TEST – Turrican Flashback

yancha
1 0
Temps de lecture:13 Minutes

Test Turrican

GeekNPlay vous propose un voyage dans le temps vidéoludique le temps d’un test. Venez retrouver la saveur des années fin 80, début 90. Une époque bénie où un simple jeu vidéo pouvait vous scotcher des dizaines d’heures sans que vous en voyiez la fin à force de mourir ! Retrouvez une époque où il fallait faire preuve d’abnégation et de persévérance sans égale pour finir un jeu. Un état de fait qui fait actuellement figure d’exception. C’est ainsi que plus qu’un jeu, Turrican Flashback est une véritable leçon d’histoire. Il permet aux nostalgiques de retrouver une madeleine de Proust et montre aux joueurs nés après le 3e millénaire ce qu’était un hit d’antan. Malheureusement, il arrive que les cours d’histoires soient chiants… Et c’est parfois le cas avec cette anthologie testée sur Nintendo Switch.

Un peu d’histoire

Test TurricanA sa sortie il y a un peu plus de 30 ans, Turrican a su marquer les esprits. Les possesseurs d’un Amiga qui ont pu y jouer se souviennent avec nostalgie de ce hit imaginé par Manfred Trenz encensé par la critique. (Megastar Joystick avec 98%, Tilt d’or Canal+ dans la catégorie action, etc).

Mélangeant action pur et séances de plate forme exigeantes dans des niveaux labyrinthiques qui recèlent de bonus, le succès fut tel que des adaptations sur les consoles japonaises ont vu le jour. Manfred Trenz est toujours aux commandes, et la musique de l’allemand Chris Hulsbeck n’est pas étrangère au sucés du titre.
Turrican Flashback vous propose de jouer à 4 jeux « différents » issus de cette franchise. Pourquoi pas tous les épisodes ? Peut-être par souci financier ? Mais ne commençons pas à bouder notre plaisir, et découvrons ensemble chaque épisode par ordre plus ou moins chronologique

Turrican 1990

Test Turrican Le scénario du soft est digne des nanars de l’époque. Dans une galaxy plutôt proche le monde d’Alterra a été crée pour que ces habitants vivent dans la paix et l’harmonie. Hélas, après un tremblement de terre qui bouleverse le cœur même de cette société, Alterra tombe à la merci de l’intelligence artificielle Morgul. C’est ainsi que ce monstre est devenu le cauchemar de ces habitants. Alterra ne trouvera aucun espoir tant que Turrican, le guerrier métallique bionic, ne vienne restaurer la paix. Mais pour cela, notre guerrier va devoir éliminer les terreurs mécaniques qui se dressent devant lui.
Bon… En gros, vous êtes une sorte de robot surarmé et vous allez devoir dézinguer tout ce qui bouge à travers les niveaux labyrinthiques que composent le jeu. Les bonus (cachés) ne manquent pas et permettent de changer et améliorer l’armement de Turrican. Du tir directionnel au laser en passant par le sacro saint fouet électrique (ou sorte de lance flamme) vos ennemis mourront par centaine. On peut également se mettre en boule, un peu comme Samus de Metroid, mais ça ne sert pas à grand-chose même si on balance des mines. On préférera donc utiliser l’onde de choc et la grenade dévastatrice contre les boss au design original pour l’époque.

Les niveaux sont donc vastes dans ce 1er épisode, mais le temps manque souvent pour pouvoir les explorer autant qu’on le souhaiterait. Vous commencerez à l’extérieur dans une sorte de désert pour rentrer dans ce qui semble être une usine où vous aurez l’occasion de mettre à profit votre jet pack le temps d’une phase d’action rappelant un shoot em up. Vous vous retrouverez ensuite dans des décors un peu plus glauques ou l’organique se confond avec le mécanique. C’est ici que vous découvrirez des aliens belliqueux et des ossements humains un peu dégueu. Enfin, vous devrez vous frayez votre chemin, au sens propre, dans un niveau original où vous attend Morgul, le monstre à 3 têtes.
Si vous le battez, vous pourrez inscrire votre nom dans le Hall of Fame… et vous précipitez sur le deuxième épisode de Turrican.

Au final, ce premier Turrican est un très bon passe temps et représente un moment plutôt agréable. Certes, il arrive que l’on se retrouve bloqué à cause de bug (comme sur cette vidéo), mais la possibilité de « rembobiner » le jeu comme nous le verrons plus tard permet de passer ses situations problématiques et rend le jeu accessible à tous. En tout cas, cette mise en bouche incite à se précipiter sur le deuxième épisode proposé.

Turrican II – The Final Fight

Test Turrican Dans la galaxy d’Aldebaran 42, la Force des Planètes Unies pour la Liberté sont les gardiens de la paix depuis des décennies. Menés par les plus grands penseurs de l’humanité, leur mission est de chercher de nouvelle forme de vie dans des galaxies inexplorées afin que celle-ci vienne gonfler leur rang. C’est ainsi que le vaisseau Avalon-1 découvre « The Machine », un tyran cybernétique avide de destruction. Ce dernier attaque le vaisseau et annihile son équipage. Le seul survivant de l’attaque, Bren McGuire hurle à l’univers son désir de REVANCHE. Et ça tombe bien parce qu’il possède l’armure brillante Turrican !

Bon… Le scénario est juste là pour profiter du retour du Turrican, 1 an après le 1er épisode. Les graphismes sont plus beaux mais le gameplay n’a pas changé. Mis à part un nouveau type de tire (des petites boules qui explosent au contact d’un objet dur) et la disparition de la grenade, on retrouve rapidement nos habitudes. C’est donc parti pour une balade durant 5 mondes différents. Le cheminement est similaire au 1er épisode. On commence à l’extérieur pour déboucher sur une sorte de caverne. On appréciera le passage où il faut profiter du vent pour progresser. C’est au bout de ce chemin que vous pourrez emprunter un petit avion de chasse pour continuer l’aventure. Ce sera l’occasion de montrer votre habileté durant une phase de shoot em up classique mais sympathique.

Vous laisserez votre vaisseau dans une sorte d’usine. L’occasion de découvrir le petit clin d’œil avec les voix digitalisés (voir la vidéo ici). Une fois arrivée au bout de ce niveau, vous découvrirez l’antre de la bête où se terre The Machine. Mais avant de l’affronter, vous vous rendrez compte que Turrican 2 est également bien influencé par l’esthétique d’HG Giger et du film Alien 2. Bref, vous allez pouvoir savourer votre vengeance, une fois défait votre adversaire et inscrit votre nom au Hall of Fame. Bravo à vous, vous allez pouvoir essayer les adaptations sur consoles 16 bits de Turrican.

Finalement, Turrican 2 The Final Fight est également agréable à jouer. Beaucoup plus axé sur l’action comparé à son prédécesseur, les niveaux sont moins labyrinthiques et le chrono a été revu à la hausse. Cet épisode assoit donc la notoriété de la franchise sur Ordinateur de l’époque. On regrettera peut être l’hommage un peu trop appuyer au film d’Alien… Mais le pire reste à venir.

Mega Turrican

Test Turrican Après la chute de « The Machine », Bren McGuire restaura la paix dans l’univers connu. Les années passèrent et l’humanité prospéra longtemps sans craintes. Toutefois, le cauchemar qui avait terrorisé l’univers réapparaît. The Machine est de retour, et il (elle ?) n’est pas content(e) ! Bren Mc Guire doit renfiler sa combinaison. Ainsi engoncé, Turrican est de retour.

C’’est en 1994 que la 16 bits de Sega, la Megadrive, accueille sa version de Turrican. Après une introduction plutôt risible et définitivement vintage, l’action bat directement son plein. Les niveaux s’enchaînent à un rythme effréné. Les ennemis et boss sont juste là pour freiner l’avancée inexorable de notre héro. Les 3 armes de Turrican 2 sont bien présentes mais le fouet de lumière est remplacé par un grappin qui permet de s’accrocher à toute surface solide. Par contre, elle n’a aucun effet sur les ennemis et reste plutôt accessoire. Ce qui est TRÈS regrettable. De plus, le méga pouvoir est remplacé par une bombe qui touche tous les ennemis à l’écran. Enfin, des missiles à tête chercheuse sont collectables pour vous défaire des adversaires un peu trop collant.

L’action est donc menée tambour battant et même si les zones secrètes sont toujours là, le jeu se veut un peu plus linéaire. On se retrouve presque avec un run and gun à la Contra. D’ailleurs, certains boss semblent tout droit sorti du hit de Konami. Les graphismes font honneur à la console avec des décors en arrière plan du plus bel effet. Que ce soit dans une sorte de labo, dans les airs, dans l’eau ou dans l’antre de la bête, notre avatar saute et tir sur tout ce qui bouge. Puis arrive le niveau très inspiré d’Alien 2

Très joli il n’en demeure pas moins trop difficile pour être apprécié à sa juste valeur. Dès qu’un alien vous saute au visage, vous ne pourrez rien faire à part attendre la mort. Malgré tout, grâce à l’option de rembobinage on arrive à avancer pour pouvoir se dresser devant la mère des aliens.

Vient ensuite le dernier niveau… Et là ça devient n’importe quoi. Car même si le jeu reste accrocheur, on se retrouve devant un boss invincible ! Seul 4 méga bombes vous permettront de vous défaire de ce monstre bipède ! S’en suit une bataille épique qui là aussi fait penser au hit de Konami. Enfin, The Machine vous attend pour être défait une nouvelle fois. Par contre, n’espérez pas inscrire votre nom dans le hall of fame cette fois ci. Une fois finie, le jeu bloque sur le générique. Dommage, vous ne savez même pas quel est votre score final.

Au final, Mega Turrican aurait pu être excellent. Malheureusement, le jeu part en sucette dès le niveau avec les Aliens. Bien dommage car tout était là pour en faire un must have. A noter que le jeu est sorti 1 an après la version Super Nintendo dont je vais vous parler tout de suite.

Super Turrican

Test Turrican Le monde en paix de Katakis voit son existence soudainement menacée avec l’apparition d’un monstre mécanique connu sous le nom de The Machine. Les survivant à son attaque appel à l’aide, et ce crie est entendu par le pilote d’Avalon 1. Un guerrier qui possède l’armure du Turrican.

Bon, vous l’aurez compris, Super Turrican est une sorte de melting pot de tout ce qui a été fait jusqu’ici. Après une introduction où nous avons l’impression que notre protagoniste pile son engin spatiale complètement bourrée, vous vous trouverez face à un jeu assez similaire à Mega Turrican. (je vous invite à regarder la vidéo d’intro ici) Sauf qu’ici il n’y a pas de grappin, mais le fouet d’énergie a était remplacé par un rayon qui gèle momentanément l’ennemi. Un peu trop brièvement d’ailleurs ! Sinon, les armes sont au nombre de 3 avec l’une d’entre elles qui tire en haut et en bas. Bref, les phases d’actions sont réussies et la Super Nintendo rend honneur au bruitage et aux compositions de Chris Hulsbeck avec un son dolby. Le mode 7 est parfois exploité notamment avec des zooms spectaculaires de certains boss et des mosaïque bien venus.

Les 5 niveaux que l’on traverse sont très jolis. Même si le niveau où semble être fabriqué du sirop de menthe et de grenadine est un peu vide. Il est toutefois plaisant de trouver les passages secrets. D’ailleurs, il ne faudra pas hésiter à sauter sur les « boites » à bonus pour accéder à des zones cachées. Tout comme dans Mega Turrican, il est possible de tuer certains ennemis en leur sautant dessus. Très utile dans le niveau des aliens… qui là aussi est plutôt pénible. Car même si l’on arrive à se défaire des xénomorphes araignées qui se collent sur notre visage en nous mettant en boule, certains passages exigus sont vraiment pénibles nous obligeant à jouer du rembobinage plus que ce que nous aurions souhaités. De plus, petite déception, le boss final n’est pas celui que nous aurions aimé affronter, donnant l’impression que le jeu a été baclé… (faites vous spoiler en regardant cette vidéo) Un peu comme toute cette compilation finalement. A moins qu’il faille que je choisisse le mode Hard comme dans Mega Turrican pour accéder à un niveau secretça se faisait parfois à l’époque.

Les plus de cette compilation

Test Turrican Bien connu des utilisateurs d’émulateurs la fonction « rembobinage » vous permet de triompher des pires épreuves de l’aventure. Toutefois, mieux vaut éviter de trop l’utiliser si vous voulez apprécier le jeu dans des conditions réels, c’est-à-dire, comme dans le temps. Il n’empêche que cette fonction est obligatoire à certains moments, notamment dans les niveaux aliens des épisodes consoles. De plus, pour vous faciliter la vie vous avez également accès à 6 slots de sauvegardes rapides. De quoi progresser en toute sécurité ! Car je dois l’avouer, ma Nintendo Switch a crashé plusieurs fois sur ce jeu et je me mordais souvent les lèvres en me disant que je n’avais pas sauvegardé depuis une demi heure ! Toutefois, le jeu à reçu une récente MAJ et il semblerait que ce problème n’en est plus un.

L’autre option connu est le paramétrage de l’affichage. Avec lui vous pourrez avoir l’impression de jouer sur un écran incurvé avec un affichage digne d’une vieille télé cathodique. Les puristes apprécieront, mais leurs yeux risquent de saigner. On appréciera également l’option qui consiste de mettre le jeu en plein écran en sacrifiant le menu d’en bas. Perso, j’y ai joué en format 4/3 ou 1/1 avec un joli fond d’écran et l’option pixel perfect. A noter que je préférais y jouer en mode nomade. J’ai essayé de jouer sur ma modeste télé 1080p mais le confort visuel n’était pas vraiment là car mes yeux se sont mis à pleurer.

Personnellement, je regrette que l’on ne puisse pas accéder à un sound test ou à du contenu exclusif tel des artworks ou autre. De plus, on aurait pu espérer découvrir TOUS les jeux de la franchise dans cette édition. Ce n’est pas le cas, et il faudra attendre une suite ou vous procurer Turrican Anthologie volume 1 et volume 2 si vous voulez vous essayez à TOUS les jeux de cette franchise hors norme. D’ailleurs de superbes éditions collectors sont disponibles ici. Turrican FlashBack n’est, à l’heure actuelle, disponible qu’en version numérique et boite classique.




Conclusion

De prime abord, je fus très emballé à l’idée de tester Turrican Flashback. Car, comme de nombreux joueurs né au siècle dernier le titre résonnait comme une légende à mes oreilles et je n’avais pas eu la chance d’y jouer à l’époque. Joycon en main le plaisir fut bien présent car même si j’ai pesté face au niveau gigantesque de Turrican 1 tout allait bien jusqu’au niveau Alien de Mega Turrican. Dès lors, je ricanais moins parce que la balade fut moins intéressante car injustement difficile. Heureusement, l’option rembobinage permet à cette compilation de conserver la moyenne. Mais personnellement je regrette qu’elle se montre aussi paresseuse même si le travail des développeurs de Factor 5 et Ratalaika Games est correct ! Un mode score attack ou boss rush aurait était bienvenu.

Toutefois, malgré cet avis mitigé, je ne peux que vous conseiller de guetter une bonne promotion pour vous perdre dans l’univers de Turrican publié par Inin Games et ainsi découvrir une référence des jeux d’actions des années 90. Car oui, Turrican a fêtait ses 30 ans, et nombre d’entre vous n’étais pas né lors de sa sortie.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Turrican Flashback

6.8

Note

6.8/10

POINTS POSITIFS

  • Une référence des jeux d’actions des années 90
  • Les musiques
  • Un devoir de mémoire
  • Agréable en mode portable

POINTS NÉGATIFS

  • Compilation paresseuse
  • Rapport qualité / prix
  • Les niveaux Aliens des épisodes consoles
  • Des phases de plates formes parfois crispantes.

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Next Post

Oddworld: Soulstorm - Un nouveau trailer épique voit le jour !

A l’occasion de la diffusion de l’Epic Game Store Spring Showcase ce vendredi 12 février, Oddworld: Soulstorm a dévoilé une toute nouvelle bande-annonce mettant en avant l’importance des enjeux de ce nouvel opus à travers la destinée de son héros, Abe. Sa mission consiste ainsi à libérer ses compagnons Mudokons, vivant […]
Oddworld