TEST – Titeuf Mega Party

DrFamikon 2

Initialement sorti en 2004, Titeuf Mega Compet n’avait pas vraiment trouvé son public. Mais malgré un accueil plutôt mitigé, le titre revient 15 ans plus tard sous un autre nom. Et cette fois-ci, c’est Microids qui a la lourde tache d’aider le jeune garçon à la mèche rebelle à ne pas redoubler une seconde fois. Alors, le pari est-il réussi ? La réponse se trouve dans les lignes suivantes !

C’est pô juste !

Titeuf Mega PartyTiteuf et ses amis reviennent donc dans un remake coloré sous forme de party-game. Après Astérix & Obélix ou encore Garfield Kart Furious Racing, nos héros de bande dessinée ont la cote et l’écolier imaginé par Philippe Chappuis dit Zep en 1993 n’échappe pas à la règle. Même si on peut s’interroger sur le choix de Microids au vu du piètre souvenir qu’a laissé Titeuf Mega Compet sur PlayStation 2, Game Boy Advance et PC. Mais dans ces cas là, la nostalgie est souvent là pour appuyer l’achat compulsif, d’autant plus que c’est l’acteur Donald Reignoux qui prête sa voix à notre jeune homme turbulent tout comme dans le dessin animé.

On retrouvera donc Titeuf et ses amis pour une quarantaine de mini-jeux, à la manière d’un Mario Party….le pipi et le caca en plus….Car oui, si en 2004 cela pouvait nous faire doucement rire, Titeuf (bien que toujours le même) n’a semble t-il pas évolué. Que l’on soit bien clair, ne vous attendez pas à des dialogues extraordinaires et encore moins à des graphismes époustouflants. Si pour les textes, on est en plein dans la BD de Zep, pour le remake c’est le redoublement assuré. Finalement, le jeu n’est qu’une caricature de lui-même et les nombreux problèmes qui existaient sur la version de 2004 subsistent encore et toujours à l’heure d’aujourd’hui.

Tchô Monde Cruel !

Titeuf Mega PartyComme annoncé précédemment, il s’agit d’un party-game qui compte une quarantaine de situations, plus cocasses et tordues les unes que les autres. Le multijoueur en ligne est hélas toujours inexistant 15 ans plus tard et les cinématiques semblent venir d’une autre époque. Le mode solo est balancé au milieu du salon avec un grand coup de pied et on enchaîne les “missions” sans parfois trop comprendre le sens et l’intérêt de ces dernières. Les fans du microbe à la mèche rebelle sauront tout de même heureux d’apprendre que les doubleurs sont les mêmes que celles du dessin animé et que l’ambiance est parfaitement celle que l’on connait de Titeuf.

La douche froide survient également au niveau des activités. On se demande pourquoi Microids n’a pas pensé à en ajouter de nouvelles. D’autant plus que si le jeu est découpé en plusieurs “mondes”, il était assez simple d’inventer de nouvelles farces. Titeuf Mega Party ne propose pas non plus de défi à proprement parlé. Vous choisissez votre personnage ainsi que celui de votre “rival”parmi quelques élèves de la classe de Titeuf et en avant ! Le but sera de réussir l’épreuve demandée avant votre adversaire (contrôlé par l’IA ou par un autre joueur) afin de marquer le plus de points. On pourrait aussi regretter le fait que le remake n’exploite pas les capacités des différentes consoles comme le faisait par exemple la version PlayStation 2 en intégrant l’EyeToy.

Lâchez moi le slip !

Titeuf Mega PartyLe jeu souffre de beaucoup trop d’erreurs pour devenir un des “hits” de cette fin d’année. Ses murs invisibles et ses bugs de collision risquent de refroidir un paquet de joueurs. Ajoutez à cela une caméra très étrange et une maniabilité plus que dépassée…et vous obtenez des phases d’explorations vraiment laborieuses. La même chose se ressent au niveau des mini-jeux : si il est très simple de terminer les épreuves quand il s’agit de tapoter sur les boutons, lorsque vous devez utiliser les joysticks analogiques c’est une tout autre paire de manches. Le titre propose par ailleurs trois niveaux de difficulté mais à cause des contrôles, vous vous sentirez très vite pénalisé en mode difficile.

Mais on ne va tout de même pas parler que des défauts. En effet, le casting officiel français a répondu présent à l’appel est c’est un régal de retrouver les véritables voix de Hugo, Nadia ou encore de Titeuf. Même si les répliques sont trop peu nombreuses, on apprécie énormément la voix de Donald Reignoux à chaque fin de niveau. Pour couronner le tout, la bande-son est signée Matthieu Chedid. Le style funk / rock de M rythme à merveille l’aventure et colle parfaitement à l’univers polisson de la série. Les enfants de la génération Canal J et France 3 seront ravis de retrouver leur héros dans une toute “nouvelle” aventure.

Conclusion :

On ne peut pas dire que Titeuf Mega Party s’en sort à merveille. Ce remake d’un titre de 2004 souffre de beaucoup trop de lacunes pour qu’on s’y attarde. Les graphismes sont dépassés, le multijoueur en ligne est toujours inexistant et la caméra est toujours aussi polissonne. 40 mini-jeux seulement comme avant, rien de plus et des décors et des textures vieillottes viennent en plus plomber ce dernier. Heureusement, les fans pourront retrouver le style de Zep, parfaitement retranscrit, et l’humour si particulière de la bande dessinée du même nom. Le doublage est celui de la série et la musique du chanteur M viennent toutefois augmenter la note de cet élève plutôt turbulent. Le gameplay reste cependant trop approximatif et Titeuf Mega Party ne possède aucune nouveauté qui pourrait attirer les nouveaux joueurs et même faire revenir les anciens adeptes de Titeuf Mega Compet.

0 0
Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleppy
Sleppy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Titeuf Mega Party

4.5

Note

4.5/10

POINTS POSITIFS

  • Le doublage officiel de la série
  • La musique de Matthieu Chedid

POINTS NÉGATIFS

  • Graphiquement dépassé
  • Rien de nouveau
  • Pas de mode online
  • Caméra capricieuse

2 thoughts on “TEST – Titeuf Mega Party

Laisser un commentaire

Next Post

The Suicide of Rachel Foster - Disponible le 19 février sur Steam

Daedalic Entertainment a récemment annoncé la date de sortie de The Suicide of Rachel Foster, une nouvelle aventure narrative développée en Italie par ONE-O-ONE GAMES. Disponible à compter du 19 février 2020, The Suicide of Rachel Foster prend place dans un hôtel à flanc de montagne, au début des années 90. C’est […]
The Suicide of Rachel Foster
id, nunc elementum Donec suscipit dolor Donec risus. ultricies