TEST – Blue Reflection : Second Light

Partager sur les réseaux sociaux :


lue Reflection 2

Si vous êtes amateurs de jeu de rôle comme seul les japonais savent en faire, la sortie de Blue Reflection : Second Light ne vous laissera pas indifférent. En effet, après un premier épisode globalement réussit et bien accueilli, le studio Gust et l’éditeur Koei Tecmo vous proposent depuis ce mardi 9 novembre un deuxième épisode mettant à nouveau en scène ses héroïnes perdues. Cette fois-ci, en plus d’une version PlayStation 4 et PC, ce nouvel épisode est également disponible sur Nintendo Switch. C’est d’ailleurs cette version que nous allons tester ci-dessous. Alors, faut-il tomber sous le charme de cette séquelle et de ses protagonistes ?

lue Reflection 24 ans après la sortie du premier épisode sur PlayStation 4, PlayStation Vista et PC, Blue Reflection : Second Light reprend la recette de son ainé. Le joueur y incarne une jeune fille perdue dans un monde étrange. Elle devra se lier d’amitié avec ses nouvelles amies afin de découvrir la raison de leurs présences ici. Au programme : Exploration, crafting, rendez-vous en tête-à-tête, cuisine et combat nerveux au tour par tour. Vous n’avez jamais joué au premier épisode ? Ce n’est pas grave… Moi non plus ! En effet, cette séquelle peut s’apprécier telle quelle.
Passez outre vos a priori car derrière un visuel pouvant faire penser à la jaquette d’un anime hentaï et des premiers pas balbutiant qui laissent perplexes, se cachent en fait une aventure bien plus profonde, riche et complexe qu’attendu.

Perdues au milieu de nulle part

Blue Reflection 2Vous pouvez passer ce paragraphe si vous souhaitez découvrir l’histoire de cette aventure par vous-même. Sinon, sachez que dans Blue Reflection : Second Light vous incarnez Ao, une jeune fille au cheveu court et au tempérament spontané et attachant. Cette dernière se retrouve subitement dans un petit établissement scolaire au milieu de nulle part. Elle y est accueillie par 3 autres étudiantes qui sont très surprises de la voir débarquer ainsi. En effet, ces dernières sont amnésiques et se sont appropriées les lieux depuis un certain temps. Contrairement à elles, Ao se souvient plus ou moins de son passé même si elle n’a aucune idée de comment elle a débarqué dans cet univers.

En fait, le bâtiment scolaire à 2 étages se trouve au milieu de nulle part, entouré d’une immensité bleue. Aucune échappatoire n’est possible. Mais alors qu’elle discute avec sa nouvelle amie Kokoro sur un ponton, la terre se met à trembler et un nouveau continent émerge des flots. Courageux, le groupe d’amies décide d’explorer ce nouveau monde qui leur tend les bras. Mais ce lieu étrange n’est pas sans danger ! En effet, des démons peuplent cet endroit qui s’avère renfermé les fragments de mémoire de Kokoro.

En fait, tout ce nouveau continent est la représentation du monde de la jeune fille à un moment donné. Il s’avère que petite, elle était harcelée par ses camarades. Cependant, elle a pu trouver une amie qui lui a permis de surmonter ses brimades. Ensemble, elles avaient même construit une petite cabane en haut d’un arbre afin de se retrouver. Ce refuge représentait beaucoup pour elle, mais les méchants garnements n’ont pas hésité à détruire la construction par jalousie. Ce trauma inconscient et oublié, gardé par un puissant boss dans ce monde, revient avec force dans l’esprit de Noriko une fois l’ennemi vaincu. Suite à cela, son amie n’a pas hésité à s’en prendre aux garçons. A cause de ce comportement, elle fut obligée de changer d’école. Mais grâce à elle, Noriko a pu grandir et se construire. Elle est donc très heureuse de se rappeler son histoire et du nom de son amie : Shiho. D’ailleurs, il se pourrait bien qu’elle retrouve cette dernière plus tôt que prévue. En effet, Ao ne sera pas la seule à débarquer dans ce monde. L’histoire nous amène donc à nous familiariser avec tout un groupe de filles. Mais ces apparitions pourraient bien créer une brèche dans cet espace-temps. Pour le meilleur et pour le pire…

Un gameplay en plusieurs phases

Blue Reflection 2Blue Reflection : Second Light pourrait être découpé en plusieurs phases. La première consiste à se balader dans l’école pour renforcer notre lien avec nos nouvelles amies. Ainsi, derrière des activités allant de la réparation du toit de l’école à la confection de gâteau, en passant par la pratique de sport, se cache le moyen de renforcer votre lien avec vos amies. De fait, vous aurez l’occasion d’échanger ces points obtenus pour acquérir de nouvelles compétences ou renforcer vos stats. En résumé cela vous permet d’avoir une équipe plus forte et efficace. Il sera même possible de vous retrouver en tête-à-tête avec une amie. L’occasion de découvrir des dialogues à double sens qui peuvent s’avérer assez troublant finalement. Sans parler de l’attitude et de la posture des protagonistes… Mais nous y reviendrons plus tard.

Ainsi, après ces passages plus ou moins obligés, il est temps d’explorer «l’heartscape ». Ici les décors sont fouillés et l’environnement est autant joli que les ennemis redoutables. Mais les jeunes filles savent se défendre ! En effet, elles sont quasiment toutes des « Reflectors ». Ainsi, la bague qu’elles portent depuis leurs arrivées dans ce monde leur permet de se transformer en arme léthale en captant leurs émotions. Il faut voir comme Ao manie sa faux avec dextérité pour être rassurée sur leur chance de survie. Malgré tout, les ennemis sont dangereux et mieux vaut les attaquer en « traitre » afin de maximiser les chances de réussites. Vous pouvez donc vous mettre en position « infiltration » afin de vous glisser derrière eux et les attaquer pour avoir l’avantage. Un principe déjà vu, quelque peu similaire à celui développé dans la série des Persona.

Une fois le combat engagé, jusqu’à 3 combattantes affrontent simultanément le danger. Reposant sur le principe d’un « active time battle » vos actions coûteront un certain nombre de points pour être utilisées. Plus le combat dure longtemps et plus les capacités d’action sont nombreuses. De plus, une 4e personne pourra être placée en réserve. De là, elle pourra vous octroyer automatiquement des bonus passé un certain nombre de tours, utiliser des objets ou carrément remplacer une copine en difficulté. Mieux, au bout d’un certain temps, vous pourrez même assister à une transformation digne des meilleurs animés du genre. La tenue change et les filles se montrent encore plus dangereuses. Les combats s’avèrent donc plutôt dynamiques et montent souvent en puissance et en intensité ! Par exemple, certains démons utilisent un bouclier pour se protéger, mais le protagoniste qui arrivera à détruire cette protection pourra alors se battre en duel contre lui. Enchaînant les combos, évitant les attaques pour espérer conclure avec un finish dévastateur. Rassurez-vous, les mécanismes des combats s’acquièrent au fil du temps via des tutos plutôt bien fait. Attention à être bien attentif !

Entre deux combats vous pourrez ramasser les objets qui vous seront utiles pour créer de nouvelles recettes ou serviront de matière première pour construire différents points d’attractions dans votre « maison ». Ceux-ci vous octroieront des bonus non négligeable.
Mais c’est surtout la quête des fragments de mémoire qui est important et qui fait avancer l’histoire.
Une fois un « continent » visité il est possible d’y retourner afin d’explorer des passages qui étaient bloqués ou pour accomplir des quêtes secondaires demandées par vos amies. Certaines d’entres elles vous demandent de faire preuve de grande prudence pour ne pas être remarquées par les ennemis tandis que d’autres, plus classique, demandent à ce que vous terrassiez un certain nombre d’ennemis.

Enfin, un dernier mot concernant la bande son. Les thèmes musicaux sont très réussis créant une réelle ambiance, certains morceaux peuvent facilement être écoutés sur votre platine. Dommage que le distributeur Koch Media ne nous ait pas proposé une petite édition collector incluant cette BO. Le site de Koei Tecmo propose bien un collector, mais le CD inclus est un Drama japonais… Certes, les doublages sont particulièrement réussis et le choix des seiyus parfait ! Par contre, il ne faudra pas être allergique aux onomatopées de jeunes filles japonaises. Mention spéciale concernant le doublage de Yuki.

Un fan service léger, mais omniprésent

Blue Reflection 2Comme dit précédemment, la jaquette du jeu peut laisser dubitatif. Il faut savoir que Blue Reflection fait partie du projet « Festival de jolies filles » du studio Gust. Ce projet inclut également des jeux comme Atelier Firis ou Night of Azure 2. Le but étant de faire un portrait de la jeunesse féminine en se concentrant sur leurs interactions et leur évolution dans leurs partages d’expériences avec autrui. Le problème étant que si dans le fond le but est plutôt atteint, la forme est maladroite. En fait, certaines scènes et situations sont aussi légères que la tenue des protagonistes. Les jupes sont courtes et les angles de caméra insistent souvent sur la morphologie avantageuse des héroïnes. L’otaku développant un certain lolicon sera aux anges tandis que les autres, la gent féminine en particulier, risque d’être plus d’une fois agacée devant toute cette démonstration visuelle et vocale. Certes, nous ne sommes pas au niveau d’un épisode de Galgun et tout ça reste bien sage. Par exemple, il est impossible de passer la caméra sous les jupes. Toutefois, la possibilité de changer les tenues des héroïnes pour passer de la tenue de collégienne à des maillots de bains laissent dubitatifs. Sans compter qu’un mode photo est présent à chaque instant en pressant L3. L’occasion de jouer avec vos héroïnes et d’immortaliser des scènes construites de toutes pièces. Un peu comme un collectionneur qui met en place sa collection de figurines hors de prix…

De même certaines scénettes posent un climat de séduction plutôt étrange…
Certes, il y a un public de niche pour tout ça et comme dit précédemment cela ne doit pas vous gâcher l’expérience globale du jeu ! Bien que parfois presque malaisantes, ces situations et cette impression globale de légèreté sont contrebalancées par une trame principale on ne peut plus sérieuse et un gameplay résolument recherché. Vous voilà donc avertit.

Conclusion

Malgré ses personnages exclusivement féminins et plutôt stéréotypées qui plairont assurément aux otakus, Blue Reflection : Second Light est un JRPG qui mérite l’attention des amateurs éclairés du genre. Les qualités du titre sont nombreuses et, malgré ses paradoxes, l’histoire et le gameplay vous poussent à résoudre les mystères qui entourent le destin de ces protagonistes et ainsi connaitre le dénouement de cette histoire.
A noter qu’une démo vous permet de faire le prologue et le premier chapitre du jeu. Nous ne pouvons que vous encourager à en profiter afin de savoir si le destin d’Ao et ses amies est fait pour vous. Sachez que si c’est le cas, des dizaines d’heures agréables vous attendent en leur compagnie. De plus, l’éditeur Koei Tecmo prévoit des prochaines mises à jour dont un mode de difficulté plus ardu.
Ainsi, si l’ambiance générale vous amuse et que vous maîtrisez un minimum l’anglais, il y a fort à parier que vous succomberez aux charmes de ce titre et de ses protagonistes.

Blue Reflection : Second Light

8.7

Note

8.7/10

POINTS POSITIFS

  • Des combats et un gameplay efficace
  • Un jeu charmant et bien réalisé
  • Une histoire générale efficace
  • La patte du character designer Mel Kishida

POINTS NÉGATIFS

  • Destiné à un public initié
  • Laisse un sentiment paradoxal
  • Des préoccupations un peu trop « girly »
  • Une certaine répétitivité
Qu'en pensez-vous ?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

yancha

Rédacteur avec pas mal d'XP au compteur ayant grandi avec les bornes d'arcades à l'ère 8 et 16 bits.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire