TEST – World’s End Club

Bomboy
1 0
Temps de lecture:8 Minutes

World’s End Club

World’s End Club est un jeu qui avait fait sensation lors de sa sortie en 2020 sur iOS. Aujourd’hui, le titre de Nippon Ichi Software et IzanagiGames vient de sortir sur Nintendo Switch ! Que vaut ce Visual Novel ? La réponse ci-dessous.

Synopsis

World’s End Club Chez GeekNPlay, on attendait beaucoup de World’s End Club sur Nintendo Switch ! Pour quelle raison ? Car le titre avait à sa tête de développement monsieur Kotaro Uchikoshi à qui l’on doit Zero Escape et Kazutaka Kodaka de Danganronpa. Autant dire qu’il s’agit de personnes de renom et que beaucoup de joueurs s’attendaient à un Visual Novel de qualité…Et pourtant, l’objectif est à moitié rempli…Comme tout jeu du genre qui se respecte, World’s End Club propose de longues sessions de dialogues où nous devons effectuer des choix pour que l’l’histoire se découle petit à petit.

De ce côté-là, World’s End Club réussit plutôt bien. Sans spoiler le scénario et en ne parlant que du synopsis, il est bon de savoir que le jeu nous propose des héros issus d’une école élémentaire de Tokyo formant le « Club des combattants », ! Le tout est composé d’enfants excentriques aux caractères relativement différents… Un jour, l’équipe part en bus pour un voyage scolaire et quelque chose d’inattendu arrive…

Quand ils se réveillent, ils sont dans un parc à thème sous la mer. Reycho et les autres sont piégés dans cet étrange lieu abandonné depuis longtemps. Soudain, venu de nulle part, un mystérieux petit personnage nommé Pielope apparaît et leur ordonne de jouer à un jeu que l’on pourrait qualifier de Battle Royale » ! Ici, tout le monde porte des bracelets avec des missions qui ne leur sont pas destinées…Le but étant d’empêcher les autres membres de réussir la mission et de finir le dernier vainqueur…Mais comment faire quand, vous ne savez rien de ce que vous devez faire ?

Vous l’avez compris, aucun d’entre eux ne sait ce qui se passe, ni ce qu’il doit faire, mais ils se battent tous pour sauver leur vie. Pourront-ils survivre et sortir de cet endroit étrange ? Les enfants sont tous perdus et confus … c’est alors que des pouvoirs extraordinaires commencent à s’éveiller en eux. Alors qu’en même temps des « événements anormaux » se produisent partout sur la Terre…

Gameplay

Comme tout Visual Novel qui se respecte World’s End Club emmènera les joueurs dans un voyage narratif insensé. Et ici, le scénario mis en place est d’excellente facture ! Au programme, le jeu proposera plusieurs façons d’appréhender l’aventure avec un gameplay mixant sur des phases de « Visual Novel » et d’autres sur de « La plateforme/Exploration ».

Dans World’s End Club, on passe par 3 phases distinctes nommées :

  •  Story
  •  Act
  •  Camps

Comme le nom le laisse deviner, la section « Story » nous conte l’histoire du club des combattants et nous impose à faire des choix moraux. En effet, l’ensemble des protagonistes de l’équipe ayant des caractères relativement différemment ne voudront pas forcément suivre le même parcours que vous ! Certains voudront rapidement rentrer à Tokyo en espérant revoir famille et amis, quand d’autres privilégieront de partir rapidement à la ville la plus proche dans l’espoir de trouver des pompiers ou des policiers pouvant les aider… C’est un choix parmi tant d’autres que vous aurez à faire au cours du scénario…Si vos choix sont bons, vous partirez dans la bonne direction et vous connaitrez peut-être la « vraie fin » du jeu …Dans le cas contraire, l’expédition peut être risquée pour vous et les personnes qui vous ont suivi…A côté de l’histoire qui se découle petit à petit, un autre thème reviendra souvent sur le devant de la scène et c’est celui du leader du groupe ! Est-ce que c’est vous ? Est-ce une autre personne ? Pourquoi devrait-on vous suivre ? World’s End Club maitrise parfaitement l’écriture et c’est un délice de suivre les aventures de notre troupe de héros qui acquièrent des pouvoirs spécifiques au fil du temps.

Act : Ici, il s’agit d’exploration, fini les textes à bulles et place à l’action ! Dans les faits, les phases « Act » proposent de l’exploration, de la plateforme, des énigmes et du combat de boss… Malheureusement, le tout est beaucoup trop simpliste et beaucoup trop dirigiste… On navigue dans un environnement 2.5D où le choix du chemin est restreint pour ne pas dire quasiment inexistant… A côté de cela, les énigmes sont basiques et il faudra bouger des caisses, fournir de l’électricité à des prises etc… Autant dire que les énigmes ne demandent pas beaucoup de réflexion !

Qu’en est-il pour les boss ? Ils ne sont pas forcément des plus nombreux et restent « simples » à combattre…Si vous pouvez mourir une fois ou deux fois malgré tout, le challenge est relativement faible et ne devrait pas mettre en difficulté le joueur aguerri. La seule surprise durant les phases de gameplay, ce sont les cut-scene qui entrecoupent le niveau et qui nous permettent de temps à autre de découvrir le pouvoir d’un nouveau personnage.

Camp : Ici, l’équipe se retrouve autour d’un feu de camp en fin de journée pour faire le point sur ce qui vient de se passer. Le camp permettra à certains personnages de s’excuser, à d’autres d’entamer une romance et pour certains à parler de nourriture…Oui, les aventures ça creuse et il faut savoir se reposer et bien se nourrir aussi pour être prêt pour le lendemain qui réservera sans doute son lot de surprises. Combattrez-vous des boss ? Un personnage aura-t-il de nouveaux pouvoirs ? Certains « héros » vont-ils frôler la mort ? Des questions existentielles qui ont leur place dans l’aventure. Vous l’avez compris, le camp est une zone de repos où l’ensemble des joueurs se reposent et discutent …Cela n’a l’air de rien, mais le camp permet de cerner un peu plus certains personnages discrets et d’apprendre de nouvelles choses…Mais je n’en dirai pas plus !

Vous l’avez compris, World’s End Club est un Visual novel sympathique, mais pas forcément complet… Ce qui sauve le titre, c’est la bande de copains portant des vêtements fleurant bon les années 90 et avec de l’humour omniprésent. Si au début, on peut trouver les personnages « Pas terrible », cela ne dure pas ! Pourquoi ? Car on apprend à les connaitre, à aimer leurs qualités, leurs défauts et même entrevoir certains personnages en dehors de la carapace qu’ils se sont forgés ! De ce côté-là, les développeurs ont réussi un travail d’écriture maitrisé et une excellente traduction en français.

Notez que si World’s End Club est entièrement sous-titré en français, le jeu ne propose des voix qu’en anglais et en japonais… C’est dommage, mais c’est toujours mieux que rien, non ? Vous souhaitez en savoir plus et connaitre ce que nous n’avons pas aimé ? Alors, rendez-vous au paragraphe suivant.

Aïe mes yeux…

World’s End Club Si jouer à World’s End Club sur smartphone reste agréable, cela peut-être relativement différent sur grand écran et la Nintendo Switch reste une console hybride ! Vous l’avez compris, si le jeu reste correct en version nomade, les défauts et le vieillissement technique du titre sautent tout de suite aux yeux lorsque l’on passe sur un écran de grande taille. Jouant sur un écran de 55 pouces (140 cm), je peux vous confirmer que l’on voit rapidement du clipping et de l’alliasing pour ne citer qu’eux ! De plus lors des phases de gameplay (hors dialogue), la framerate ne semble pas très élevé.

Le souci de World’s End Club, c’est qu’il combine du gameplay style plateforme avec du Visual Novel…Si l’écriture est parfaitement maitrisée, ce n’est pas forcément le cas pour les phases de plateforme… Ce n’est pas que l’on s’ennuie dessus, c’est que celles-ci ne sont pas forcément optimisées…On a l’impression que les personnages se déplacent à un rythme d’escargot ! A côté de cela, les combats avec les quelques boss présents ici et là sont bon marché…Comprenez qu’il n’y a quasiment pas de difficulté et qu’ils seront facilement vaincus ! Certes, nous ne sommes pas dans un Dark Soul, mais un peu plus de difficulté serait pour le coup le bienvenu dans World’s End Club !

De plus, le peu d’énigmes présentes dans le jeu sont d’une simplicité déconcertante…C’est dommage, car World’s End Club est classé en PEGI 16 et qu’il aurait été sympathique d’avoir des phases de jeu plus compliquées ! Mais le PEGI est sans doute lié à la notion de drogue ou de mort dans le jeu, même si cela reste assez basique.

Pour finir, on pourrait aussi noter que le titre se finit en 5 heures…Mais il faut être honnête, cela n’est pas tout à fait le cas ! Si le jeu peut se terminer en quelques heures, vous n’aurez certainement pas fini avec « la bonne fin ». Vous l’avez compris, World’s End Club propose plusieurs fins et certaines sont moins réjouissantes que d’autres…Au final, vous pouvez au minimum tripler à minima la durée de vie du jeu, si vous souhaitez connaitre les pouvoirs de tous les protagonistes et connaitre toutes les fins disponibles (dont la véritable) ! Sympa, non ?

Conclusion

World’s End Club n’est pas un jeu à mettre entre toutes les mains, il s’agit d’un Visual Novel avec un bon scénario, divers embranchements, ainsi que plusieurs fins distinctes qui plaira aux fans du genre ! Néanmoins, le jeu est daté graphiquement et cela peut choquer…Car les cuts-scenes animées sont d’excellente facture, mais les phases de gameplay hors-texte piquent aux yeux et restent assez simplistes ! On apprécie malgré tout le scénario, les dialogues avec les nombreuses blagues, les sous-titres en français, ainsi que les personnages rafraichissants et sympathiques. Au final, World’s End Club est un titre qui divisera les joueurs…Certains passeront à côté des lacunes et apprécieront l’expérience en se baladant avec l’équipe des combattants en ayant l’impression d’être avec une bande de copains ! Quand d’autres passeront leurs tours…

Happy
Happy
50 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
50 %

World's End Club

6.5

Note

6.5/10

POINTS POSITIFS

  • Des sous-titres en français
  • Des cuts-scenes d’excellentes factures
  • Des personnages rafraichissants
  • De l’humour
  • Plusieurs fins disponibles

POINTS NÉGATIFS

  • Techniquement daté
  • Les phases de gameplay assez simplistes
  • Une vitesse de déplacement assez lente
  • Une durée de vie qui divisera les joueurs

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Next Post

Farming Simulator 19 - Le jeu est au programme de la Z LAN 2021

Connaissez-vous la Z LAN ? Une LAN-party sur 10 jeux, avec 200 joueurs, organisée par ZeratoR et par ZQSD Productions. En ce moment, la « compétition » bat son plein et Farming Simulator 19, l’expérience de simulation agricole développée par Giants Software et éditée par Focus Home Interactive vient de faire son […]