Steamworld Build

SteamWorld Build est un jeu de stratégie et de gestion de ville développé par The Station et édité par Thunderful Publishing. Il est sorti le 1er décembre 2023 sur PC, PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox One, Xbox Series X|S et Nintendo Switch. Vous y gérez une communauté de steambots, des automates dont les activités se partagent entre la mine et la ville à la surface. Mais que vaut donc ce city builder ?

Bienvenue chez les steambots

SteamWorld Build TutoSteamWorld Build est un nouvel arrivant dans le monde fermé des jeux de gestion de ville. Ici, la macro-économie urbaine se mêle à l’organisation des tâches dans les mines. Le gameplay ainsi renouvelé, le jeu parvient à se faire une place légitime dans le genre qu’il mobilise. Mais sa direction artistique n’y est pas pour rien, et c’est d’abord de cela que nous allons parler. En effet, dans SteamWorld Build, vous n’êtes pas un magnat de l’immobilier ou un simple maire. Le jeu suit Jack Clutchsprocket et sa fille Astrid, deux robots à vapeur qui partent s’installer dans le désert afin d’y développer une colonie. Et ce sur les conseils d’un étrange robot cyclopéen qui leur promet que sous le lieu où ils s’installent sommeillent les pièces d’une fusée qui les mènera vers le progrès.

Ainsi commence l’aventure de nos protagonistes, dans une ambiance qui peut rappeler les cartoons de notre enfance. En effet, le jeu possède un style dessiné, joli et coloré entièrement assumé. Ce choix de graphismes, fort d’animations fluides et vivantes, sert parfaitement le propos du jeu en plus d’être agréable.

Agréable aussi l’ambiance sonore du jeu, adaptée à l’environnement western où celui-ci plonge le joueur. Les sons sont efficaces sans être envahissants, tandis que les dialogues sont rendus vivants par un excellent doublage. De même, les très belles cinématiques sont entièrement doublées et sous-titrées en français. On ne peut que regretter que les doublages ne soient qu’en anglais. Mis à part cela, le jeu est entièrement traduit.

Une ville à partir de rien

SteamWorld Build VilleTutoPassons au vif du sujet quand on parle d’un jeu de gestion : le gameplay. Et rassurez-vous : il est plus que riche. Précisons d’emblée que vous n’aurez aucun mal à vous retrouver dans les menus, qui sont parfaitement clairs. Ils ne sont ni chargés, ni abscons. Au lieu de cela, ils possèdent les informations nécessaires, ni plus ni moins, et disposées comme il faut à grand renfort d’icônes pour aider le joueur à s’orienter. En termes de contrôles, il est en outre possible de jouer à la manette même sur PC, le jeu ayant été pensé pour le multi-plateformes. Avant de lancer une partie, vous avez le choix entre le mode bac à sable ou le mode histoire. Dans le premier, vos ressources sont illimitées mais vous ne pouvez rien débloquer. Quant au second, il offre la possibilité de suivre le tutoriel et de jouer sur une carte aléatoire ou non. D’ailleurs, ces cartes possèdent 5 thèmes (surtout orientés Far West, même si vous trouverez aussi un thème cinéma) et proposent 3 niveaux de difficulté.

Le mode histoire, à présent. Vous débarquez au milieu de nulle part, si ce n’est près d’une route bordant une vieille gare abandonnée. Très vite, le jeu vous apprend à placer des logements pour ouvriers, qui seront vos premiers habitants. Une fois installés, ces ouvriers devront bien entendu travailler et payer des impôts. Aussi, vous vous empressez de construire des bâtiments de production qui vous rapportent des revenus en plus de satisfaire les besoins de vos citoyens, car des citoyens malheureux travaillent de manière moins productive. Mais attention : le nombre de bâtiments ne doit pas excéder le nombre de travailleurs qu’ils requièrent pour fonctionner. En effet, tout le jeu se base sur un équilibre entre nombre d’habitants, production et besoins satisfaits. Il faudra donc bien veiller à l’économie de votre ville et à la gestion de vos ressources.

Une des problématiques majeures du jeu est également la gestion du terrain. Il est essentiel que tous vos bâtiments soient reliés à la gare par des routes. En effet, c’est comme cela que vos ressources circulent dans la ville. De même, les bâtiments qui satisfont les besoins de vos citoyens doivent être connectés à leurs logements et suffisamment proches. Autrement, leur bonheur n’est pas maximal et leur productivité chute. Il faut donc bien réfléchir à la disposition des bâtiments les plus indispensables, sachant que dans bien des cas une construction requiert des bâtiments annexes et des matières premières. Vos ressources s’accumulant, vous aurez ainsi besoin de recourir à la fenêtre de gestion. Celle-ci donne des détails sur la quantité de vos biens, leur croissance, leur demande et leur solde.

Une fois la gare rénovée, vous pourrez également combler vos déficits en faisant du commerce extérieur. Ainsi, vous pourrez établir des échanges entre des ressources, ou de ressources contre de l’argent (et inversement). Toutes les 5 minutes, le train passera et assurera l’échange à la hauteur du possible (si vous n’avez pas assez de ressources, il prendra ce qu’il pourra). Chaque passage du train vous permettra aussi d’acheter des bonus pour votre ville ou votre mine, à savoir des boosts de productivité ou des améliorations de quartiers miniers.

Au passage, le jeu vous permet aussi d’exprimer votre liberté artistique avec la possibilité de placer des plantes ou encore des parcs pour personnaliser votre ville. En plus de cela, il vous est loisible de déplacer les bâtiments voire de les supprimer (contre remboursement). De même, si vous avez placé une route à un mauvais endroit, vous pouvez simplement l’effacer. Mais attention à bien maintenir les connexions entre vos logements, vos bâtiments et votre gare.

Au fur et à mesure que vous développez votre ville, vous franchissez des jalons. Vous débloquez alors de nouvelles fonctionnalités, notamment de nouveaux citoyens et les bâtiments qui permettent de satisfaire leurs besoins. Ainsi, vous pouvez améliorer vos ouvriers en ingénieurs, puis vos ingénieurs en aristocrates etc. Chaque nouvelle classe de steambots a ses propres besoins et ses propres avantages. Par exemple, l’ingénieur paye plus d’impôts et permet aux machines dans les mines de fonctionner.

Une vie de mine

Puits de mineParlons des mines, justement. Au bout d’un moment, vous aurez l’occasion d’accéder au monde qui s’étend sous votre ville. Il s’agira alors de fouiller les différents étages de la mine à la recherche de pièces de fusée et de nouvelles technologies. Pour ce faire, il vous faudra d’abord construire un quartier de mineurs. Plus votre quartier est étendu, plus vous aurez de mineurs à votre disposition. Vous pouvez ensuite leur demander de briser les blocs cassables qui les entourent pour explorer les souterrains, tout en récoltant les ressources que vous trouverez sur votre chemin. En fouillant, vous finirez par tomber sur des leviers qui ouvrent des portes menant aux étages inférieurs. Veillez simplement à régulièrement renforcer avec des piliers le plafond, qui menace à plusieurs reprises de s’effondrer. Lorsque cela arrive, les cases recouvertes ne peuvent plus être exploitées. Heureusement, le jeu vous indique les risques par une pop-up et par une animation de roche qui s’effrite. En outre, au moment de placer les piliers, des rayures au sol vous indiquent les endroits où le plafond est instable.

D’autres quartiers vous permettront d’évoluer dans les mines. En effet, vous tomberez régulièrement sur des filons de minerais ou sur des plants qui demandent une exploitation en continu. Pour cela, vous pouvez compter sur des prospecteurs affiliés à chaque ressource. Ils se chargent en effet de les acheminer du sous-sol à la surface où elles viennent alimenter les industries de la ville. Mais pour vous faciliter la tâche, vous pouvez également construire un quartier de mécaniciens et un atelier. Celui-ci vous permet d’installer des machines qui, une fois construites par les mécaniciens, extraient les ressources automatiquement.

Au bout d’un moment, vous explorerez des mines peuplées de monstres redoutables. Ceux-ci n’hésitent pas à s’en prendre à vos travailleurs. Vous aurez donc besoin de gardes pour les protéger. Eux aussi nécessitent un quartier, que vous pouvez accompagner d’une armurerie. Elle vous permet d’installer des armes de défense automatiques pour lutter contre les envahisseurs. Vous pouvez déplacer chaque installation dans la mine, hormis les quartiers eux-mêmes que vous ne pouvez que détruire et reconstruire. Mais veillez à vos finances : votre gestion des mines et les infrastructures que vous y installez ont un coût qui avoisine celui des activités à la surface.

Beaucoup de hauts et peu de bas

Carnet de notesMaintenant que nous avons fait le tour du gameplay, que pouvons-nous dire ? Eh bien, ce qui sort du lot, c’est l’immense qualité du jeu de The Station. En effet, SteamWorld Build parvient à se hisser auprès des meilleurs city builders en proposant sa propre formule et sa propre direction artistique, toutes les deux très efficaces.

Grâce au système de jalons, qui débloquent régulièrement de nouvelles mécaniques, le joueur n’a pas le temps de s’ennuyer. D’autant plus que gérer sa ville est parfois complexe, au vu de tous les éléments à prendre en compte pour trouver l’équilibre parfait entre productivité et bonheur des habitants. Pour autant, les objectifs restent clairs et pas insurmontables, même pour les joueurs débutants. De fait, même en cas de difficultés financières, il est toujours possible de rebondir, notamment grâce au système d’échanges via la gare. En somme, la difficulté du jeu est très bien dosée et l’intérêt est souvent relancé. Une bonne chose pour celles et ceux qui aimeraient s’initier aux city builders.

Dans les mines aussi, grâce à la progression étage par étage, on fait face à la nouveauté sans se lasser. En effet, chaque étage possède son propre design, ses propres mécaniques et ses propres menaces également. De ce fait, chaque nouvelle strate est comme un nouveau monde à explorer.

Les défauts du jeu sont très rares, mais quelques petits points méritent qu’on s’y attarde, sans doute plus par mauvaise foi que par regret véritable. D’abord, à mesure que l’on construit des bâtiments toujours plus nombreux et variés, il est de plus en plus difficile de les reconnaître. Aussi, il est vite peu aisé de les retrouver sur la carte lorsque l’on veut les déplacer ou leur attribuer un bonus. Cela représente bien souvent une perte de temps. Il existe cependant une solution qui consiste à sélectionner un bâtiment à placer, ce qui en affichera l’icône au-dessus des bâtiments de même type déjà construits.

Autre problème : certains menus, qui semblent mettre le jeu en pause, le laissent en réalité tourner en fond. C’est notamment le cas des menus de la gare, où l’on peut voir ses ressources évoluer en direct. Cela a pour effet de nous faire rater l’arrivée du train, si l’on n’est pas assez rapide pour préparer nos échanges.

Le problème le plus notable, enfin, est le manque de rejouabilité du jeu. En effet, une fois le mode histoire accompli, les parties ont tendance à se répéter et à se ressembler. Autrement dit, en dépit de la richesse et de la qualité du contenu interne à chaque partie, celui-ci n’offre pas beaucoup de variations d’une partie à l’autre. Une fois les cinq cartes découvertes, vous êtes donc susceptible de vous ennuyer quelque peu. Mais mis à part ces détails, le jeu est une réussite indéniable.

Conclusion

SteamWorld Build est un city builder à la hauteur des titres phares du genre. Sa direction artistique et son gameplay bipartite fonctionnent à merveille et le rendent tout à fait à part. Les mécaniques de gestion se répartissent très bien entre la ville à la surface et la mine en sous-sol. Quant à la progression, elle donne envie de continuer à jouer. En plus de cela, le gameplay est à la fois complet et accessible (ce qu’on attend d’un jeu de simulation ou de stratégie), bien qu’il puisse devenir assez répétitif de partie en partie.

Pour résumer, SteamWorld Build excelle en beaucoup de points, si bien qu’il est difficile d’y trouver quoi que ce soit à redire qui ne relève pas d’un goût purement subjectif. En bref, il conviendra à tous les fans du genre et servira de superbe porte d’entrée pour les néophytes.

Test effectué sur la version PC.

SteamWorld Build

9

Note

9.0/10

POINTS POSITIFS

  • Une direction artistique aux petits oignons.
  • Un gameplay entre la ville et la mine très efficace.
  • Une difficulté très bien dosée.
  • Un contenu riche adossé à des mécaniques limpides.
  • Une progression gratifiante qui ne laisse pas place à l’ennui.

POINTS NÉGATIFS

  • Quelques difficultés à se repérer sur la carte.
  • Des menus qui ne mettent pas le jeu en pause malgré les apparences.
  • Les joueurs peu aguerris peuvent peut-être se perdre dans les informations.
  • Le tout manque de rejouabilité.
, , , , ,

Paprika

L'écriture et le gaming sont mes passions, donc j'ai fait d'une pierre deux coups. Fan éternel de Nintendo et de jeux indé.

Laisser un commentaire