TEST – WRC 8

WRC-8

Cela fait maintenant quatre années que le studio français Kylotonn s’occupe de la licence WRC. Si le septième opus avait permis aux développeurs de réaliser une véritable cure de jouvence en 2017, WRC 8 doit désormais confirmer son statut afin de pouvoir prétendre rivaliser avec DiRT Rally 2.0. Alors, ce nouveau chapitre va t’il faire mordre la poussière à Codemasters ou bien va t’il faire un mauvais départ ?

On met les mains dans le cambouis !

WRC 8Au lancement de WRC 8 (test effectué sur PC), on vous proposera de commencer par la personnalisation de votre avatar. Enfin, personnalisation, le mot est un peu fort puisque à part inscrire votre nom, votre prénom et votre nationalité, la création s’arrête là. Ce n’est pas le but premier du jeu certes mais on aura bien aimé pouvoir s’identifier au pilote ou même avoir le choix entre conduire ou copiloter. Une fois notre nom collé sur la fenêtre de notre bolide, place à la première course qui déterminera notre niveau de pilotage. Un bon moyen de savoir si vous avez besoin des aides à la conduite et le niveau de difficulté du jeu. Les meilleurs pilotes (ou les plus confiants) pourront choisir de sauter cette étape afin de sélectionner ou non chacune des différentes options (niveau des adversaires, dégâts, ABS…). Quand tout cela vous semble correct, place à la sélection de la catégorie ! Là encore, le jeu vous conseille de débuter par le mode JWRC avant d’attaquer directement par le mode WRC 2 au volant d’un bolide de classe R5 possédant une transmission intégrale et un moteur turbo.

Les plus frileux écouteront les conseils du didacticiel et commenceront au volant d’une Ford Fiesta équipée de deux roues motrices et d’une puissance moyenne. Le didacticiel d’ailleurs, vous permettra de vous familiariser avec les nouvelles fonctionnalités de WRC 8. Si dans les opus précédents, les joueurs regrettaient le fait passer d’une course à l’autre sans réellement voir l’envers du décor, la version 2019 propose cette fois-ci une immersion totale ! On sent largement la très grosse influence de Dirt Rally 2.0 ou encore de V-Rally 4…Et oui, il faut désormais gérer son budget, trouver et engager du personnel, remplir son calendrier et définir ses objectifs afin d’améliorer ses performances pour attirer d’autres écuries et progresser jusqu’en WRC.

WRC 8 Tycoon :

WRC 8À la manière d’un jeu de gestion classique, cette dernière occupe désormais une grosse partie de votre temps dans le mode carrière et se retrouve au centre de l’expérience. En plus de voir remplir votre agenda et définir vos entrainements, vous aurez aussi la lourde tâche de composer votre équipe. Avec 6 postes distincts et un niveau de compétence calculé en fonction de son degré de rareté, on se croirait parfois en train de monter une équipe pour jouer à FIFA. Choisir un météorologue capable de déterminer avec justesse les conditions climatiques des prochaines courses ou trouver un mécanicien efficace qui travaillera vite et bien et à moindre cout vous permettra de gagner du temps et de ne pas vous louper lorsque vous aurez à piloter votre voiture. Par exemple, si vous choisissez un météorologue peu expérimenté, il pourra vous dire qu’il ferra soleil à la prochaine course ce qui vous fera tout naturellement monter des pneus différents qu’en cas de neige. À votre grande surprise, au lancement de la course ce n’est pas le soleil qui vous accueillera mais la pluie…Bon courage alors pour arriver à maitriser votre bolide….

Une fois les courses programmées, vous devrez jouer les secrétaires et combler vos journées avec des événements tels que des défis, des courses spéciales, des entrainements ou encore des essais constructeurs. Ce planning devra être parfaitement réfléchi pour engranger suffisamment d’argent et de réputation mais ne devra cependant pas trop influer sur la fatigue de vos collaborateurs…Si votre équipe est exténuée, elle travaillera moins vite et moins bien et vos résultats s’en ressentiront. Pensez-donc à engager les bonnes personnes…et surtout à les payer…On regrettera juste le fait qu’on ne puisse pas voir les interactions de notre équipe et le manque de mise en scène. En tout cas, l’immersion est présente et cela fait plaisir à voir !

Place au Championnat du Monde !

WRC 8Comme dit plus haut, le côté gestion a été clairement mise en avant dans WRC 8. Mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit avant tout d’un jeu de simulation de rallye et que son prédécesseur avait déjà misé gros sur cette partie. Sans surprise donc, ce nouvel opus reprend les bases et se permet même de les améliorer. Un soin tout particulier a été apporté à la manière dont la voiture se comporte en fonction du grip utilisé et de la surface choisie. On sent également une différence entre les modes de traction des voitures et les changements climatiques. Dommage que du côté du son des moteurs et des changements de rapports, l’ambiance sonore soit souvent larguée. Graphiquement parlant, même si le jeu ne vous mettra pas une claque visuelle, les voitures sont assez soignées et les détails sont nombreux, tout comme les reflets sur la carrosserie. Les paysages sont eux aussi bien modélisés et les jeux de lumière permettent une fois encore de se rapprocher au plus près de l’ambiance particulière des courses. Par moment, on peut apercevoir quelques spectateurs avec un fumigène et voir un drone ou un hélicoptère survoler notre position pour encore plus de réalisme.

Pour ce qui est des licences officielles, cette année WRC 8 vous propose les voitures et leurs pilotes dans de véritable courses. Avec une centaine de spéciales et une quinzaine de pays, il y en a pour tous les gouts et pour tous les climats ! Malheureusement, il faudra faire avec moins d’une vingtaine de voitures en comptant la catégorie “bonus” ainsi que les catégories “classiques” : JWRC, WRC et WRC 2. Pour finir, sachez qu’un mode multi local (écran splitté) est présent en plus des différents modes en ligne. Le jeu a aussi été pensé pour la scène eSport avec les traditionnels défis hebdomadaires et cette année encore, elle est accessible à tous les joueurs et vous propose un cash prize de 20 000 € à la clé pour les meilleurs !

Conclusion :

L’expérience de Kylotonn se fait ressentir et le studio apprend d’année en année. La formule ne cesse de s’améliorer et peut désormais rivaliser avec DiRT Rally 2.0. Grâce à un mode carrière dynamique et une bonne immersion, WRC 8 gagne à être connu. Le gameplay est toujours aussi bien maitrisé et le visuel est bien soigné. Malheureusement, on aurait aimé avoir plus de véhicules et pouvoir choisir la place de pilote ou de copilote. Des efforts sonores sont encore à fournir mais cela n’altère vraiment pas la qualité du jeu. De plus, la météo dynamique est un vrai plus et les fans de simulation ne devraient pas être déçus.

WRC 8

7.5

Note

7.5/10

POINTS POSITIFS

  • Un mode carrière réussi
  • Une météo dynamique
  • Les licences officielles
  • Une très bonne simulation
  • Très immersif

POINTS NÉGATIFS

  • Quelques collisions hasardeuses...
  • Un fond sonore pas toujours au point
  • Trop peu de voitures

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire