TEST – Lost Ruins

Partager sur les réseaux sociaux :


Lost Ruins

Si on se réfère à ce que l’on trouve sur internet, Lost Ruins serait un jeu de survie…. Qu’on se le dise, manger pour regagner de la vie et ingérer des antidotes pour empêcher les altérations de statut ne suffit pas pour faire de Lost Ruins un jeu de survie. Si au premier coup d’œil, le côté girly semble prendre le dessus sur le reste, il est important de préciser que le titre développé par Altari Games n’est pas à mettre en toutes les mains. Alors avant de plonger dans ce monde étrange et plein d’hémoglobine, écartez les enfants de l’écran !

To be, or not to be…

Lost RuinsLost Ruins est donc un Metroidvania très classique que les amateurs du genre pourraient apprécier. Il est le fruit d’un Kickstarter réussi qui a convaincu de nombreux joueurs. Il faut dire que sur le papier, celui-ci est décrit comme un jeu de survie en side-scrolling. Et si les participants pensaient retrouver une influence Souls-like mélangée à un Metroidvania traditionnel, la douche froide sera vite au rendez-vous. Comme dit plus haut, Lost Ruins n’a rien d’un survival game. Mais ce n’est pas pour autant un mauvais jeu. Si la promotion de ce dernier était un peu mensongère, le jeu indépendant édité par DANGEN Entertainment possède quelques atouts que nous allons décortiquer ensemble.

Synopsis :

Au cœur d’un donjon délabré, une jeune fille s’éveille sans aucun souvenir de son passé. Encerclée par d’horribles monstres assoiffés de sang, elle est secourue par la magicienne Béatrice et se lance avec son aide dans une périlleuse aventure pour découvrir qui elle est, et percer les secrets des Ruines Perdues.

L’histoire de Lost Ruins est des plus basiques mais reste plaisante à suivre grâce à des dialogues teintés d’humour noir qui amènent un décalage de ton permanent. Derrière cette apparence enfantine, le jeu d’Altari Games se veut en réalité plus sombre qu’il n’y paraît. Un décalage que l’on retrouve dès les premières secondes avec l’héroïne, une jeune fille naïve vêtue d’une tenue d’écolière capable de manier des armes tranchantes et d’utiliser des pouvoirs magiques afin de découper des monstres et des créatures bizarroïdes.

Who Run the World !?

Lost RuinsMalheureusement on sent que plus l’histoire avance, plus les développeurs ne savent pas comment doser le côté humoristique du jeu et l’ambiance gore. Le scénario se veut, quant-à lui trop prévisible et le final est à la hauteur de la campagne promotionnelle… Il ne s’agit ni plus ni moins que de la poudre aux yeux. Mais si Lost Ruins ne brille pas de ce côté-ci, la patte graphique se veut plus que convaincante. Les décors en pixel- art fonctionnent très bien, l’immersion est réussie et le tout est parfaitement bien maîtrisé. Vis-à-vis des personnages et du bestiaire, les visuels sont sobres et efficaces. Le bestiaire propose suffisamment d’ennemis pour ne pas tomber dans le piège de la répétitivité et les PNJ possèdent tous un côté décalé et un visuel très attrayant. Les animations sont elles aussi réussies, les patterns ennemis sont lisibles, quant à l’Héroïne, elle s’offre une gestuelle atypique mais non moins fun et pertinente, en plus de coller avec le caractère et le rôle du personnage.

Coté gameplay, Lost Ruins propose donc une structure classique en 2D que l’on pourrait comparer aux premiers Castlevania, bien que la comparaison s’arrête là. La protagoniste principale peut s’équiper de plusieurs armes (arcs, haches, épées, dagues, etc.), utiliser des sorts et porter de l’équipement et effectuer des mouvements basiques : sauter et esquiver… Un peu léger mais pas handicapant pour progresser. Alors oui, il y a bien quelques salles cachées et/ou verrouillées qui nécessiteront quelques allers-retours. Pour en venir à bout, il vous faudra simplement récupérer la clé quelques scènes plus loin. Cependant une fois l’accès ouvert, ces dernières ne vous récompenseront pas plus que ça pour votre effort. De plus, il ne faudra pas s’attendre à développer de nouvelles capacités du type double-saut qui pourraient ouvrir des accès par exemple, la seule progression se fera par les clés et les nouvelles armes, sorts et équipements que vous trouverez dans les niveaux.

Un jeu en demi teinte :

Lost RuinsPour en revenir aux armes et aux équipements, le travail de ces deux éléments semble avoir été bâclé. Si les armes sont nombreuses, l’aspect est presque toujours le même et hormis les changements de dégâts, de vitesse et d’allonge, modifier ce que l’on porte ne sert pas à grand chose. Il faut également souligner les problèmes de hitbox qui font que certaines armes et objets peuvent se révéler plus obsolètes que d’autres. Surtout que le gameplay va essentiellement être axé sur le timing et sur les combos d’éléments. Il est ainsi possible de se servir de l’environnement pour vaincre les ennemis et cumuler les réactions élémentaires pour plus d’efficacité. Au final, pour véritablement profiter du titre il faut se pencher sur les modes de jeu supplémentaires. Il est ainsi possible de changer la difficulté pour plus de challenge, de transformer le jeu en die and retry façon Dark Souls ou de partir avec un handicap ou encore, et c’est le plus prometteur, de combattre les boss en incarnant un trio de personnages rencontré auparavant. Dans ce dernier, le gameplay a été repensé et il est nécessaire d’adapter sa progression en switchant entre les personnages, chacun disposant de capacités et mouvements spécifiques plus ou moins utiles en fonction des situations. Un mode qui vaut le détour car il apporte son lot de nouveaux éléments sur le récit et permet d’approfondir un minimum d’autres personnages au caractère bien trempé.

Pour finir, que serait un jeu sans musique ? Les thèmes musicaux ont agréables à l’oreille et s’imbriquent très bien avec les diverses zones du jeu. Les morceaux définis pour les combats de boss peuvent parfois manquer de folie mais généralement le tempo reste bon et il faut admettre que le travail sur la dimension sonore reste des plus satisfaisant. Un constat qui se trouve plus mitigé concernant les bruitages et autres effets sonores.

Conclusion :

Lost Ruins n’est certainement pas un jeu de survie mais il possède quelques qualités que les amateurs de meroidvania apprécieront. Si la comparaison avec la célèbre licence de Konami s’arrête là, le titre d’Altari Games est loin d’être mauvais. Le scénario bien que trop prévisible se laisse apprécier, les dialogues sont percutants et si l’on ajoute à cela les qualités esthétiques et sonores du jeu, on ne peut que saluer le travail effectué. Le véritable atout du titre se trouve dans ses différents modes qui apportent une bonne rejouabilité. Au niveau de la durée de vie, comptez 6 à 7h pour terminer complètement l’aventure et récupérer tous les trésors.

Lost Ruins

6.5

Note

6.5/10

POINTS POSITIFS

  • L'univers
  • Le mélange "gore" / humoristique
  • La patte graphique
  • Les modes supplémentaires

POINTS NÉGATIFS

  • Manque de profondeur
  • Scénario prévisible
  • La hitbox
  • Le côté survie ?!
Qu'en pensez-vous ?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

DrFamikon

Amateur de bières et de FPS, grand fan de Pokémon et de Rock !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire