Test – Poison Control

yancha
1 0
Temps de lecture:8 Minutes

Test Poison Control

Avec son trailer d’annonce coloré, Poison Control a suscité l’intérêt de GeekNPlay. C’est sur moi qu’est revenu l’honneur de tester le jeu développé et édité par NIS America et distribué par Koch Media. Ce jeu d’action à la prise en main immédiate vous promet de longues heures à sillonner les enfers et purger le mal être des esprits s’y retrouvant enfermer. Le scénario est de bonnes factures et sait, sous une apparence bonne enfant, cacher des histoires terrifiantes. Le jeu est disponible depuis environ 15 jours sur PlayStation 4 et Nintendo Switch. C’est cette dernière version qui sera testée ici.

L’histoire de Poison Control

Test Poison ControlAu lancement du jeu vous vous retrouvez à l’état de squelette dans un monde qui s’apparente fortement aux enfers. Ayant totalement oublié ce qu’il vous était arrivé, c’est là que vous faites la connaissance de Poisonette. Cette dernière se présente comme étant une « soul mate » et vous explique qu’elle est capable de purifier ce monde en supprimant le poison qui pullule et le ronge. Malheureusement, elle non plus ne connait pas tout sur son passé et semble souffrir d’amnésie. Grace à son énergie, vous retrouverez un semblant de chair ainsi qu’un gros canon à la place de votre bras. Ainsi, c’est ensemble que vous allez découvrir les secrets de cet endroit et trouver les réponses à vos nombreuses questions, avec l’espoir de retrouver le monde des vivants.

Une bonne durée de vie

Test Poison ControlC’est parti pour un peu plus de 25 niveaux où vous rencontrerez des personnages excentriques et devrez terrasser vos ennemis afin de purifier les enfers et le poison qui les ronge. En fait, à l’instar des voleurs fantômes de Persona 5, votre rôle est de libérer le cœur des « Belles » qui ont donné naissance à un monde à part où leurs histoires personnelles les emprisonnent en ces lieux. Dès lors, il existe deux sortes de « Belles’Hells ». Les premières appartiennent aux personnes encore vivante tandis que les secondes sont déjà décédées. Ainsi, vous aurez l’occasion par exemple de purifier le cœur d’une enfant qui n’arrive pas à accepter le deuil de son chien ou extraire le sentiment de culpabilité d’une jeune fille victime d’un accident. Ainsi, les scénarios sont tous différents et reflètent des sujets plus ou moins graves. Il y a même une allusion au Death Note ou des problèmes de harcèlement. La manière de les traiter reste toutefois quasiment identique. Nettoyer ou tuer des ennemis bien précis. Bien sûr, les enfers ne sont pas si vides que ça, et vous rencontrerez certains de ces habitants, à l’image de Dorami Mitogawa, l’Oni (démon) énigmatique à la poitrine généreuse.

Un gameplay basique mais plaisant.

Test Poison ControlAprès avoir choisi le sexe de votre avatar (choix qui n’a AUCUNE influence sur le jeu autre qu’esthétique) vous pourrez vous lancer dans l’aventure. Le but sera donc, la plupart du temps, de purifier les niveaux du poison présent. Pour cela, Poisonette interviendra durant un court laps de temps pour absorber les substances qui vous sont mortels. Si des ennemis se trouvent sur le chemin qu’elle a tracé, ceux ci subissent des points de dommage, voir même s’évanouissent durant quelques temps. C’est là qu’il faut en profiter pour leur tirer dessus, en visant si possible leurs points faibles. En outre, absorber le poison vous permet également de récupérer un peu de vie. Le jeu propose une vision à la troisième personne et reste agréable à jouer. En effet, même si les actions et les ennemis peuvent se montrer répétitifs, éliminer du Klesha et nettoyer le poison s’avère globalement agréable. Les phases avec Poisonette rappellent un peu Skweek de Laurent Arditi et Stéphane Ducasse ou les anciens jeux (la plupart coquin) qui permettaient de découvrir une image en traçant des lignes et en évitant les ennemis. Vous savez, ce genre de puzzle game que Cubixx Hd avait remis au gout du jour récemment, que certains appellent les Qix like. Eh bien, dans Poison Control on retrouve un peu ce fonctionnement même si je pensais que ce mécanisme serait plus prépondérant, poussé ou complexe. Ce n’est donc pas le cas.

En outre, en nettoyant un max les niveaux, les pièces récupérées pleuvront et vous permettront de les dépenser entre les niveaux. Et lorsque l’on sait qu’il n’y a aucun moyen de régler la difficulté du jeu, mieux vaut être bien équipé. Ainsi, de nouvelles armes, ou plutôt types de tirs seront disponibles au fur et à mesure de la libération des niveaux à 100%. Des compétences et armes spéciales vous permettront d’appréhender plus sereinement les dangers de ce monde coloré mais dangereux. Enfin, l’upgrade est primordial si vous souhaitez annihiler facilement les menaces.

Petit mot concernant les dialogues : Les jeux de mots et les petites blagounettes ainsi que les certaines subtilités de l’histoire sont très agréables et peuvent appréhender des problèmes sociétaux graves et complexes. Toutefois, nous sommes obligés de regretter que le jeu soit intégralement japonais sous titré anglais. Ainsi, nombreux seront les joueurs à passer à travers la finesse de certaines lignes de dialogue. Malgré tout, le niveau demandé n’est pas très élevé et google trad’ pourra vous permettre de vous en sortir sans trop de difficulté. Condition sine qua non pour apprécier le soft.

Nul n’est parfait, et Poison Control n’échappe pas à la règle.

Test Poison ControlUn petit mot concernant les bugs du jeu de la version Nintendo Switch. Vers la fin du jeu, lorsque les ennemis étaient trop nombreux, le jeu a eu tendance à subir quelques freeze durant quelques secondes. De même, certains adversaires doivent être aveugles car ils ont du mal à vous toucher. De plus, l’affichage des objets ou des Kleshas pourraient se faire un peu plus « tôt ». La distance d’affichage n’est donc pas optimale et le soft souffre de clipping.

Enfin, lorsque l’on utilise Poisonette dans de très rares niveaux, la caméra peut faire n’importe quoi et se retrouver à afficher un mur (allez voir la vidéo ici). Ce qui, vous le conviendrez, n’est pas très pratique pour compléter sereinement le chemin commencé. Il m’est même arrivé d’être complètement bloqué à la porte d’un check point avec l’impossibilité d’avancer et l’obligation d’abandonner (voir la vidéo via ce lien ). Malgré tout, ces problèmes techniques ne devraient pas trop vous gâcher l’expérience.

En outre, certains pourraient regretter l’absence de map plus grande que celle proposée en haut à gauche de l’écran. Il est vrai qu’il arrive qu’on se perde dans les labyrinthes que constituent les niveaux. Heureusement, l’enfer est pavé de bonnes intentions, et, effectivement, le sol peut parfois révéler des indices non négligeables. De plus, si le petit Poucet laissait ses cailloux, vous, vous ramassez le poison. Ainsi, l’absence de produit toxique ou des coffres ouverts laissent sous entendre que vous êtes déjà passé par là.
Enfin, je regrette personnellement que l’aventure ne propose pas de petit passage anime ou des séquences cinématographiques plus poussées. De même, le nombre de fins aurait pu être plus important. En outre, sur la version testée sur Nintendo Switch, aucune vibration n’émane de mes joycons. Et finalement… Ca m’a manqué ! Des points négatifs non rédhibitoires mais qui gâche un peu l’expérience proposée.

Un jeu japonais loin d’être niais

Test Poison ControlLa durée de vie du soft est plutôt convenable et vous propose même plusieurs fins. Proposé à un prix raisonnable, la version physique de Poison Control dans sa « Contaminated Edition » se permet même le luxe de proposer un mini art books ainsi qu’un code à télécharger. Ce dernier vous permettra de récupérer l’OST du jeu en format FLAC ou MP3. Si vous aimez la jpop et l’electro du pays du soleil levant, vous devriez apprécier. Toutefois, les thèmes musicaux se révèlent, ici aussi, un peu répétitif à la longue. Enfin, l’ambiance survoltée du soft et le jeu des comédiennes doubleuses du jeu (Manami Numakura en tête) contribue grandement à marquer le jeu dans un univers très nippon que les japanime fan apprécieront. L’ambiance général m’a même fait penser à Gal Gun même si le fan service ne va jamais plus loin que le « boing boing » des poitrines des protagonistes. A noter d’ailleurs qu’aucun protagoniste masculin n’apparaitra dans le jeu… A part vous, si vous choisissez d’être un garçon bien sûr.
Bref, si vous êtes allergique à tous ça, vous risquer de passer votre chemin sans vous retourner.




Conclusion

En conclusion, Poison Control pourrait s’apparenter à un bonbon acidulé artisanal. L’aspect visuel est alléchant et le gout se révèle très appréciable et recèle même quelques aromes originaux. Une friandise que sauront apprécier les connaisseurs du genre et leur laissera un souvenir agréable. Les autres, les moins curieux et ouvert, pourraient bien passer totalement à côté des atouts du produit… Dommage pour eux.
Pour ma part, j’ai su apprécié Poison Control à sa juste valeur. Le soft m’a même fait penser dans ses décors aux œuvres d’artistes comme Yayoi Kusama ou Takashi Murakami. Vous conviendrez qu’il y a pire comme référence. En somme, le jeu de Nippon Ichi Software est un honorable divertissement.
Le jeu est disponible dès maintenant pour une quarantaine d’euros sur PlayStation 4 et Nintendo Switch. Maintenant que vous avez lu ce test, vous devriez savoir si vous allez vous laisser tenter par l’aventure. Dites-nous tout dans les commentaires ci-dessous ou sur les réseaux sociaux : Facebook et Twitter .

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Poison Control

39,99€
8

Note

8.0/10

POINTS POSITIFS

  • L’ambiance du jeu et le plaisir d'y jouer
  • Le gameplay plutôt original
  • L’humour
  • Le scénario et les histoires

POINTS NÉGATIFS

  • On aime ou on déteste
  • Texte « full english »
  • Des bugs
  • On aurait aimé qu’il y ait plus de contenus (ennemis, niveaux, scènes cinématographiques…)

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Next Post

PUBG MOBILE - Des équipes françaises au PMNC 2021

PUBG MOBILE, créé par Lightspeed & Quantum Studios de Tencent Game et sorti en mars 2018 sous licence officielle PLAYERUNKNOWN’S BATTLEGROUND, a annoncé ce vendredi 30 avril 2021 son championnat national en France. Même si vous n’y avez jamais joué, vous avez sûrement déjà entendu parler de la licence PUBG, […]
PUBG MOBILE