TEST – Legend of Keepers

yancha
1 0
Temps de lecture:8 Minutes

Test Legend of Keepers

Le studio indépendant français Goblinz Studio nous propose depuis le 29 avril un mix parfait entre Dungeon Defender et Roguelike. Une œuvre à l’apparence minimaliste, mais plutôt dense et intéressante. La référence dans le titre au mythique Dungeon Keeper est assumée et vous incarnerez ici le seigneur d’un donjon prêt à tout pour garder le trésor qui lui a été confié. Choisissez avec soin vos pièges et vos créatures démoniaques afin d’éviter que des héros ne s’avancent trop loin dans votre antre. Vous serez le dernier rempart entre le butin et les plus courageux et doués des aventuriers. Ainsi, si le postulat de départ de Legend of Keepers est alléchant et change de la routine le jeu en vaut-il le coup pour autant ?

« Torture is my pleasure »

Test Legend of KeepersDans Legend of Keepers, vous incarnerez un seigneur du mal. En l’occurrence, le jeu vous permet de vous mettre dans la peau de Maug, un minotaure sanguinaire, partisan féroce de l’esclavage humain et adepte de la torture sous toutes ces formes. La Compagnie des Donjons vous confie une part de son trésor, et c’est à vous, gardien, de faire en sorte que les humains un peu trop présomptueux, avides de gloires et de richesses, ne s’emparent du précieux butin. Chaque campagne représente l’équivalent approximatif d’une année de jeu qui est elle-même divisée en un nombre donné de semaines. A vous de choisir judicieusement entre les différents évènements que le jeu vous propose pour gérer convenablement vos différentes ressources et votre équipe de monstres. Ainsi, la défense du butin contre les humains, même si c’est elle qui est au cœur du gameplay, n’est qu’une tâche parmi d’autres. A savoir,  effectuer les choix les plus pertinents afin de gérer au mieux votre équipe de monstres et votre avatar.

Le choix hebdomadaire

Test Legend of KeepersAprès avoir choisi votre niveau de difficulté, vous vous lancez donc pour une année fictive de jeu et vous aurez des choix à faire chaque semaine. Par exemple, allez-vous privilégier l’entrainement de votre équipe de monstres plutôt que le vôtre ? Préférerez-vous acheter un nouveau piège plutôt que d’envoyer une équipe mettre à sac un village d’innocents afin de renflouer les caisses au risque de retrouver un de vos employés blessés ? Allez-vous délivrer un monstre pour augmenter votre effectif ou piller des catacombes afin d’obtenir un artefact magique utile à long terme ? Et pourquoi ne pas laisser le destin choisir à votre place en choisissant un évènement aléatoire. Par exemple, est-il pertinent d’être payé pour écouler un stock de viande pas très frais de cuisses d’humains pour nourrir vos troupes ? Vous serez grassement payé mais attention toutefois à l’intoxication !
Entre ces phases de choix de gestions vous verrez apparaitre une équipe de héros en mal de reconnaissance venir vous défier. C’est ici que Legend of Keepers se veut le plus intéressant.

La défense du butin au cœur du gameplay

Test Legend of KeepersEn effet, il vous appartiendra de choisir judicieusement ce que comportera chaque pièce du donjon que vous défendrez. En règle générale votre château comportera 6 salles et votre avatar se trouvera dans la dernière pièce avec le butin. Il y aura une salle pour que vous puissiez intervenir à distance en envoyant par exemple une boule de feu ou en terrorisant vos ennemis ; deux salles où vous mettrez deux trios de créatures malfaisantes et enfin deux salles composées de pièges habilement choisis.
Le but étant de tuer les aventuriers ou de les effrayer aux points qu’ils prennent leurs jambes à leurs cous. Suivant le résultat vos récompenses seront différentes. Si les tuer apporte du sang qui sert en général à augmenter les capacités de votre gardien, les effrayer vous apportera des larmes qui pourront être échangées contre, par exemple, l’amélioration de piège.
Tout le but du jeu sera donc de faire des équipes de monstres cohérentes avec des capacités à même d’être un obstacle important aux aventuriers. Il faudra faire preuve de réflexion car certains bonus s’acquièrent grâce aux malus dont souffrent vos adversaires. Par exemple, le vampire est très efficace sur un ennemi souffrant de saignement. Il est donc judicieux de faire saigner les adversaires grâce à un piège placé dans la salle précédente ou grâce à un orc dont le tranchoir cause des blessures coupantes à souhait. La clé de la victoire repose donc sur les caractéristiques individuelles de votre équipe mais également sur les bonus/malus des aventuriers.

Un jeu (parfois) difficile

Test Legend of KeepersSi le temps de réflexion s’avère relatif dans le mode de jeu facile, il n’est pas rare d’être surpris en mode normal par une équipe d’aventuriers qui ne paie pas de mine. Je ne vous parle donc pas du mode difficile où c’est avec tristesse que l’on voit trop souvent un héro défaire notre puissant gardien.
Rassurez-vous, même si vous n’arrivez pas au bout de votre objectif, des points d’expériences vous seront néanmoins attribués, augmentant ainsi la puissance et les capacités de votre avatar ad vitam. D’ailleurs plus le jeu est difficile, et plus les points d’expérience obtenus sont importants. Au contraire, jouer en facile entraine un malus dans le gain de XP. A vous de choisir votre challenge.

En outre, Maug n’est pas le seul gardien que vous aurez le loisir d’incarner. En avançant dans le jeu, le bestiaire change, et vous aurez l’occasion de sélectionner de nouveaux monstres mais surtout de nouveaux gardiens. Ainsi, exterminer de l’humain en incarnant Sarel l’enchanteresse ou Lira l’ingénieure est aussi jouissif qu’avec le puissant Maug. De plus, il faut bien avouer que le nombre de personnages est conséquent, que ce soit dans le camp des gentils ou dans le camp des méchants. Connaitre les spécificités de chacune des classes prendra du temps. Enfin, durant votre campagne, vous aurez la joie d’accueillir un stagiaire créant, de fait, une nouvelle salle et un nouvel obstacle imposant pour les humains

Humour noir et pixels qui tachent

Test Legend of KeepersVous l’avez surement compris, malgré son prix mini, le contenu du jeu est honorable. Mais attention à ne pas tomber dans la routine ! En effet, le manque de vigilance peut vite entrainer la défaite de votre gardien ! Malheureusement, il faut bien avouer que le jeu s’avère quelque peu répétitif… voir soporifique. Surtout sur Nintendo Switch. Ainsi, si vous décidez d’y jouer avant de dormir dans votre lit, vous risquez de tomber dans les bras de Morphée console en main. D’ailleurs, ce qui choque d’emblée le joueur désireux de faire l’aventure sur la console de Nintendo est également un manque de lisibilité flagrant. En effet, la taille des textes est petite et vos yeux devront s’habituer pour pouvoir déchiffrer les caractéristiques et autres informations présents à l’écran. Sur TV, confortablement installé sur votre canapé, la sensation est similaire et vous aurez souvent l’occasion de plisser des yeux. Les personnages sont également petits et ressemblent à une bouillie de pixels. Pourtant, à y regarder de plus près, on est bien devant du pixel art de toute beauté. Un bon point pour la direction artistique générale. Les décors fourmillent de petits détails sympathiques, à l’image de ces pendus se balançant au bout de leur corde au gré du vent en arrière-plan ou de cette silhouette humaine en train de cuire dans cette grande cheminée. Les petits détails croustillants et l’humour macabre se délectent également durant les évènements.

Autre point négatif, si nous distinguons bien la jauge de vie des héros, il est néanmoins difficile d’évaluer la jauge de stress. La couleur violette foncée ayant tendance à se confondre avec le noir. Bref, on sent que le jeu a été pensé pour y jouer sur PC. Impression d’autant plus marquée qu’il arrive souvent que l’on galère à sélectionner nos personnages pour les déposer dans le niveau. Car, s’il est possible de se servir du tactile pour sélectionner les personnages, le glisser/déposer n’est pas pris en compte. Dommage, car le soft doit être plus agréable avec une souris.

Enfin, si l’humour noir est bien présent, il manque un petit truc pour le rendre irrésistible.

Conclusion

Legend of Keepers est en quelque sorte l’antithèse de Darkest Dungeon. Tout d’abord, dans son scénario vu qu’ici nous incarnons les vilains de l’histoire et même si la peur d’échouer est présente elle est moins punitive que dans le jeu du studio Red Hook. Ensuite, la représentation graphique n’a rien à voir. Ici les personnages sont petits et pixélisés au lieu de grands et « dessinés » à la main. Enfin, le scénario est beaucoup plus léger que dans the Darkest Dungeon et de ce fait, Legend of Keepers devrait satisfaire tout type de joueur âgé de plus de 7… euh… 12, non 16 ans d’après le PEGI. En tout cas, chez GeekNPlay, nous n’avons pas boudé notre plaisir. Ainsi, même si celui-ci s’estompe avec le temps, les curieux devraient être globalement satisfaits de cette aventure originale.
Legend of Keepers est donc disponible via l’eShop de Nintendo, ou via Steam, l’Epic Games Store ou GOG pour PC pour moins de 18€.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Legend of Keepers

0.00
7.3

Note

7.3/10

POINTS POSITIFS

  • Un prix abordable
  • Un contenu solide
  • Un roguelike plutôt accessible dans l’ensemble
  • Les détails macabres amusants

POINTS NÉGATIFS

  • Un manque de lisibilité flagrant sur Nintendo Switch
  • Des échecs parfois frustrants
  • Plutôt répétitif
  • Une rejouabilité toute relative

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Next Post

The Lion's Song – L’aventure en pixel art est gratuite sur l’Epic Games Store

Le studio Mi’pu’mi Games vous propose un jeu d’aventure narratif tout en pixel à traver The Lion’s Song. Une œuvre qui a su marquer les joueurs lors de sa sortie et qui est proposé gratuitement via l’Epic Games Store jusqu’au Jeudi 20 Mai, 17h. Il serait dommage de passer à […]
The Lion's Song gratuit