TEST – RISING HELL

Partager sur les réseaux sociaux :


Rising Hell

Développé par Tahoe Games, Rising Hell est un jeu de plateformes à déroulement vertical de type rogue-lite bourré d’action effrénée et rythmée par des riffs de heavy métal gothique ! Dans ce dernier, vous devrez affronter des hordes de démons assoiffés de sang qui tentent de vous empêcher de vous échapper des Enfers ! Mais botter les fesses de Lucifer est-il suffisant pour faire de Rising Hell un bon jeu ? C’est ce que nous allons voir !

Welcome to hell !

Rising HellAvant de pénétrer dans les entrailles de l’Enfer, il est bon de rappeler que le jeu est disponible en early access depuis octobre 2019 sur PC et est sorti sur PlayStation 4, Nintendo Switch et Xbox One en mai 2021. Mais si nous vous proposons ce test longtemps après, c’est parce que ce dernier vient de voir le jour en version physique grâce à Strictly Limited Game sur PlayStation 4 et Nintendo Switch. Pour ce qui du synopsis, celui-ci se veut relativement simple mais diaboliquement efficace ! Lucifer a trahi ses frères du royaume du ciel afin de prendre le pouvoir. En réunissant ses hommes de main, il a lancé une guerre céleste et compte bien prendre possession du trône suprême. Heureusement, son plan échoua et Lucifer se retrouva attaché à la racine d’un arbre. Les années passèrent, l’arbre devint gigantesque et le nouveau royaume des Enfers fut créé. Cependant, certains démons commencèrent à trouver le temps long et se mirent à douter de leur souverain. Car si Lucifer est enfermé à l’intérieur du Zaqqoum, ces sujets le sont eux aussi. C’est ainsi que trois démons Arok, Zelos et Sydna choisissent de prendre leur destin en main et de s’échapper de cet arbre maudit. Mais pour arriver à leur fin, ils doivent affronter les archidémons qui gardent le royaume de Lucifer. Et si ces derniers sont invulnérables, le célèbre Mephisto compte bien inverser la tendance et “aider” nos âmes en peine à venir à bout de leur quête. Il leur donne une arme capable de tuer ces démons gardiens et vous l’aurez compris, c’est vous qui allez devoir faire le sale boulot !

Vous allez donc devoir escalader les entrailles maudites, remplies des monstres qui peuplent Zaqqoum, emporté par des riffs entêtants et violents. Oui, le metal est pour certains la musique du diable et ici, casser du monstre sur des riffs assourdissants est particulièrement jouissif ! D’ailleurs, on est vite plongé dans l’ambiance et on se prend au jeu très facilement. Car même si le scénario n’a rien d’extraordinaire, le level design est tout simplement exquis. Après tout, il faut avancer dans un couloir relativement étroit et gravir les “étages” sans y laisser des plumes. Vous allez donc devoir escalader l’arbre afin d’affronter une succession de boss pour vous enfuir. Pour votre première partie, vous allez devoir choisir Arok, un humain à la main monstrueuse capable de lacérer au corps-à-corps des hordes d’ennemis.

C’est l’heure du carnage !

Rising HellPour débloquer les autres personnages, il vous faudra looter des orbes violettes qui vous permettront de débloquer Zelos (attaque de longue portée), puis Sydna (attaque de moyenne portée). Avant votre partie, il faudra également sélectionner un artefact qui également s’échange contre des orbes violettes. Ce dernier vous permet d’obtenir un bonus spécial tout au long de votre progression. A vous de faire votre choix en fonction de votre style de jeu ! Misez tout sur votre attaque spéciale, augmentez vos dégâts au corps à corps, soyez plus rapide… les possibilités sont nombreuses mais attention à la contrepartie ! Rising Hell est du genre punitif ! Vous voulez infliger plus de dégâts ? Très bien, mais vous perdez 10% de votre santé ! Vous voulez être plus rapide ? D’accord mais les pièges vous feront plus souffrir… Encore une fois, on ne peut que saluer cette pratique même si ressemblera bien plus souvent à une punition qu’à un véritable bonus.

Une fois les caractéristiques définies, le jeu se décompose en une succession de “salles” qu’il va vous falloir escalader au milieu de hordes d’ennemis. La difficulté est relativement faible au début mais les choses vont vite se corser. En plus de devoir faire le ménage, il vous faudra aussi récupérer des orbres rouges que vous pourrez échanger à la fin de chaque niveau. Ces derniers vous offriront la possibilité de redéfinir votre style de jeu ou bien de l’améliorer. Prenez le temps de réfléchir car ce choix sera bien souvent cruciale et si vous optimisez mal vos améliorations, la mort vous attendra au prochain couloir ! Bien que l’on ne peut pas qualifier Rising Hell de jeu “die & retry”, celui-ci se veut tout de même assez punitif avec les joueurs. Et même si les commandes sont très simples : un bouton pour le saut et/ou le double saut, une attaque au corps-à-corps (vous enchaînez 3 attaques, la dernière étant destructrice !), un dash qu’il faudra absolument maîtriser et la possibilité de faire des wall jump, la progression se fera souvent à tâtons. Pour vous en sortir, vous aurez parfois la possibilité de récupérer de nombreuses armes sur les ennemis qui boosteront largement vos attaques, augmenteront leurs portées ou les rendront plus dévastatrices. Les trois personnages disponibles étant très différents, vous devrez donc appréhender trois gameplay si vous voulez maîtriser complètement le jeu.

Rising Hell

Au pied de mon arbre…

Rising HellChaque niveau possède sa propre ambiance et à la fin de chaque level vous choisissez le prochain, ce qui permet de ne jamais se retrouver sur le même parcours. Les ennemis comme les boss sont également très variés et le bestiaire est extrêmement complet. Même si les salles se ressemblent un peu, certaines poussent le vice un peu plus loin en y incorporant du poison ou de la lave qui ne cesse de monter, vous obligeant à enchainer les attaques et à zapper quelques bonus pour ne pas finir six pieds sous terre. Ce jeu est aussi prenant que jouissif, en particulier grâce à une ambiance graphique et sonore particulièrement soigné. Rising Hell propose une ambiance vraiment particulière qui se renouvelle en fonction des levels et l’animation est quant à elle parfaite et fluide. Le jeu ne subit aucune baisse de framerate, et cerise sur le kirsch, il y a dans ce dernier une véritable ode à la folie qui se traduit par une vraie sensation d’impacts et de brutalité dans vos coups. On sent très vite toute la rage se déverser en terrassant les ennemis et plus ils sont nombreux, plus la jubilation est à son paroxysme !

Pour accompagner cette apothéose, il fallait bien une bande-son digne de ce nom. A à la fois métal et retro, cette dernière se marie parfaitement avec l’ambiance malsaine du titre et est appuyée par un “narrateur” à la voix puissante, grave, grisante et électrique. De plus, les impacts des armes et le déchirement des corps sont bien présents ce qui permet une fois de plus de laisser éclater sa rage au son des guitares et des fûts de batterie. Un concentré de metal, de puissance, de fluidité et de jouissance manette en main !

Conclusion :

Rising Hell frappe fort et surtout il frappe juste ! Déjà disponible sur PC depuis quelques années, le titre a reçu de nombreuses évaluations positives avant de débarquer en dématérialisé sur PlayStation 4, Nintendo Switch et Xbox One. Et devant ce formidable accueil, Strictly Limited Games, en partenariat avec Chorus Worldwide Games et Toge Productions ont décidé de sortir une version physique et limité du jeu indé de Tahoe Games. Cette dernière est disponible sous la forme d’une édition limitée en boîte et d’une édition spéciale limitée depuis le dimanche 12 décembre uniquement sur le site internet de Strictly Limited Games. Véritable ode à la folie, Rising Hell enchaine les riffs de metal et les ennemis sans fausse note. Son style rétro et sa sensation de puissance en font un pur chef d’œuvre que les fans de Rogue-Lite se doivent de découvrir ! Même si le jeu est un peu court, il vous demandera un peu de temps si vous voulez le terminer avec les différents personnages et dans tous les variants.

Rising Hell

8.9

Note

8.9/10

POINTS POSITIFS

  • Des personnages charismatiques
  • Des ennemis variés
  • Des niveaux générés aléatoirement
  • Le sentiment de puissance
  • La bande-son

POINTS NÉGATIFS

  • Un peu trop court
  • Les textes parfois illisibles
Qu'en pensez-vous ?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

DrFamikon

Amateur de bières et de FPS, grand fan de Pokémon et de Rock !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire