TEST – Ys IX : Monstrum Nox (version Nintendo Switch)

Partager sur les réseaux sociaux :


Ys IX Monstrum Nox est sorti le 26 septembre 2019 au japon, puis le 5 février 2021 sur PlayStation 4 en France ! Dorénavant le jeu est également disponible sur PC et Nintendo Switch, depuis le 9 juillet 2021. L’arrivée du jeu dans nos contrées nous a donné envie de tester l’opus Nintendo Switch, après avoir testé l’opus PlayStation 4 en février dernier ! Peu de différence notable entre les deux opus et c’est surtout sur le plan technique que le test changera…Pour le reste, le ressenti reste le même, un jeu qui a des qualités et des défauts que l’on vous invite à lire ci-dessous.

Monstrum, Monstri, Monstro :

 

Ys IX Monstrum Nox L’histoire commence avec notre bon ami Adol Christin, héros de la série Ys, voulant rentrer dans la ville de Balduq avec son compagnon de toujours, Dogi. Malheureusement, Adol se fait arrêter par les autorités locales. Il est envoyé dans la prison de la ville, avec une sécurité qualifiée d’inviolable. Bien-sûr, lui va y arriver, mais une certaine Aprillis fait son apparition, lui tirant dessus avec une balle maudite, le transformant en Monstrum.

Voilà donc le postulat de base. L’histoire de ce titre est un gros point positif, avec plusieurs intrigues permettant de garder le joueur en haleine. Il y a donc le mystère autour des Monstrums, celui autour de la prison ainsi que les histoires centrées sur la vie de chacun de nos Monstrums.
D’ailleurs, parlons de nos Monstrums. Ils sont au nombre de 6 en incluant Adol le “Roi Rouge”. Chacun d’entre eux à son caractère bien distinct, son histoire et ses capacités. Ils sont vraiment tous attachants, ce qui ajoute encore du plaisir à suivre le fil-rouge du jeu.

Cependant, une certaine linéarité s’installe, surtout au début des chapitres. Chacun d’entre eux se compose de la même façon : on fait des quêtes secondaires, on fait une mission de défense, on avance dans l’histoire puis un donjon, et on fini sur une partie “Adol prisonnier” (Nous reviendrons sur certains éléments de cette structure plus tard).
Seulement, les missions secondaires, qui ne sont pas forcément obligatoires, mais très recommandées pour pouvoir avancer, ne sont pas toute très intéressantes à faire. Il y en a qui le sont, comme les missions de sauvetages par exemple, où on y incarne le “Adol prisonnier” et qui sont très bien intégrées à l’histoire principale. Pour le reste, ce sont des quêtes classiques telle que “Aller trouver tel objet”, “Combattre des monstres”, “Aller parler à telle personne” etc.

Pour revenir au quête de sauvetages, celles-ci vous permettrons de faire la connaissance de nouveaux personnages, qui viendront vous épauler au “Dent-De-Lion“, le bar qui est le repère d’Adol et ses comparses. Certains d’entre eux sont plutôt sympathiques et vous donneront accès à des quêtes permettant de les connaître plus.

Exploration et Aventure :

TEST YS

L’essence de Ys, c’est l’aventure. Après tout, le personnage principal est un aventurier. Eh bien il faut dire que c’est très bien retranscrit dans le jeu.
L’aventure et l’exploration sont en effet omniprésentes que ça soit dans la ville, en dehors ou dans les donjons.

L’exploration en donjon est vraiment plaisante. C’est plein d’énigmes, de coffres et de petits chemins. Vous allez devoir utiliser tous les différents dons des Monstrums pour avancer et résoudre les différentes situations auxquelles vous ferez face. D’ailleurs, le level design de ces donjons sont très ingénieux. Couplés aux combats, c’est un vrai plaisir de les parcourir.

Pour ce qui est de la ville de Balduq, l’explorer est assez agréable, surtout grâce aux différents dons de nos alliés mais les environnements restent un peu redondant. Il y a beaucoup de coffres à trouver, ce qui motive à faire le tour de la ville. Il y a aussi des panoramas à découvrir dans les points d’intérêt de la cité.

Mais le problème est du côté de l’exploration dans les alentours de la ville. Les décors extérieurs sont fades, et ne donnent pas du tout envie de les explorer, juste d’y passer pour remplir ses objectifs et c’est tout.

Mais il y a encore un point dont nous n’avons pas encore parlé : l’exploration de la prison en tant que “Adol Prisonnier”.
Ici vous n’avez pas de pouvoir, seulement une épée et votre courage pour vous accompagner. Vous allez devoir défaire les pièges qui la plupart du temps vous tueront en un coup. Et c’est assez plaisant car c’est là que l’ont ressent la profession de Adol et on doit dire que c’est très agréable.

Et la bagarre dans tout ça ?

 

Entrons maintenant dans le cœur du sujet. N’oublions pas que Ys IX : Monstrum Nox est un action rpg et les ressentis en combat sont donc très importants. Et c’est une réussite de ce côté-ci.
Soyons clair : ça n’a quasiment pas changé depuis le huitième opus. Mais pourquoi changer une recette qui marche ? Donc comme avant, on attaque avec un bouton, on active une capacité avec les gâchettes plus un bouton. Cela n’a pas non plus changé pour les esquives et la parade qui, si bien timées permettent de ralentir les mouvements de l’ennemi et d’accélérer ceux du joueur. L’amélioration se fait ici dans l’utilisation des dons dans certains combats de boss qui rajoutent vraiment un plus et oblige le joueur à parfois réfléchir a comment battre celui-ci plus facilement.

D’ailleurs, parlons des boss. Il y en a beaucoup et ce n’est pas pour nous déplaire puisque c’est sûrement ce qu’il y a de plus prenant dans le jeu étant donné que les combats contre les ennemis “normaux” étant à la fin plutôt simple.
Pour ce qui est de la difficulté du jeu, il y en a pour tous les goûts avec pas moins de 6 niveaux différents, allant de facile à lunatique.

Nous vous parlions des missions de défense tout à l’heure. Déjà disponible dans Lacrimosa of Dana, elles font ici leur retour et sont même obligatoires pour avancer dans le jeu. Ici, vous serez rejoins par tous les autres Monstrums et vous allez devoir défendre un cristal de vagues d’ennemis. Ces phases sont plutôt exigeantes surtout que maintenant les ennemis peuvent arriver directement de derrière le monument, rendant la chose très dangereuse.

Nintendo Switch – Des soucis techniques encore plus évident…

TEST YS

Sur PlayStation 4, le jeu n’était pas une réussite au niveau de la technique et notre rédacteur Hedgar qui avait fait le test à l’époque notait « le jeu souffre d’un gros problème, sa technicité. Les graphismes sont datés, les textures pas forcément très détaillées et le titre souffre d’un effet brouillard au fond ».

Aujourd’hui, les soucis sont toujours présents sur la Nintendo Switch et ceux-ci semblent s’être accentués… En effet, sur la console hybride de Nintendo, le jeu Ys IX Monstrum Nox surprend par ses graphismes qui piquent aux yeux et un frame rate peu stable. Les graphismes sont dignes d’une PlayStation 2 avec des pixels qui apparaissent sur les protagonistes et dans les décors, ainsi qu’un aliasing assez présent !

Moi qui suis habitué à jouer sur Nintendo Switch et qui ai pu tester des jeux comme The Legend of Zelda, Ni No Kuni ou encore The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel, le fossé technique des jeux précédemment cités est assez grand avec Ys IX Monstrum Nox et je me suis demandé comment on pouvait sortir un jeu autant daté sur la technique dés le début de l’aventure…Mais comme un jeu ne se joue pas qu’avec des graphismes, j’ai continué l’aventure et le jeu possède également des soucis de frame rate en mode dock et mobile ! En effet, il ne sera pas rare de ressentir un léger ralentissement dû à un frame rate oscillant…

Malheureusement, les soucis techniques ne s’arrêtent pas là, car les animations des personnages sont assez lourdes et la caméra quelque peu complexe à utiliser ! Là, vous allez me dire, mais il n’a rien pour lui le jeu ? Et bien si ! Si Ys IX Monstrum Nox n’est certes pas le jeu le plus abouti sur la technique, il reste malgré tout sympathique à jouer ! Pourquoi ? Car, il propose une histoire complexe avec des rebondissements, des missions secondaires à foisons, de nombreux ennemis à combattre, un ost correct, un chara-design des personnages vraiment réussi, des cinématiques de qualités, ainsi qu’une durée de vie considérable…

Conclusion

Ys IX Monstrum Nox est un jeu à faire. Maintenant doit-on privilégier la version Nintendo Switch ou celle de la PlayStation 4 ou PC ? La question reste posée et tout cela dépendra du matériel que vous possédez ! Dans tous les cas, le nouvel opus de la série Ys dorénavant disponible sur Nintendo Switch peut être considéré comme un pilier du genre en action-rpg. Oui, le jeu n’est pas parfait, oui les soucis techniques sont nombreux, mais son histoire pleine de rebondissements, le mystère permanent qui flotte tout au long du jeu et son système de combat en font indéniablement un des meilleurs jeux du genre. Certes, le jeu n’est pas un must-have pour les amoureux du genre, qui pesteront devant les graphismes datés, les soucis de frame rate et compagnie ! Mais, il possède tant de qualité à côté (durée de vie, ost, cinématiques ennemis etc…) que l’on vous conseille de jeter votre dévolu dessus.

Ys IX Monstrum Nox

7

Note

7.0/10

POINTS POSITIFS

  • Une histoire très prenante avec de nombreux rebondissements
  • Un chara design de bonne facture
  • Une durée de vie conséquente
  • Les boss
  • Les combats, souvent plaisants et nerveux

POINTS NÉGATIFS

  • Les graphismes datés
  • un frame rate oscilliant
  • Les environnements extérieurs fonctionnement par cloisonnement qui ne plairont pas à tous
  • Des animations raides
  • Quelques soucis de caméra

Bomboy

Encyclopédie vidéo-ludique au service de GeekNPlay. Je suis un ancien dinosaure détenant le savoir! Toi l'abonné, tu peux m’appeler PAPA!

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire