TEST – SD GUNDAM BATTLE ALLIANCE

Partager sur les réseaux sociaux :


Avant toute chose, il convient de situer en quoi ce test est important. Nous avons là un nouveau jeu de la licence Mobile Suit Gundam. Plus qu’une série immensément aimée des japonais, c’est une véritable institution. Sachez que des études prouvent qu’elle fait partie intégrante de la vie, du quotidien, des habitants de l’archipel nippon. Rendez-vous compte. Alors imaginez un peu toute l’effervescence devant entourer là-bas la sortie de ce SD GUNDAM BATTLE ALLIANCE, RPG nous faisant revivre certains des moments les plus cruciaux des mangas, animés et autres constituant le multivers Mobil Suit Gundam. C’est bon ? Vous êtes concentrés ? Alors allons-y…

Chronophage Chronologie

Pour faire simple, une catastrophe (ou plutôt une malversation) sans précédent menace non pas le monde mais l’univers. Plus que ça encore, c’est l’Histoire même qui risque d’être purement et simplement effacée. Nous sommes le commandant de l’Escadron Gatheroad (au joueur de choisir son nom), élite des Forces Fédérales Terriennes. Pour être vraiment précis : la brigade de soutien technique hybride motorisée indépendante (des gros mechas quoi). Alors qu’une bataille titanesque a lieu, nous fonçons à travers les lignes ennemis droit vers notre but. Quand soudain, une chose totalement improbable se passe. Le temps se fige. Et puis notre environnement disparaît pour laisser place à un monde digital dans lequel nous fûmes emportés nous, commandant de l’escadron, et notre fidèle coordinatrice, l’Adjudant-chef Juno Astarte accompagnée de son robot tout rond et rigolo nommé quant à lui Haro. Ce lieu “virtuel” où nous nous trouvons est nommé le G : Universe. Nous y faisons la connaissance d’une I.A. très attachante nommée Sakura Slash.

Avant d’aller plus loin, il est bon de resituer le contexte. A une époque connue sous le nom d’Universal Century, nous furent plus de 10 milliards à peupler la surface du globe. Une grande migration eut donc lieu vers l’espace. Plusieurs colonies se créèrent. Les êtres humains étant ce qu’ils sont, des dissentions se firent montre et pendant plus d’un siècle le mécontentement des colons envers le gouvernement de la Fédération Terrienne ne fit que croître. Un beau jour, la colonie la plus éloignée de la Terre, Side 3, implantée sur la face cachée de la Lune s’auto-proclama Principauté de Zéon. Bien entendu, ils déclarèrent par la même occasion une guerre d’indépendance. Alors très puissant, ce jeune royaume envoya au front des flottes spatiales ainsi que des armes mobiles humanoïdes appelées Mobile Suits. Puis ils en arrivèrent aux pires extrémités : ce que les historiens nomment aujourd’hui “la chute des colonies”. Oui. La Principauté de Zéon fit tomber des colonies spatiales entières sur Terre. Un mois de guerre et la moitié de la population terrestre périt. Ce fut là le conflit le plus meurtrier de l’Histoire. Bien qu’ayant l’avantage grâce aux Mobile Suits, les Forces Fédérales Terriennes continuèrent de résister et ce fut l’impasse. Mais en secret, elles développaient leurs propres mechas d’un autre genre car étant pilotés par un humain se trouvant à l’intérieur. Ce fut donc dans la colonie Side 7 que naquit le RX-78. Le Gundam originel. La production de ces nouvelles unités de combats hautement développées alla bon train et les FFT lancèrent une contre-offensive d’envergure sous le nom de code Opération Odessa. Et ce afin de reprendre le contrôle sur la plus grande base minière européenne d’une importance capitale. Encore d’après les historiens, cette bataille redéfinit à elle seule les horreurs de la guerre. C’est lors de cet affrontement que nous entrons en scène et qu’est déployé notre fameux Escadron Gatheroad composés de RGM-79 GM. Et nous revoilà à l’étrange évènement introduit dans le paragraphe précédent.

Ce n’est là qu’une infime partie du scénario de la série Mobile Suit Gundam et du jeu SD GUNDAM BATTLE ALLIANCE. Il y’aurait tellement à raconter sur la vie dans les colonies spatiales, sur la création de nombreux Gundam divers et variés, sur nombre de personnages et évènements historiques… Ce multivers est extrêmement étendu et nous vous invitons à vous y intéresser pour peu que vous aimiez la Science-Fiction. En tous les cas, faire ce jeu vous en apprendra déjà beaucoup et se trouve être une bonne porte d’entrée grâce à un scénario semblant d’ailleurs écrit dans ce but. Un odieux et mystérieux personnage tente de remanier le cours du Temps. Il nous revient de remettre de l’ordre. Pour ce faire, Sakura cherchera les batailles ayant marqué l’Histoire et les plus susceptibles d’être sujette à ce qu’elle appelle une “rupture”. Il nous reviendra ensuite d’aller enquêter sur place. Oui, le G : Universe nous permettra de nous rendre où nous voulons et à l’époque souhaitée. Nous voici donc parti pour un sacré voyage.

Le scénario de SD GUNDAM BATTLE ALLIANCE est parfait pour ceux ne connaissant pas du tout cette série mais aussi pour ses adeptes. Il nous fera revivre les plus grandes batailles de Mobile Suit Gundam et bien que nous n’ayons pas vraiment de “liberté de mouvement”, le joueur est tout de même happé par l’univers et veut toujours savoir quelle sera le prochain lieu à visiter. Cette histoire de chronologie bouleversée est donc vraiment une très bonne idée de la part de Bandai Namco pour attirer un nouveau public et dans le même temps faire plaisir aux afficionados. Chapeau.

Les cent mille guerriers de métal

Qu’y a-t-il de plus badass que les mechas ? Pas grand chose, c’est un fait. Si vous aussi vous êtes un inconditionnel de ces gros robots, alors vous allez être servi. SD GUNDAM BATTLE ALLIANCE nous permet de choisir parmi un grand nombre de Mobil Suits différents. Zaku II Type F, Guntank, Arios Gundam, Gundam Barbatos, GM Sniper II, Dom, Phoenix Gundam, etc… Et bien d’autres encore. Ceux-ci sont divisées en trois groupes : mêlée, distance et mixte. Pas besoin de spécifier les particularités de chacun. La différence sur le terrain est énorme. Il est donc temps d’aborder le gameplay; Bien que nous ayons là un jeu classé comme étant un RPG, c’est avant tout un jeu de combat de mechas. Il est donc primordial de bien gérer les trois types à notre disposition.

Déjà, nous dirigeons des robots pesant des tonnes et donc nous ressentons une certaine lourdeur. D’où l’importance du bouton de boost faisant fonctionner des petits réacteurs nous faisant planer et avancer plus vite. Cela est également très utile dans les airs car nous pouvons alors voler sur une certaine distance. Une jauge affiliée baisse en conséquence et remonte toute seule au bout d’un moment. Il est toujours bon d’en garder un peu sous le coude pour esquiver des tirs impromptus. Ensuite nous avons un bouton d’attaque standard et un autre pour l’attaque spéciale. Celles-ci sont différentes pour chaque mecha mais reste du corps à corps. Matraquer le bouton d’attaque basique nous permet d’effectuer un petit combo et le maintenir enfoncé sortira un coup rotatif servant lorsque nous sommes encerclés. Maintenir celui du coup spécial nous fera effectuer un dash avant envoyant notre ennemi valser dans les airs. Le but est alors de le suivre et d’enchainer avec un combo aérien dévastateur, nos coups faisant plus mal en l’air. Des phases à la Dragon Ball Z mais avec des mechas. Si ça ce n’est pas stylé… Mais les choses ne s’arrêtent pas là, loin s’en faut. Un bouton sert à l’attaque à distance, là encore propre à chacun. Et avec ça, nos chers Mobile Suits embarquent tous deux armes secondaires qui encore une fois varient énormément de l’un à l’autre. De vraies machines de guerre. L’arme à distance et les armes secondaires possèdent des munitions qui se rechargent avec le temps. Pour finir, nous avons le bouton de garde et le bouton lié à notre jauge d’ASP. Lorsque celle-ci est pleine, notre Gundam peut alors lancer son attaque la plus puissante. Tout comme les autres jauges, elle se recharge d’elle-même. Il reste quelques particularités à expliquer. En pressant en même temps les boutons d’attaque standard et spéciale, nous effectuons un “brise-chaîne”. Cela peut avoir plusieurs effets comme briser la garde de notre adversaire, permettre d’allonger un combo aérien ou bien recharger nos munitions en l’échange de la moitié de notre jauge d’ASP. Tout cela sent bon les jeux de combat et peut paraître un poil complexe sur le papier. Rassurez-vous, la prise en mains se fait plutôt simplement et la maniabilité devient vite intuitive. De plus, un didacticiel nous apprend toutes les ficelles mais nous donne également accès à un mode entraînement. Il est conseillé d’y faire un tour à chaque nouveau mecha débloqué.

Les développeurs ont créé une maniabilité au top. Vraiment. La sensation de puissance est belle et bien présente et c’est avec un réel plaisir que nous enchainons les affrontements. Lorsque nous choisissons notre Mobile Suit avant de partir en mission, il nous faut également sélectionner deux partenaires nous accompagnant sur le terrain (pouvant être joués par deux personnes online). Si ils se battront comme des grands, c’est nous qui décideront le moment opportun pour utiliser leur ASP. D’ailleurs, la dimension RPG du soft prend ici tout son sens car l’entente entre les différents pilotes (issus de chapitres variés de la série) est importante. Celle-ci augmentera au gré des combats de par plusieurs paramètres comme par exemple réanimer un allié mis à terre. Précisons d’ailleurs qu’il est possible de régénérer notre barre de santé avec des kits de réparation mais ceux-ci sont en nombre limité.

En résumé, les développeurs de chez Bandai Namco ont donné à SD GUNDAM BATTLE ALLIANCE un gameplay nerveux, intuitif et franchement jouissif. Du grand art. Nous frétillons littéralement d’impatience pendant l’introduction de chaque mission et, une fois sur le théâtre d’opération, nous sommes focus comme jamais à l’affut du moindre ennemi apparaissant dans notre champ de vision. Une fois celui-ci localisé, nous fonçons sus à l’ennemi avec le sentiment grisant de puissance conféré par notre énorme armure d’acier. Outre un RPG à l’histoire captivante, nous avons également le droit à un vrai jeu de batailles de mechas. Bien entendu, ce n’est pas un versus fighting au contraire du Cyberbots de Capcom, les possibilités sont donc moindre, mais nous pouvons aisément comparer SD GUNDAM BATTLE ALLIANCE aux jeux de combat en arène. Tout y est hormis la possibilité de pouvoir combattre contre d’autres joueurs. Nous touchons la perfection.

SD GUNDAM BATTLE ALLIANCE, RPG or not RPG ?

Si ce jeu est classé comme étant un RPG, il n’en possède pas toutes les facettes. Pas de World Map, pas de PNJ avec qui faire la discussion, pas d’énigmes… Honnêtement, c’est plus un jeu de combat de mechas avec un côté RPG qu’un jeu de rôle pur. Tout de même, nous, nos robots et notre équipe de pilotes gagnons de l’expérience et il est possible de farmer en refaisant les missions que nous voulons à souhait. Nous avons le droit à moult dialogues et explications concernant l’univers. Le scénario est prenant et nous ressentons l’envie d’en savoir plus. D’ailleurs, chose très cool, nous avons accès à une bibliothèque apportant des explications sur beaucoup de facettes de l’univers Gundam. Nous pouvons également revoir les cinématiques à souhait ainsi que d’autres explicatives sur plein de sujets et se débloquant au fil de l’aventure. Nous avons donc une foule d’informations intéressantes pour qui ne connaît pas cette série et pour remémorer certains faits aux afficionados. Tout cela donne vraiment envie de regarder les animés, de lire les mangas, etc…

Continuons sur les facettes RPG du soft. Outre la prise de niveau de notre personnage, celle de notre galerie de mechas est primordiale et il convient de s’y intéresser de près. Sur le terrain, dans des conteneurs disséminés et parfois cachés de ci de là, et en vendant certains objets et matériaux, nous engrangeons de l’argent. Celui-ci est donc là pour être utilisé afin d’upgrader nos Mobile Suits. PV, boost, corps à corps et distance sont les quatre aspects a faire évoluer comme bon nous semble. De plus, avant chaque mission il nous demandé de choisir une compétence spécifique obtenue automatiquement lorsque nous, le personnage principal, atteignons un certain palier de niveau. Au level 5 ça sera “fonceur” qui permet de consommer moins vite notre jauge de boost. Au level 10 ça sera “garde rapide” qui comme son nom l’indique élargit la fenêtre de garde et peut même annuler une attaque normale. Et ainsi de suite tout les cinq niveaux. Comme précisé plus haut, l’entente entre les différents pilotes de Gundam nous rejoignant au gré de l’histoire sera à prendre en compte. Celle-ci augmentera au gré des batailles.

Voici pour ce qui est de l’aspect RPG de SD GUNDAM BATTLE ALLIANCE, ne vous attendez donc pas à du Final Fantasy. Nous sommes plus sur de la gestion. Bien que quelques choix de dialogues s’offrent à nous, ceux-ci n’ont aucune conséquence sur le déroulé de l’aventure. Là où le soft rejoint vraiment le genre du RPG c’est dans le fait de pouvoir, et de devoir, farmer. Nous devrons retourner refaire encore et encore des anciennes missions afin d’engranger de l’argent et d’ainsi faire évoluer nos mechas favoris en plus de prendre en expérience pour notre héros et ses acolytes. Cela n’est jamais redondant tant le plaisir est là sur le champ de bataille. Vous referez de toute manière les missions que vous avez préféré. Tout cela est très cool mais nous aurions aimé un peu plus d’interaction avec le monde nous entourant, l’univers Mobile Suit Gundam étant tellement attirant et profond.

Métal Hurlant

Pour finir ce test, abordons la réalisation de SD GUNDAM BATTLE ALLIANCE. Nous avons là ce que nous pouvons appeler un “gros” jeu. Le fait qu’il tourne aussi bien sur Nintendo Switch, la version testée ici, est une prouesse de la part de Bandai Namco. Quelques concessions ont tout de même du être faites. Un léger flou englobe le tout lors des phases de bataille. Cela n’est pas le moins du monde dérangeant, ça donne même un style, mais il convient de le souligner. Lorsque nous nous battons dans une ville, les immeubles s’écroulent comme des châteaux de cartes. Cela est super cool et grisant mais aurait pu être mieux fait. Les bâtiments s’effondrent sans aucun bruit ni nuage de fumée. Nous aurions également apprécié un peu plus d’impact dans les coups. Nous sommes quand même sur des tonnes de métal s’entrechoquant. Un poil plus de punch aurait été le bienvenu. Voilà pour les reproches. Maintenant voyons les bonnes choses, c’est à dire tout le reste. Déjà, malgré le “flou” ambiant, c’est tout de même vraiment beau. Les décors, les robots, les tirs… Tout est soigné et le jeu est d’une fluidité sans faille. Ce sont parfois des dizaines de Mobile Suits qui se rencontrent et il n’y a jamais de ralentissements. Des explosions, des tirs, des mechas qui volent, qui se battent à terre, des gros vaisseaux, des bateaux… Tout ça à l’écran sans accroc. Top. Les artworks sont également très très beaux. Parlons d’ailleurs de la direction artistique. Mon Dieu quelle claque ! Les amateurs de Mobile Suit Gundam savent déjà à quoi s’attendre mais les nouveaux venus vont en prendre plein les yeux. Ce n’est pas pour rien si ce manga est une institution au Japon. Si vous appréciez un tant soit peu les mechas ou la science-fiction vous ne pourrez qu’être à fond dedans. Bravo.

L’un des gros point fort du soft est sa bande-son. Musiques, bruitages, voix des personnages… Tout est parfait. Les développeurs ont d’ailleurs mis l’accent sur la musique. Déjà, nous pouvons toutes les écouter à loisir, et elles sont nombreuses, dans un menu dédié. Ensuite, pour chaque mecha nous pouvons choisir la musique accompagnant l’utilisation de notre coup spécial affilié à notre jauge d’ASP. Cette idée est juste géniale. Le joueur se prend à passe de longs moments à écouter attentivement chaque piste pour sélectionner celle qui le fera vibrer lorsqu’il déchainera les enfers sur le champ de bataille. Epique.

CONCLUSION

Comme dit plus haut, nous avons là un jeu parfait pour faire découvrir le multivers Mobile Suit Gundam aux néophytes mais qui saura également contenter les connaisseurs de la licence par son scénario retraçant la chronologie de cette longue série. Présenté par Bandai Namco comme un RPG, nous aurions tout de même apprécié un peu plus de liberté de mouvement. Plus d’interaction avec notre environnement. Mais le cœur du jeu se trouve bel et bien dans les batailles de mechas. Là, ça ne rigole plus. Le gameplay est superbement pensé, les Mobile Suits à notre disposition sont nombreux, les missions sont intéressantes, les combats grisants… L’aspect gestion est également très prenant. SD GUNDAM BATTLE ALLIANCE vous tiendra rivé à votre écran de nombreuses heures durant. Il y’a plein de choses à faire et à voir, le tout dans un univers tellement dingue. Si ces gros robots vous ont toujours fasciné, foncez sans hésiter. Vous pouvez trouver SD GUNDAM BATTLE ALLIANCE sur Nintendo Switch, PlayStation 4/5, XBOX One, XBOX Series X/S et PC via Steam

  • Jeu testé sur Nintendo Switch

SD GUNDAM BATTLE ALLIANCE

8.5

Note

8.5/10

POINTS POSITIFS

  • L'univers Mobile Suit Gundam
  • Le scénario parfait pour les nouveaux venus et les vieux briscards
  • Les combats sont d'une fluidité sans faille
  • Un grand nombre de mechas à notre disposition

POINTS NÉGATIFS

  • Nous aurions aimé un aspect RPG plus développé
  • Les impacts auraient mérité plus de punch
Qu'en pensez-vous ?
+1
1
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

DickOReilly

Quinquagénaire et heureux papa deux princesses, je suis un amoureux des vieux bouquins et des gros pixels. J'aime particulièrement la scène homebrew sur Commodore 64, le versus fighting, les jeux d'horreur et quelques JRPG. Peace.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire