, le scénario

Comme on vient de le dire, Minute of Islands se veut être un jeu qui nous plonge dans une histoire particulière il s’agit des aventures de la jeune Mo. A la suite d’une épidémie fongique, le monde s’est rapetissé pour Mo et sa famille au point de n’être que sûr quelques pairs d’iles. Afin d’éviter l’épidémie, notre protagoniste s’est réfugiée au cœur de la Terre où elle a rencontré des géants. Ces derniers afin de l’aider lui ont donné l’Omni-Switch, une baguette permettant d’agir sur d’anciens mécanismes présents sous les iles. Mais ces mécanismes ont besoin d’une force pour être actionnés. Laissant à notre jeune fille la tâche de réparer les machineries incroyables, nos quatre géants s’occupent d’en actionner les rouages. Jusqu’au jour où tout s’arrête et que Mo part désespérément pour remettre l’ensemble en marche.

Vous l’aurez deviné, il s’agit là d’une tâche titanesque (pour ne pas dire géante) pour une petite fille. Cette dernière dispose du destin de l’humanité et de sa famille entre ses mains ! Et elle compte bien tout faire pour réussir à les sauver. Seulement voilà, quel est la frontière entre vivre et survivre ? Et que feriez-vous si vous savez vos derniers instants arriver à grands pas ? C’est à cet ensemble de question que le studio Fizbin cherche à vous confronter.

Ce n’est pas le premier jeux-vidéo à aborder un sujet compliqué et qui s’avère sombre comme ça. On vous a parlé il y a trois mois de Lost Words : Beyond the Page. Ce dernier abordait le thème de la perte d’un être cher d’une façon très colorée et remplie d’émotion. Quand Sketchbook Games nous en fait voir de toutes les couleurs, Fizbin a préféré la jouer sombre et renfermé sur soi-même. Quel jeu saura vous toucher le mieux ?

Contrôler Mo et son Omni-Switch

Pour pouvoir vous faire votre avis, il faut vous présenter également la façon dont on interagit avec notre monde dans Minute of Islands. Une très grande partie du jeu va vous demander d’utiliser votre Omni-Swich. Une fois sorti, ce dernier vous indiquera la route vers le prochain indice, ouvrira des portes et bien plus encore. Sortir son baton à tout va peut semble avoir du bon ici. De plus, comme bon nombre des jeux de plateforme, il y va y avoir des énigmes. Pour pouvoir les résoudre, armez vous de votre bâton (et d’un peu de patience), et vous arriverez sans soucis à leur terme.

C’est surement ici que réside le plus gros problème de Minute of Islands. Alors que le scénario est à première vue très intéressant, le gameplay vient rapidement tout casser. Le rythme du jeu est très irrégulier … Mais généralement lent. Vous allez passer par des énigmes qui se résolvent en quelques secondes à des cinématiques vides qui en dureront, elles, plusieurs dizaines. Rien de plus frustrant que de rester à attendre que le jeu nous montre une porte déverrouillé au tout début du niveau à la fin d’un puzzle …  Ce point de détail répété pour chaque actions dans quasiment toutes les énigmes rend très rapidement le jeu lent. Et cette lenteur ne va pas en s’arrangeant avant les phases de chargement.

Que le jeu mette un moment à charger entre les niveau est tout à fait compréhensible. Mais il arrive fréquemment que le jeu nous emmène dans un temps “calme” de plusieurs secondes avant un écran de chargement puis un autre temps calme. Ça plus les cinématiques des énigmes et vous vous retrouvez très rapidement à avoir un jeu qui semble chercher à ralentir la cadence … Alors qu’il n’en a certainement pas besoin.

Les décors de Minute of Islands

Autant le dire tout de suite, le style de graphisme n’est pas du tout mon genre. J’ai beaucoup de mal avec des images gores sans grand intérêt pour l’histoire et j’estime que les jeux-vidéos doivent nous apporter de la joie. Alors oui, voir des membres arrachés sur Chivalry 2 et des têtes voler ne me posent aucun problème tant le thème du jeu est basé sur la violence et la guerre. Mais pour Minute of Islands, la donne n’est pas pareille à mon gout. Les scènes volontairement bizarres nous font bien comprendre que la situation de Mo et sa famille n’a rien d’enviable et que leurs iles sont loin d’être paradisiaques. Cependant, voir des baleines éventrées et/ou empalées toutes les 2 minutes ne rajoute que du lugubre dans une histoire déjà bien sombre.

Mais tentons de ne pas en tenir compte. Cette partie est extrêmement subjective, de plus on y voit facilement un choix des développeurs alors il ne serait pas juste de leur en tenir rigueur. Surtout qu’à côté des touches glauques, le reste des dessins est très appréciable. Au cours de nos aventures, Mo rencontre différents personnages tous très charismatique, tant par leur histoire que leur aspect. De plus, l’arrivée dans un cimetière se veut paradoxalement colorée. Cette petite dissonance avec nos habitudes résonne avec le thème du jeu d’une façon formidable.

Et quitte à vous parler de son, on pourra noter que la voix de la narratrice se prête étonnamment bien à l’histoire. Calme, posée mais rassurante malgré le silence du jeu, la narratrice et les sons présents au cours de la partie nous accompagne élégamment. Il est bien écrit au début de jeu de vivre cette expérience armé d’écouteurs. Retrouverez-vous l’ambiance angoissante des premiers The Walking Dead où la bande son n’arrive que tardivement ?

Conclusion

Un peu comme Death Stranding, le jeu ne pourra vous laisser indifférent. Vous allez soit adorer le style soit le détester très rapidement. Ceci dit, ce n’est certainement pas le plus gros défaut de Minute of Islands. Que ça soit pour rendre le jeu plus facile d’accès ou pour augmenter la durée de vie, le gros point noir à mon gout vient de la lenteur du jeu. Il est difficile de s’immerger dans le jeu tant celui-ci ralenti parfois. Il suffit de changer d’ile pour faire un voyage en bateau de plusieurs dizaines de secondes. Ce point ne serait pas gênant s’il s’agissait de l’écran de chargement mais non ! On se retrouve alors très fréquemment avec des divergences de rythme là où le jeu est déjà peu rapide.

Heureusement, le studio Fizbin garde pour lui une certaine expérience dans les jeux narratifs. Encore une fois, malgré des graphismes très particuliers, le studio nous fait vivre l’histoire de Mo. Et cette histoire, quasiment tout être humain l’a vécu au moins une fois dans sa vie. Voir un problème aussi courant et important de la construction d’une personne en image peut aider certaines personnes à mieux se comprendre… Et se construire. Quel effet aura l’histoire sur vous ?

0.00
6.8

Note

6.8/10

POINTS POSITIFS

  • Un style comicbook bien réalisés...
  • Une histoire intéressante

POINTS NÉGATIFS

  • ... Mais des décors qui peuvent freiner certains joueurs
  • Un gameplay très long
  • Une courte durée de vie
Qu'en pensez-vous ?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

Luclis

Rédacteur passionné par les RPG et les vieux jeux. Si t'as pas connu la Game Boy Advance et la PlayStation 1, t'as manqué un bon tiers des meilleurs jeux au monde.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire