TEST – Pronty: Fishy Adventure

Partager sur les réseaux sociaux :


Pronty

Sous l’océan ! Sous l’océan ! Chez nous les poissons s’fendent la pipe, les vagues sont un vrai régal. Là-haut ils s’écaillent et ils flippent, à tourner dans leur bocal… C’est sous ses belles paroles de La Petite Sirène que l’on pourrait démarrer le test de Pronty: Fishy Adventure. Ce Metroidvania développé par 18Light Game vient nous titiller les nageoires avec ses graphismes colorés et avec son héros trop mignon. Mais détrompez-vous, notre Pronty est un véritable dur à cuire. 

La mer, qu’on voit danser…

ProntyIl y a certains jeux qu’on veut absolument tester une fois le premier trailer visionné. Parfois c’est parce que le scénario à l’air extraordinaire, des fois ce sont les graphismes et quelques fois, c’est juste le concept et tout ce qui se trouve autour. Et c’est dans cette catégorie que l’on pourrait ranger Pronty: Fishy Adventure. Il faut dire que sur le papier, le titre avait de quoi séduire alors pourquoi se priver ? 18Light Game nous propose un Metroidvania très classique mais aussi original grâce à son environnement aquatique. L’univers du jeu prend place dans un futur pas si lointain que ça ou après avoir conquis l’espace, les humains se sont appropriés les fonds marins. Et comme souvent, là ou l’homme passe, la nature s’efface… et c’est un peu ce que veut nous faire comprendre Pronty. Vivant désormais dans des villes aquatiques (petit clin d’œil à BioShock), ils ont colonisé les océans sans se soucier de la faune et de la flore. On incarne donc un Pronty, une sorte d’Aquaman de la vie sous marine. En tant que protecteur des cités, ce dernier doit un jour se rendre dans une ville voisine qui semble avoir été attaquée par quelque chose (ou par quelqu’un). Très vite, on comprend que le fond du problème est bien plus grave mais nous n’allons pas nous étaler sur le sujet pour ne pas vous dévoiler l’intrigue principale. Toujours est-il qu’à cause des humains, certains poissons ont muté et sont devenus des dévoreurs d’ordures.

Pour se démarquer de ses concurrents, Pronty: A Fishy Adventure propose donc une aventure 100% aquatique. Un petit changement très appréciable dans un Metroidvania qui permet aux habitués de découvrir de nouvelles mécaniques de jeu sans pour autant se retrouver totalement démunis. Ici, on ne peut pas débloquer de double saut puisque TOUT est déjà sous l’eau. On peut donc avancer librement sur l’écran même si pour certaines salles , il faudra obtenir des capacités spéciales. D’ailleurs, ces dernières sont principalement passives ce qui peut être un peu déstabilisant au début. Pour nous aider à parcourir le vaste monde qui compose le jeu, notre Pronty pourra utiliser une anguille très spéciale du nom de Bronte. Cela permettra à notre personnage de lancer des attaques à distance ou bien de charger ses coups avant de lancer l’assaut final. Mais attention car en abuser rendra Bronte inutilisable pendant quelques secondes et nous laissera temporairement sans défense. Heureusement, Pronty possède de nombreux talents qui lui permettent de surmonter n’importe quel obstacle. Grâce à son dash aquatique, il peut se tirer de certaines situations et obtenir un bonus de dégât si il arrive à traverser un ennemi à l’aide de cette technique. Comme tout bon Metroidvania qui se respecte, chaque attaque aura son importance et la mécanique sera extrêmement précieuse au cours des combats de boss.

Le fond du bocal :

ProntySous son air tout mignon, Pronty: Fishy Adventure est un jeu plutôt difficile et exigeant. Mais l’expérience n’en demeure pas moins agréable car les développeurs n’ont pas négligé l’accessibilité. La mort n’est absolument pas punitive puisqu’en revenant au dernier point de contrôle, on conserve l’argent récupéré, les raccourcis débloqués etc. De plus, au fil du temps, on débloque des badges qui nous permettront d’obtenir divers avantages comme réduire la surcharge de Bronte ou bien afficher la jauge de vies des ennemis (très pratique). Et si la difficulté est un frein pour certains, l’histoire et inexpérience sont entièrement personnalisables. On peut donc choisir son degré de résistance aux attaques (voir même devenir invincible) augmenter le temps avant que Bronte ne surchauffe (ou le désactiver totalement), ou encore bénéficier d’une endurance illimitée pour esquiver plus facilement.

On peut ainsi très facilement finir Pronty: Fishy Adventure sans rencontrer la moindre difficulté ou bien au contraire, en faire un véritable challenge ! Et pour celles et ceux qui voudraient le juste milieu, il est également possible de bénéficier d’un coup de pouce ponctuel pour éviter de tourner en rond ou pour défaire un boss trop retors. D’autant plus que ces modifications peuvent s’appliquer à la volée à tout moment de l’aventure. Pour une difficulté standard, comptez entre 8h et 10h pour venir à bout de l’histoire imaginée par 18Light Game.

Conclusion :

Avec son style très coloré, Pronty: Fishy Adventure pourrait passer pour en jeu destiné aux enfants. Mais détrompez-vous car ce Metroidvania en a sous la carapace. Proposant un aventure pleine de rebondissements et soulevant aussi un problème écologique, le titre possède de nombreuses qualités que les amateurs du genre sauront apprécier. De plus, la difficulté peut être adaptée à tout moment pour celles et ceux qui voudraient simplement profiter de l’aventure sans se prendre la tête ou au contraire, pour les plus valeureux guerriers qui désirent se mesurer à un véritable challenge.

Pronty: Fishy Adventure

8

Note

8.0/10

POINTS POSITIFS

  • Un style qui fait son effet
  • Le côté écologique assumé
  • Des personnages charismatiques
  • La qualité du scénario
  • Une formule simple mais efficace

POINTS NÉGATIFS

  • Pas en français
  • Un poil trop court
Qu'en pensez-vous ?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

DrFamikon

Amateur de bières et de FPS, grand fan de Pokémon et de Rock !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire