TEST – Martha is Dead

Partager sur les réseaux sociaux :


Martha is Dead

Martha Is Dead est un thriller psychologique développé par LKA et édité par Wired Productions disponible sur PlayStation 5, Xbox Series, PlayStation 4, Xbox One et PC. Le jeu avait fait parler de lui avant sa sortie avec une censure sur les versions PlayStation. Le titre est-il aussi effrayant que cela ? La réponse ci-dessous !

Un Thriller Psychologique et non Survival Horror

Autant le dire tout de suite pour les personnes aimant se faire peur, Martha is Dead est un thriller psychologique et non un Survival horror ! Ici, on ne lutte pas pour sa survie (quoi que…), mais l’on nous conte une histoire personnelle se déroulant en Toscane.

En effet, le jeu nous parle d’un personnage nommé Giulia, une jeune femme vivant dans la campagne italienne au plus fort de la Seconde Guerre mondiale. Un jour, elle découvre le cadavre de sa sœur jumelle Martha flottant dans un lac mystérieux. Elle veut savoir ce qui est arrivé à Martha…Et pour cela, elle va prendre l’identité de sa sœur décédée et se faire passer pour elle !

Pour quelle raison obscure a-t-elle fait cela ? Il faudra le découvrir tout au long du jeu qui promet de nombreux rebondissements scénaristiques. Vous l’avez compris, le jeu de LKA s’articule autour d’un drame familial, mais également la cupidité et le remord d’avoir pris la place de sa sœur dans la famille, ou encore une toile de fond de la seconde guerre mondiale avec un père aux ordres des nazis…Autant le dire, tout de suite la jeune femme ne vit pas dans une ambiance sereine, amicale et joyeuse !

Passion photo…

Une fois la première heure de jeu passée, on se rend rapidement compte que c’est Giulia qui nous contera le scénario au fil du temps. En effet, nous passerons notre temps à lire le scénario, le ressenti de la jeune fille de 16 ans ou encore à lire son journal intime qui permet d’en apprendre un peu plus sur son histoire personnelle.

La deuxième chose que l’on remarque assez vite, c’est que les mécanismes du jeu se déroulent en deux temps, d’un côté la scénarisation de celui-ci via la tenue d’un journal de Giulia, et de l’autre des phases de gameplay qui peuvent se ressembler comme la photo qui deviendra vite chronophage…Ce n’est pas forcément un point négatif, mais cela ne plaira pas à l’ensemble des joueurs et pourtant la photo représente une part importante dans le jeu !

En effet, Giulia utilisera l’appareil photo pour tenter de comprendre la mort de sa sœur, mais également tenter d’entrer en contact avec l’âme de celle-ci, ou encore trouver des preuves dans un monde dangereux et dérangeant…Et quand on dit dérangeant, c’est parce que le jeu nous propose des scènes représentant du sang, des démembrements, des mutilations de corps humain et des automutilations pouvant choquer les joueurs les plus sensibles…Et qu’il faudra par moment prendre des photos des choses que vous voyez à l’écran…

Aux âmes sensibles, il faut savoir que pour certains passages, les plus durs, il est proposé aux joueurs le choix d’effectuer la scène …Ou bien d’utiliser la censure et là, vous aurez Giulia qui vous conte ce qu’il se passe sans rien voir à l’écran !

Pour revenir à la photo, le gameplay changera un peu au fil du temps et il sera possible d’utiliser un trépied, un retardateur, ou des lentilles permettant des captures de nuits et bien d’autres accessoires qu’on vous laisse découvrir par vous-même…Mais avant d’en arriver là, il faudra avancer dans l’histoire et trouver les accessoires dissimulés ici et là.

Un gameplay sombre et dirigiste

Martha is DeadAvant d’avancer dans la photographie, il faudra avancer dans le scénario et cela est relativement simple, car le gameplay est dirigiste ! Dans Martha is Dead on se déplace toujours en vue subjective, des yeux de Giulia, et vous devrez explorer la maison et ses environs, pour découvrir des indices sur ce qui s’est passé ou prendre parti dans certains événements.

En dehors du déplacement, nous ne pouvons interagir qu’avec certains objets qui ont l’icône correspondante, l’observation est donc essentielle, bien que nous puissions appuyer sur un bouton pour mettre en évidence les objets interactifs à proximité.

La main vous permettra de saisir une clé, d’ouvrir une armoire, de récupérer son sac et l’appareil photo vous invitera à prendre certains lieux ayant un rapport avec l’histoire en photo. De plus, toutes les missions à faire sont disponibles dans le menu du jeu et celui-ci vous dirige durant toute votre aventure !

On vous dira de partir au lac, de prendre une photo, de vous rendre dans la chambre noire pour développer la photo…Ici, rien n’est laissé au Hazard et il est impossible de se perdre dans les missions…Même si certaines missions ne sont pas obligatoires et reflètent un côté secondaire du jeu permettant d’en apprendre plus sur le contexte historique…

Car on vous le rappelle, en dehors de la mort de la sœur de Giulia, le jeu nous propose en toile de fond un environnement sur la seconde guerre mondiale, et le tout n’est pas forcément rose…De plus, c’est vous qui effectuez les choix dans le jeu avec la possibilité de choisir les dialogues avec des réponses multiples !

Malheureusement, si plusieurs réponses sont par moments disponibles, on comprend rapidement que celles-ci ont peu d’incidences sur le scénario et que votre personnage dira «  Je ne pense pas que ce soit ça », ou «  je ne devrais pas dire cela » , des phrases dans ce style qui indiquent clairement que la réponse n’est pas la bonne et qu’il faut sélectionner celle d’à côté…Dommage, car il aurait pu être sympathique de la part de LKA de faire plusieurs trajectoires scénaristiques, et plusieurs fins, mais cela n’est pas le cas.

En dehors de la photo et d’un environnement lugubre, on plonge un peu plus dans le paranormal avec les cartes de tarot qui peuvent être consultées une fois par jour…Cela n’est pas obligatoire, mais l’utilisation des cartes permet d’avoir des indices et de permettre à Giulia de s’exprimer et de ressentir ses impressions générales.

Vous l’avez compris, le titre est sombre, et pourtant il semble être joyeux dans certains passages…Ce qui peut être une fois de plus assez dérangeant ! Car si le jeu nous parle de mort et de la seconde guerre mondiale, le tout se passe dans une maison cachée près d’une forêt en Toscane qui offre un environnement idyllique avec un temps ensoleillé…Bien loin des nouvelles radiophoniques et journalistiques qui annoncent des bombardements et l’avancée allemande…Ainsi que l’enquête sur la mort de votre sœur de manière tragique !

Des soucis techniques…

Je ne sais pas si je n’ai pas eu de chance ou si c’est parce que j’ai eu accès au jeu très tôt …Mais, j’ai eu de nombreux soucis avec le titre et finalement le test arrive tardivement ! Mais avant d’en parler plus longuement, je vais d’abord parler d’un point qui peut toucher l’ensemble des joueurs francophones et il s’agit de l’absence d’audio doublé en français…Si Martha is Dead propose bien des sous-titres en français, ce n’est pas le cas pour l’audio qui propose la langue anglaise, espagnole, allemande ou encore chinoise. Du coup, on passe son temps à lire et cela ne reflète pas forcément les sentiments de Giulia …Qui certes sont écrits, mais prennent moins aux tripes les joueurs qu’une narration audio !

Le deuxième point, c’est le scénario du jeu, non pas qu’il soit mauvais, mais on a par moment la sensation d’avoir un jeu décousu…avec divers éléments mis dans le gameplay pour tenter d’allonger le titre !

Pour finir, les points les plus dramatiques de mon côté sont les soucis techniques que j’ai pu avoir à de nombreuses reprises ! Exemple, à un moment donné du jeu, je dois utiliser discrètement le télégraphe et cela est impossible, car la zone du jeu ne se charge pas et je me retrouve avec un environnement noir, un télégraphe illisible et une mission impossible à faire…Le pire dans l’histoire c’est que la maison qui est le point névralgique du jeu est fermée et qu’il m’est impossible de tenter d’avancer dans le scénario en passant cette mission secondaire pour en effectuer une autre dans la bâtisse.

Martha is Dead

Du coup, j’ai perdu plus d’une heure de jeu, et j’ai dû reprendre une vieille sauvegarde tout en évitant pour le coup la mission avec le télégraphe qui ne s’avère pas de la plus haute importance, mais qui aurait pu me servir à comprendre certaines choses scénaristiquement parlant !

Je pourrais également noter quelques soucis de frame rate ici et là ou encore l’impossibilité d’action dans certains passages qui demanderont de reprendre le jeu quelques instants avant…Du coup, on vous conseille fortement d’avoir plusieurs sauvegardes dans Martha is Dead, si vous ne souhaitez pas vous retrouver bloquer, comme cela a pu nous arriver ! Même si l’on imagine très bien que ces soucis techniques seront progressivement supprimés par LKA avec des mises à jour à venir.

Conclusion

Que dire du nouveau jeu de LKA ? A part que celui-ci n’est pas parfait, mais saura séduire les joueurs cherchant une expérience de thriller psychologique, car le titre se veut à la fois perturbant et dérangeant ! Le but du jeu est de montrer que nous avons tous un côté sombre et que celui-ci peut se réveiller du jour au lendemain…Pour Giulia, c’est la mort de sa sœur qui a été le déclencheur et ce qu’elle va apprendre par la suite va l’endurcir jusqu’à la rendre dérangeante et morbide…Un jeu certes loin d’être parfait sur la technique, mais qui propose un scénario singulier et des passages qui feront froid dans le dos, si vous osez les faire… Car rappelons que les passages les plus durs peuvent être censurés, si vous avez une âme trop sensible !

 

*Test effectué sur une version Xbox Series

Martha is Dead

7.5

Note

7.5/10

POINTS POSITIFS

  • Le scénario
  • Son atmosphère dérangeante
  • La toscane bien retranscrite
  • La possibilité d’activer la censure pour les personnes sensibles

POINTS NÉGATIFS

  • Quelques soucis techniques
  • L’absence d’audio français
  • Un jeu assez court (5h)
Qu'en pensez-vous ?
+1
1
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

Bomboy

Encyclopédie vidéo-ludique au service de GeekNPlay. Je suis un ancien dinosaure détenant le savoir! Toi l'abonné, tu peux m’appeler PAPA!

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire