TEST – Seven Pirates H

Partager sur les réseaux sociaux :


Disponible depuis le 12 mai 2022, Seven Pirates H vous propose de naviguer sur les flots à la découverte d’aventures et de trésors en compagnie de charmantes pirates. Développé par Felistella et édité par Eastasiasoft, le titre est résolument réservé à un public avertit. En effet, malgré les images kawaïs qui illustrent ce test, ne vous y trompez pas. Seven Pirates H (avec un H comme Hentaï) est un RPG qui base la majorité de son gameplay sur du fan service. Le titre a donc de quoi surprendre, pour le meilleur et pour le pire. Embarquez donc avec nous pour découvrir plus en détail Seven Pirates H.

A l’origine, le titre s’appelait Genkai Tokki : Seven Pirates et est sorti sur PlayStation Vita en août 2016. Réservé au public japonais, nous ne pouvons que nous réjouir de voir cet ovni débarquer chez nous, à fortiori sur l’eShop de la Nintendo Switch ! Quand on pense que Hentai Uni  avait défrayé la chronique lors de sa sortie, que de Seven Pirates H ?
Se rapprochant sur la forme à des titres comme Galgun par son fan service éhonté, ce RPG n’est donc pas à mettre entre les mains de n’importe qui.

Dès lors, il est très difficile de noter un titre de ce genre… C’est toutefois ce que Geeknplay va tenter de faire. A noter que les images ont été soigneusement choisi pour ne pas vous choquer.

Une histoire gentillette

Rejoignez la jeune pirate Parute Kairi et le monstre lubrique Otton dans cette aventure haute en couleur qui vous invite à localiser les trésors perdus de la mer de Monsupi ! Déterminée à se faire un nom légendaire, Parute met les voiles avec une boussole magique. Accompagnée de son équipage, ce qui commence comme une folle aventure révèle peu à peu quelque chose de plus singulier… A travers leurs rencontres, les pirates découvriront des vérités troublantes sur le roi qui gouverne ces lieux…

Ainsi, il vous faudra dans un premier temps faire cap sur des îles afin de constituer votre équipe au complet et de trouver les 7 trésors disséminés sur cet archipel paradisiaque. L’histoire est assez légère et met l’accent sur les caractéristiques psychologiques des protagonistes. Outre vos compagnons d’aventures, il vous faudra également récupérer des autochtones, les Booby Kins afin d’obtenir de nouvelles compétences, de nouveaux objectifs à réaliser ou de nouveaux objets à acheter en boutique.

Même si vous souhaitez faire les quêtes annexes qui se résument à récupérer des objets ou battre un nombre donné d’ennemi, l’aventure vous occupera moins d’une vingtaine d’heures.
Le scénario est donc classique, mais réserve quand même quelques surprises. Toutefois, l’intérêt principal du titre repose sur son gameplay… particulier.

Un gameplay qui repose à 100% sur du fan service

Comme dans tout RPG qui se respecte, vos héroïnes devront monter de niveau pour voir leurs caractéristiques augmenter. L’originalité du soft est qu’il vous faudra vous-même mettre la main à la patte pour « leveller ». En effet, à force de combattre vous obtiendrez des points H et passé un stade ceux-ci vous donneront droit à des objets spéciaux. Grâce à ces items uniques vous pourrez utiliser les compétences lubriques d’Otton pour augmenter vos stats. Ce dernier a développé le booby training. Grace à cette compétence unique vous allez pouvoir modeler une nouvelle poitrine à vos héroïnes et par la même occasion augmenter leur capacité. Pour cela vous allez donc devoir « tripoter » les pirates directement depuis l’écran tactile ou à l’aide de mouvement via les joycons. Les mouvements devront être précis afin de modifier l’une des six caractéristiques des boobs des héroïnes. Entre la hauteur, la fermeté, la taille il y a de quoi faire. Amusant au début, ce passage obligé devient vite répétitif voir même pénible.

Comme le dit le tuto, bigger isn’t alway better. D’autant plus que vous devrez « assumer » vos choix lors des phases de combats et d’explorations par la suite. Si vous trouvez que ça déborde un peu trop, vous ne vous en prendrez qu’à vous ! D’autant plus que ce portage inclue d’emblée les DLC qui permettent par exemple de dépasser les limites. Mais qui a vraiment envie de contrôler un clone de lolo ferrari in game ?

Autre originalité, certains ennemis laisseront tomber des œufs lorsque vous les battrez. Ces derniers devront être cassés en les plaçant entre les seins de votre héroïne. Vous devrez alors bien malaxer leur poitrine pour briser la coquille et découvrir leurs contenus. Quelque fois, ils ne contiendront rien d’autre que du liquide qui se rependra sur les « roberts » de votre protagoniste. Je vous laisse imaginer le résultat…
Amusant la première fois, l’opération s’avère vite rébarbatif… Surtout que vous trouverez une bonne centaine d’œufs durant votre périple.
Si tout cela vous semble plutôt singulier, attendez de voir le design de vos ennemis.

Des ennemis “étranges”.

Parlons maintenant des ennemis… Ils ont beau être plutôt Kawaï, force est de constater que, si nous avions l’esprit mal tourné, nous trouverions que la plupart arbore des représentations phalliques fortes. Certains extra-terrestres vous feront ainsi irrémédiablement penser à des tétons tandis que d’autres créatures volantes se passent de commentaires tant la symbolique crève les yeux.
Le bestiaire n’est pas très étendu et vous rencontrerez au total un peu moins d’une trentaine d’adversaires. Néanmoins, leur design original est à saluer.

Les combats contre eux sont classiques et se font au tour par tour. Vous obtiendrez de nouvelles compétences à faisant du booby training et en levelant comme il faut. Globalement, vous ne devriez pas avoir de grandes difficultés à défaire vos adversaires. Les boss sont un peu plus coriaces et vous devrez parfois compter sur vos super coups spéciaux pour les vaincre. L’occasion de découvrir vos héroïnes sous de nouveaux angles dynamiques.

De plus, il existe également 3 phéromones propres aux protagonistes. Sorte de pierre-feuille-ciseau cette partie du gameplay est malheureusement trop sous exploité pour que vous vous en serviez vraiment. Les combats se résument donc à attaquer, se soigner, baisser la défense de l’adversaire et le défoncer.

Enfin, il vous faudra vous équiper de soutien gorge et de culotte pour obtenir un bonus de stat ou de nouvelles compétences. Vous pourrez même en créer grâce aux Booby Kins. De nouveaux modèles se dévoileront à force d’exploration. Attention toutefois aux créatures qui peuplent les mers. Il arrive que vous deviez faire appel à une compétence unique d’Odon pour mettre un terme à des ennemis trop puissant. Il vous faudra alors « exciter » votre acolyte afin que celui-ci « explose » de plaisir.
Nous vous laissons découvrir ce moment d’anthologie par vous même.

Une réalisation correcte.

D’un point de vue technique, il ne faut pas oublier que le titre est à la base un portage d’un jeu PS Vita. Ainsi, la réalisation globale est correcte mais sans plus. On note un soin particulier concernant la modélisation des héroïnes (en particulier leur boobs) et vous aurez tout le loisir de les reluquer dans les options.
A noter que l’interface générale du titre et les options sont ergonomiques. Quelques images fixes qui nous présentent les héroïnes dans des situations “saugrenues” sont réussies mais pas assez nombreuses ! On se contentera donc de leur représentation 3D malgré tout réussie.
Enfin, les décors des niveaux sont sympathiques bien que trop vides. D’autant plus que les donjons sont riquiquis et on en fait trop vite le tour.

Concernant l’environnement sonore, le doublage japonais peut lasser mais les protagonistes donnent leur maximum. Les musiques quant à elle donnent un sentiment de légèreté générale appréciable qui colle bien à l’aventure. Elles renforcent l’idée que l’on est là pour nous divertir sans prise de tête…

Conclusion

Vous l’aurez compris, Seven Pirates H est à réserver à un public averti. Les personnes souffrant d’un lollcon trouveront leur compte et passeront un bon moment tandis que les autres risquent de vite passer leur chemin sans s’attarder. Néanmoins, le titre est original et la réalisation globale est assez soignée. Le titre est donc un véritable ovni dans le catalogue de la Nintendo Switch. A vous de voir si vous êtes prêts pour ce genre de titre résolument de niche. En tout cas, même si le titre est coquin et frise le mauvais goût, il n’est pourtant jamais explicitement vulgaire. Les développeurs ont su jouer les équilibristes jusqu’au bout. Reste à savoir si vous êtes suffisamment curieux pour partir à l’aventure proposé par Seven Pirates H.

Seven Pirates H

6

Note

6.0/10

POINTS POSITIFS

  • Un RPG original
  • Les protagonistes
  • Une aventure légère et colorée

POINTS NÉGATIFS

  • Trop de fan service
  • Le booby training lassant
  • Une exploration trop sommaire
  • Trop court
  • Trop de boobs
Qu'en pensez-vous ?
+1
0
+1
1
+1
0
+1
0
+1
0

yancha

Rédacteur avec pas mal d'XP au compteur ayant grandi avec les bornes d'arcades à l'ère 8 et 16 bits.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire