TEST – Monster Train First Class

Partager sur les réseaux sociaux :


Après une longue attente, Monster Train débarque enfin sur Nintendo Switch ! Les joueurs vont enfin pouvoir découvrir ce Roguelite/Deck Building sur la console nomade de Nintendo. Un format plutôt adapté à cette dernière et qui promet de longues nuits blanches. Et pour couronner le tout, le titre est disponible avec le premier DLC ! Que demander de plus ? Un test bien entendu ! Alors prenez votre ticket de train, préparez vos bagages et en avant pour Monster Train !

Stairway to Heaven :

Si il y a bien un thème qui fonctionne à chaque fois, c’est bien celui du combat entre l’enfer et le paradis. Un grand classique ! Cette fois encore, le paradis l’a emporté mais les forces du mal gardent espoir et comptent bien protéger leur dernier “donjon”. Car oui, il reste une lueur démoniaque d’espoir qui permettrait à l’enfer de renaitre de ses cendres. Cet espoir c’est un brasier que transportent les démons dans un train. Un artefact d’une puissance incommensurable qu’il vous faudra défendre afin d’atteindre le centre de l’enfer (gelé) et lui redonner sa gloire d’antan. Pour mener à bien votre mission, vous devrez faire preuve de stratégie et choisir vos sbires sous la forme de cartes invocatrices. Divisés en 5 classes bien distinctes, chaque monstre devra se battre jusqu’à la mort pour protéger un étage du train afin de repousser les forces célestes.

Après un petit tutoriel très bien expliqué, on se lance dans des affrontements entre l’enfer et le paradis ou chaque seconde compte et ou la stratégie est le maitre mot. Car qui dit jeu de cartes dit forcément création de deck et contrairement à un deck builder classique ici le hasard jouera un rôle crucial dans votre progression. Avec son coté Rogue-Like, vos parties ne seront jamais les mêmes et les améliorations ainsi que les cartes que vous obtiendrez vous permettront d’obtenir une rejouabilité énorme. Si sur le papier c’est un très bonne nouvelle, cela veut aussi dire que vous allez devoir devoir analyser toutes vos cartes pour élaborer votre stratégie en temps et en heure. Contrairement à un Hearthstone, vous n’allez pas pouvoir préparer votre “style” de jeu à l’avance et c’est d’ailleurs tout ce qui fait le charme de Monster Train.

Welcome to Hell :

La première étape consistera à choisir une classe de monstre principale et une secondaire. Votre classe principale permettra de définir votre champion qui vous accompagnera tout au long de la partie et pourra être placé dans le train sans aucune contrepartie de ressources. Ce dernier pourra être amélioré à certain moments du jeu pour gagner en puissance et des capacités spéciales pourront lui être attribuées afin de vous aider à affronter les “boss” adverses. Votre deck contiendra, en plus de votre champion, de cartes magiques et de monstres. Pour ce qui du déroulé de la partie, celui-ci est relativement simple à comprendre. Votre train se retrouve sur une voie ferrée avec plusieurs embranchements et c’est à vous de choisir l’itinéraire à suivre. Chaque destination possède son lot de “loot” comme des bonus, des marchands, de la vie supplémentaire etc et d’un affrontement avec un adversaire de taille et ses sbires. Une fois le combat commencé, le terrain est divisé en quatre zones correspondant aux étages du train. Sur les trois premiers vous allez devoir placer vos cartes afin de livrer bataille et au quatrième étage se trouve votre brasier qui, s’il est détruit, mettra un terme à votre partie. Cependant attention ! A la fin de votre tour, les ennemis que vous n’avez pas réussi à vaincre passeront à l’étage supérieure et ainsi de suite jusqu’à arriver au brasier. Ce dernier dispose d’un certain nombre de points de vie et pourra tout de même se défendre correctement si un ennemi arrivait par malheur jusqu’à lui.

Pour invoquer des monstres à l’étage de votre choix ou utiliser des sorts vous aurez besoin de flammes, une ressource qui se régénère à chaque fin de tour. Et ce n’est pas tout ! En plus de ces ressources, il faudra prendre en compte la place disponible pour invoquer des monstres à chaque niveau du train, chaque monstre prenant une certaine place et celle ci n’étant pas illimitée. Le niveau se termine donc lorsque votre brasier est détruit ou quand vous venez à bout du Boss ennemi. Si les premiers combats peuvent paraitre simple, la difficulté croissante du jeu se fait très vite sentir. Et c’est aussi pour ça qu’on aime Monster Train. Le titre est également très beau pour la Nintendo Switch (même en mode portable) et la musique accompagne parfaitement les combats. La prise en main est immédiate, même si la stratégie demande un petit temps d’adaptation, et la rejouabilité du mode solo est énorme ! Le fait de pouvoir associer deux classes ensemble offre de nombreuses possibilités aux joueurs afin de parfaire leur expérience et si en plus on rajoute les modes multijoueurs, la durée de vie est quasi sans limite. Sans rentrer dans les détails, trois modes multijoueurs sont proposés. Le premier est une course à la victoire dans laquelle chaque joueur dispose des mêmes cartes, ressources et adversaires, le second est un défi dont le classement repose sur un système de points et le dernier vous permet de créer vos propres défis et de les partager avec la communauté.

Conclusion :

Monster Train First Class est un véritable coup de cœur que les fans de Tower Defense et de Rogue like apprécieront surement. Le jeu vous tiendra en haleine un paquet d’heures grâce à sa rejouabilité quasi illimitée et à ses nombreux points positifs. La version Switch comprend l’ensemble du contenu du jeu de base et son DLC auxquels viennent s’ajouter des mises à jour régulières. Monster Train est un jeu de Deck Building de qualité. L’ambiance et la direction artistique font de ce portage un titre à essayer de toute urgence ! 

Monster Train First Class

8.8

Note

8.8/10

POINTS POSITIFS

  • Une rejouabilité presque illimitée
  • La durée de vie
  • Un DLC qui augmente encore plus l'attrait du jeu
  • Le côté deck building qui ne laisse pas de place à l'erreur
  • La strategie nécessaire pour preogresser

POINTS NÉGATIFS

  • Un peu frustrant au début
  • Certains combats parfois trop difficiles

DrFamikon

Amateur de bières et de FPS, grand fan de Pokémon et de Rock !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire