TEST – MEGA MAN : Battle & Fighters

Partager sur les réseaux sociaux :


Tout le monde connaît MEGA MAN (ROCKMAN au Japon). Tout le monde. Licence phare du géant nippon Capcom, le petit cyborg avec un canon à la place du bras a traversé les époques. Pratiquement chaque console eut le droit à son ou ses épisodes. Si il est connu pour d’abord être un héros de jeux de plateforme action, sa page Wikipédia mentionne plus de 130 déclinaisons diverses et variées. Lui et ses congénères robotiques s’essayèrent même aux jeux de combat. C’est l’un d’eux qui nous intéresse aujourd’hui. Paru initialement en l’an 2000 sur la seconde (et dernière) portable de SNK qu’est la Neo Geo Pocket Color, MEGA MAN : Battle & Fighters ressort sur Nintendo Switch. Ce portage est-il pertinent ? C’est ce que nous allons voir.

MEGA MAN : Battle & Fighters le dernier de la classe

Nous avons récemment testé dans nos pages Capcom Arcade 2nd Stadium. Salle d’arcade virtuelle nous permettant de jouer à de nombreux classiques dont MEGA MAN : The Power Battle et MEGA MAN 2 : The Power Fighters. Honnêtement, ces “jeux de combat” (notez l’utilisation des guillemets) font vraiment pâle figure à côté des trois Street Fighter Alpha et des trois Darkstalkers, entre autres, se trouvant également dans la dite collection. Et bien MEGA MAN : Battle & Fighters est une adaptation de ces deux titres pour la Neo Geo Pocket Color. Nous parlons donc de jeux d’arcade pas fameux transposés sur une petite machine servant de base à s’occuper dans les transports. Frissons… Et pourtant, la portable de SNK a dans sa ludothèque nombre de très bons représentants du genre. Bien que cela puisse paraître un peu dingue pour qui n’y a pas joué, les développeurs de chez SNK étaient passés maîtres dans l’art de métamorphoser certaines de leurs licences les plus badass, comme The King of Fighters, en jeux de combat tous mignons faisant se battre des personnages “chibi” (avec une grosse tête sur un petit corps). Cela fonctionna du tonnerre et aujourd’hui encore des jeux comme SNK vs Capcom : The Match of the Millenium ou encore King of Fighters R-2 (également disponibles sur Nintendo Switch) sont très agréables à jouer. Mais alors, que se passa-t-il avec MEGA MAN ? Capcom était et reste un pilier de la baston vidéoludique. Comment ont-ils pu créer pour l’une de leurs plus emblématiques mascottes des jeux autant dénués d’intérêt ? Cela restera un mystère.

MEGA MAN : Battle & Fighters, un jeu de plateforme sans plateforme

Dans les épisodes canons de la série MEGA MAN, donc des jeux de plateforme action, sauter et tirer sont des mouvements bien suffisants car, outre le gameplay, nous avons un monde à parcourir et un scénario à suivre. Il en va de même pour le genre du beat them up. Mais dans les jeux se contentant d’un décor en toile de fond et de deux combattants se faisant face, tout repose sur le gameplay pour accrocher le joueur et faire qu’il s’amuse. Absolument tout. Et bien sachez que les jeux de combat se passant dans l’univers de notre cher Mega Man gardent le même gameplay que ceux de plateforme. Oui. Nous pouvons tirer, sauter et faire une glissade, voilà tout. En fait, nous avons là un boss rush nous enlevant tout le plaisir des niveaux avec leurs difficultés à surmonter avant d’arriver jusqu’à l’affrontement final. D’où la question : quel intérêt ? Réponse : aucun. Autant être clair. Et ce n’est pas le fait de reprendre le concept central des jeux de base, à savoir pouvoir utiliser l’arme des boss abattus précédemment, qui y change quelque chose. Car si les projectiles changent, à noter qu’ils sont en quantité limitées, il s’agit encore et toujours de tirer. Point. MEGA MAN : Battle & Fighters est amusant sur une très très courte durée et devient extrêmement lassant. Voyons tout de même plus en profondeur ce que nous proposent les deux jeux et l’interface d’émulation de la Neo Geo Pocket Color sur notre chère Nintendo Switch.

Vite fait bien fait

Le point positif est l’interface. Nous avons notre petite Neo Geo Pocket Color affichée dans son entièreté et pouvons choisir celle que nous souhaitons. La jaune translucide, celle avec le camouflage militaire, la noire basique avec les points, etc… Cela est plutôt cool. En pressant Select, nous avons accès aux options comme le mappage des boutons, le manuel du jeu, le rewind… Simple et efficace. Précisons que MEGA MAN : Battle & Fighters est intégralement en japonais. Bien heureusement, le manuel est en anglais.

Le premier jeu, MEGA MAN : The Power Battle, nous propose de choisir entre les trois héros iconiques que sont Mega Man, Proto Man et Bass. Leur différence résidant sur la cadence et la puissance de feu. Un bouton pour tirer qui peut être maintenu pour un tir chargé, un pour sauter qui devient une glissade en maintenant bas (différente pour chaque personnage mais ayant le même effet). Pour accéder aux armes volées aux ennemis, il faut mettre le jeu en pause et sélectionner celle que nous voulons. Leur utilisation lors de chaque combat est limitée. Il ne reste plus qu’à choisir entre trois routes. Celles-ci se se différencient par les adversaires se trouvant sur notre chemin, et donc par les différents pouvoirs à acquérir, nous menant jusqu’au boss final. Le fameux docteur Willy à abattre en trois phases. Notre barre de vie reste la même et remonte un peu à chaque victoire. Mais n’ayez crainte, les continus sont infinis et donc perdre n’a aucune conséquence. Chaque run vous prendra une quinzaine de minutes et la rejouabilité est quasi nulle.

La suite, MEGA MAN 2 : The Power Fighters, apporte quelques ajouts à la formule. Un personnage jouable supplémentaire : l’imposant Duo. Ce dernier se manie quelque peu différemment des autres car son tir principal est un gros coup de poing. Le gameplay se voit également agrémenté d’un “dragon punch” servant à punir les ennemis se trouvant dans les airs. Pour ce faire, maintenez votre tir chargé et relâchez le tout en appuyant sur haut. Nos adversaires, certains nous venant du jeu précèdent ainsi que des nouveaux venus, se voient upgradés. Leur move-set est plus fourni. Lorsque nous les touchons, ils lâchent des petites boules de couleurs au sol qui servent au scoring. Voilà, hormis cela nous restons sur le même enchainement de combats sans saveur du premier opus.

La réalisation des deux titres est des plus sympathiques. Les décors sont beaux, l’animation est détaillée, les personnages sont assez charismatiques… Enfin un bon point pour ce MEGA MAN : Battle & Fighters. Redondants et pas très intéressants, nous avons là des “petits” jeux vite finis et vite oubliés. C’est bien dommage quand nous connaissons le potentiel de cette licence.

CONCLUSION

La Nintendo Switch accueille désormais de nombreux titres issus de la Neo Geo Pocket Color dont beaucoup de hits. Malheureusement, ce MEGA MAN : Battle & Fighters n’en fait pas partie. Nous avons là une compilation de deux jeux, conversions de l’arcade, qui ne présentent qu’un intérêt très limité. Peut-être que les fans inconditionnels de la saga y trouveront leur compte, surtout pour son petit prix, mais les autres… Ils feront une partie ou deux et s’en iront vers d’autres titres bien plus prenants de la portable de SNK. Un rendez-vous manqué pour l’arrivée du petit cyborg de Capcom dans le microcosme des jeux de combat. Pourtant, avec cette foule de personnages différents il y’avait de quoi faire. Tant pis.

  • Jeu testé sur Nintendo Switch

Mega Man : Battle & Fighters

4.5

Note

4.5/10

POINTS POSITIFS

  • C'est Mega Man
  • La réalisation fait plaisir à voir

POINTS NÉGATIFS

  • Un gameplay beaucoup trop simple
  • Les combats se ressemblent tous
  • Une durée de vie faiblarde
  • Un ennui qui arrive bien vite
Qu'en pensez-vous ?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

DickOReilly

Quinquagénaire et heureux papa deux princesses, je suis un amoureux des vieux bouquins et des gros pixels. J'aime particulièrement la scène homebrew sur Commodore 64, le versus fighting, les jeux d'horreur et quelques JRPG. Peace.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire