TEST – Persona Q2 : New Cinema Labyrinth

Persona Q2

La plus grande franchise de jeux vidéo de rôle japonaise développée par Altus depuis 1987 a récemment accueilli un nouvel opus. Sorti en novembre 2018 au Japon, Persona Q2 : New Cinema Labyrinth est arrivé en Occident le 4 juin dernier. Suite de persona Q : Shadow of the Labyrinth, ce nouvel épisode s’annonçait très prometteur sur le papier. Mais qu’en est-il une fois le jeu en main ? La réponse se trouve un peu plus bas.

La réincarnation de la déesse :

Persona Q2Shin Megami Tensei : Persona, souvent abrégée en Persona, est une série développée par Altus depuis 1996. Autant vous dire que le studio nippon n’en n’est pas à son coup d’essai. Dans cette nouvelle aventure, on retrouve donc les personnages de Persona 3, Persona 4 et de Persona 5, emprisonnés dans un immense labyrinthe. Le titre reprend donc avec brio ce qui a fait le succès de son prédécesseur tout en améliorant certains points pour le plus grand plaisir des fans. Il faut dire que si vous avez déjà joué à Persona Q : Shadow of the Labyrinth, vous ne serrez pas dépaysés. Savant mélange entre ce dernier et la série Etrian Odyssey (également développée par Altus), ce JRPG placera la narration au centre du jeu.

Malheureusement, Persona Q2 est intégralement en anglais et il vous faudra donc comprendre la langue de Shakespeare pour pouvoir apprécier toute la subtilité du travail d’Atlus. En effet, si il n’est pas nécessaire d’avoir joué au précédent volet pour comprendre l’histoire, les nombreux dialogues et les cinématiques pourront vite décourager les anglophobes. Car oui, les personnages sont EXTRÊMEMENT bavards et même si il est possible d’accélérer les discutions, il faut tout de même arriver à placer une trentaine de personnages et faire une histoire cohérente.

Un coup de théâtre magistral !

Persona Q2Une fois le jeu lancé, on commence tout de suite avec une citation de Jean-Jacques Rousseau : “On ne s’égare point parce qu’on ne sait pas, mais parce qu’on croit savoir”. Cette phrase va d’ailleurs prendre tout son sens puisque même si le scénario est assez prévisible le mélange entre les phases de narration, les liens qui unissent les personnages et le style chibi des cinématiques rendent le tout parfaitement immersif. Les nombreuses références feront aussi plaisir aux cinéphiles et les musiques utilisées collent parfaitement à cette série et lui donneront même un certain charme.

Comme dit plus haut, on retrouve donc les protagonistes de Persona 3, 4 et 5, mystérieusement bloqués dans un monde imaginaire appartenant au cinéma. Le pitch est très simple mais efficace,les Phantom Thieves (Voleurs Fantômes) tentent de modifier les films afin de plus être sous leurs emprises, ce qui donnera lieu à des situations parfois très cocasses. On retrouvera une sorte de parodie de Batman VS Superman ou encore un monde préhistorique semblable à celui de Jurassic Park.

Des personnages lobotomisés…

Persona Q2Le second problème de Persona Q2 : New Cinema Labyrinth se trouve finalement dans les nombreux protagonistes de ce nouvel opus. Si on apprécie le fait qu’ils soient venus en nombre, on retrouve malheureusement trop souvent les mêmes caractéristiques et les mêmes pouvoirs. Leur QI semble avoir été diminué de moitié ce qui casse un peu les codes de la franchise et rend certains héros assez lourds. De plus, on ne peut pas partir à l’assaut de ce monde imaginaire avec tous nos petits amis. Il faudra au préalable confectionner un groupe qui partira au combat pendant que les autres ne seront là que pour commenter et lancer quelques petites phrases à droite et à gauche. Et comme seuls les personnages de votre équipe gagneront des points d’expérience, on se retrouvera assez souvent avec la même team du début à la fin….à moins de passer des heures et des heures à farmer tout ce qui bouge.

Heureusement, certains passages nécessiteront un personnage en particulier ce qui vous donnera l’occasion de faire naitre quelques amitiés entre vos différents héros. Des courts-métrages vous diront qui choisir et ses missions secondaires, bien que non indispensables, vous feront découvrir des petites histoires très sympathiques qui se termineront bien souvent par une cutscene très agréable.

Un labyrinthe interminable :

Persona Q2Pour ce qui est de la façon de fonctionner, on se rapproche vraiment d’Etrian Odyssey. L’écran du bas sera bien souvent utilisé comme un bloc note pour y ajouter des informations ou alors en tant que carte pour pouvoir sortir des nombreux labyrinthes que comporte le jeu. Si la carte ne sera pas immédiatement disponible, la méthode consistera à refaire le trajet de vos personnages sur l’écran du bas pour ne pas tourner en rond indéfiniment. Les phases d’exploration se feront donc en vue subjective dans un décor en 3D et il sera parfois très difficile de se repérer. Bien sur, une option permettra d’activer l’auto-mapping pour les moins courageux mais sinon, ça sera à vous de dessiner les murs et les portes sur votre écran.

Comme ci ça ne suffisait pas, de nombreux gros monstres vous barreront la route (des FOEs) et ces derniers seront si puissants qu’ils seront presque impossibles à vaincre au départ. C’est un des point qui avait été notifié par les joueurs du premier opus et dans Persona Q2, différentes options seront activables au fur et à mesure de votre progression afin de ne pas frustrer les aventuriers qui souhaiteraient se lancer à la poursuite des Phantom Thieves. Tous les objets et éléments pourront donc être retranscrits sur la carte de manière différente afin de rendre cette dernière beaucoup plus lisible et cohérente.

Pour ce qui est des combats, ils reprennent la formule classique des JRPG. Vos personnages sont répartis sur 2 lignes et ils attaquent chacun leur tour. Vous devez indiquer avant chaque tour les attaques que feront vos héros et laisser le temps s’écouler jusqu’au prochain round. Comme toujours, la vitesse et le placement de vos troupes dépendront de vos attaquants (tank, soigneur…) et il faudra souvent anticiper les actions de vos ennemis pour pouvoir en sortir vainqueur. Des combinaisons vous permettent également de déclencher des attaques spéciales afin d’infliger un maximum de dégâts à vos adversaires….sauf contre les FOESs et les boss.

Conclusion :

Avec un gameplay en béton et de nombreux personnages, Persona Q2 : New Cinema Labyrinth est une référence en matière de JRPG. Malheureusement, il va falloir s’accrocher pour que l’histoire démarre pleinement et il ne faudra surtout pas être allergique à l’anglais….ou au japonnais. Savant mélange entre Etrian Odyssey et Persona, ce cross-over à l’humour omniprésente et bourré de fan-service vaut vraiment le détour. De plus, si vous connaissez un peu l’histoire des personnages vous pourrez en apprendre encore plus sur les affinités et les rivalités qui opposent certains des protagonistes de ce nouveau chapitre. Le jeu vous tiendra éveillé pendant un bon bout de temps….si vous ne vous découragez pas avant…

Persona Q2 : New Cinema Labyrinth

39,99€
8

Note

8.0/10

POINTS POSITIFS

  • Un casting complet !
  • Des dialogues de qualité
  • Le style chibi
  • Les musiques de P3, P4, P5
  • Une grosse durée de vie

POINTS NÉGATIFS

  • Pas de version française
  • Des personnages aux caractéristiques trop similaires...et trop bavards
  • Parfois trop répétitif
  • Un peu long à mettre en place

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire