TEST – Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R

Partager sur les réseaux sociaux :


Dans l’univers du versus fighting, les jeux tirés du manga Jojo’s Bizarre Adventure ont toujours été à part. Que ce soit au niveau de l’univers complètement déjanté, du character-design unique ou encore du gameplay faisant appel à des capacités vues nul part ailleurs. Après un jeu de combat en 2D développé par Capcom, une perle vidéoludique toujours dosée sur Fightcade, le bébé fut refilé aux développeurs de chez Cyberconnect 2 qui ont réussi la prouesse de continuer sur la même lancée mais en 3D et de parfaitement retranscrire la folie ambiante inhérente à cette série. Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R est un remake de l’épisode PLayStation 3 datant de 2013. Il remanie de fond en comble le matériau de base et le sublime. Le monde du versus ne s’arrête pas à Street Fighter ou TEKKEN, loin de là, et des petits bijoux d’originalité existent bel et bien à l’instar de Skullgirls 2nd Encore, Multiversus et bien d’autres dont le jeu qui nous intéresse aujourd’hui. 

Vous avez dit bizarre ? Comme c’est bizarre…

Dieu que ce jeu est beau ! Mélangeant habilement 3D, cell-shading et dessin à la main, les graphismes de Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R sont juste somptueux. Comme quoi, la puissance n’est rien sans inspiration. Du Pont du Caire au Manoir de Dio en passant par la ville de Morio, par Cap Boing-Boing, par la gare de Naples, etc… Les différents décors sont magnifiques et parfaitement modélisés, très fins. Les affrontements s’y déroulant sont un régal à regarder. Mais ce qui marque le plus, Jojo’s oblige, c’est bel et bien le character-design. Wow ! Wow, wow, wow… Rarement roster de jeu de combat ne donne autant envie de doser chaque personnage tant ceux-ci sont stylés. C’est complètement fou. Et rappelons que nous avons pas moins de 50 combattants sans compter les stands (ces êtres surnaturels accompagnants certains personnages). Hirohiko Araki, auteur du manga dont est tiré ce jeu, possède un talent ainsi qu’une imagination juste folle. Tous ces personnages sortis de son esprit sont un modèle de badass attitude. Il y’a un petit air de Ken le Survivant dans ce character-design, c’est dire. Ajoutez à cela les stands qui sont également extrêmement stylés en plus d’être variés (comme mon main Narancia Ghirga avec son stand nommé Aerosmith et venant sous la forme d’un petit avion téléguidé, fou). Classe ultime, nous avons les cavaliers. Oui, certains personnages vont à cheval et ces braves bêtes sont superbement dessinées et animées. Réellement, Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R est un must en termes de réalisation. Nous atteignons là des sommets. Après, il faut bien entendu adhérer à la direction artistique qui ne plaira pas forcément à tout le monde. Mais tout de même… La manière de se mouvoir des combattants, de se battre, de prendre les fameuses “Jojo poses”, etc… Les scènes où ils apparaissent en gros plan pour lâcher leurs répliques cultes. Nous pouvons aussi saluer le travail de Cyberconnect 2 sur les différents écrans de sélection. C’est coloré, c’est beau, c’est fun… Notons que, outre la personnalisation de nos personnages (couleurs, tenue, réplique…), nous avons également accès à un onglet nous apprenant énormément des choses quant au manga original. Si ce jeu devait recevoir une note concernant la réalisation globale et la “vision artistique” alors elle serait de 20/20. Point.

Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R c’est de la folie jusque dans le gameplay

Niveau gameplay, nous sommes là encore sur de la qualité, voir de la très bonne qualité. Avant toute chose, il convient d’énumérer les différents types de combattants et leurs particularités. Nous verrons ensuite en ce qui concerne le gameplay “en commun”.

Premièrement, les personnages qui sont la majorité du roster de Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R et qui sont accompagnés de stands. Ces derniers peuvent prendre de nombreuses formes et interagir de plusieurs façons lors des affrontements. La plupart participent à la Furie de leur hôte et s’invoquent en pressant la gâchette attitrée. Ils se placent alors devant le personnage et se manie de la même façon. Ils ont leurs propres move-list et barre de vie. D’ailleurs, seul un stand peut blesser un autre stand. C’est la règle. Certains de ces êtres surnaturels ne s’utilisent pas exactement comme les autres. Prenons un exemple parlant avec Guido Mista. Le truc de ce personnage est le zoning et il garde l’écart entre lui et son adversaire à l’aide de son pistolet. Son stand, Six Bullets, vient sous la forme de petites balles vivantes et volant autour de lui. Pas besoin de les invoquer, elles sont à disposition et Gudio peut les charger dans son pistolet à la place des vraies balles. Cela vous rappelle Roger Rabbit ? C’est normal. Tout ça pour vous dire que les stands peuvent avoir des propriétés très cool et bizarres. C’est du génie et ça donne des combats tellement dingues.

Ensuite viennent les utilisateurs de l’Onde. “Technique consistant à concentrer l’énergie vitale dans le sang du manieur grâce à une respiration spéciale. En Orient, on l’appelle Xiandao. Cette énergie ressemble à un rayon de soleil et inflige des dégâts aux vampires et aux hommes du pilier.”, c’est ce qui nous expliqué dans le Glossaire Jojo accessible à tout moment. Donc, les combattants maniant l’Onde font montre de différents pouvoirs tous plus utiles les uns que les autres. Certains allongent leurs membres à la Dhalsim, d’autres peuvent envoyer toutes sortes de projectiles ou encore manier l’électricité. De vrais magiciens à l’instar de Will A. Zeppeli. Notez qu’avec ces personnages il est possible de recharger notre jauge de Super en pressant la gâchette qui sert aux précédents à invoquer leur stand.

Des hommes des vrais… C’est le cas de nos combattants appelés les “hommes du pilier”. Entendez par là que ce sont des vrais guerriers. Plus fort que la plupart des mortels, ils se battent à l’aide de leurs propres ressources. Au lieu de pouvoir recharger leur barre de Super, ceux-ci peuvent la geler, elle ne se remplit plus, tandis que pendant ce temps là ils voient leurs capacités décuplées. Dans l’équipe de ceux qui tapent dur, comptez avec les cavaliers, Comme le charismatique Johnny Joestar qui n’a pas l’usage de ses jambes mais continue à se battre comme un beau diable avec ou sans son cheval qu’il peut appeler et renvoyer quand il le souhaite. Comme les autres cavaliers. Et puis nous avons certains cas à part comme Robert E.O. Speedwagon de la Rue de l’Ogre se baladant avec trois voyous ou encore Dio Brando adepte du vampirisme, vous aurez compris en quoi consiste son pouvoir. Il en reste quelques uns mais nous vous laissons la surprise. Tant de classe, et ce dans tous les sens du terme, c’est complètement dingue.

Tout cela vous paraît un poil bizarre ? C’est compréhensible, nous sommes dans Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R. C’est écrit dans le titre. Plus sérieusement, tel roster varié à ce point est vraiment rare et surtout complet dès le premier jour. Vous achetez le jeu une fois et vous avez de suite accès à 50 personnages tous plus attirants les uns que les autres. Tous ont tellement un chara-design soigné et réfléchi que le joueur ressent l’envie de tous les jouer. Et manette en mains, la chose se confirme. Le gameplay ayant reçu le même traitement de faveur.

La maniabilité de Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R est vraiment cool. Dans un mode entraînement proposant tout ce dont nous avons besoin, nous avons le loisir de passer le temps qu’il nous faut à travailler des combos au top et à regarder divers statistiques. Le système général est on ne peut plus simple à appréhender. Nous avons trois boutons de coups qui sont faible, moyen, fort. Le quatrième est pour l’esquive. Presser ce bouton nous fera faire une pirouette ou un pas chassé vers le haut, ajoutez bas pour une esquive qui vous fait aller vers le bas de l’écran. Cela donne de la profondeur aux décors dans lesquels nous pouvons donc nous mouvoir à loisir (mais nous allons y venir après). Tout ce que nous connaissons est là : les combos ascendants, la choppe qui utilise deux boutons d’attaque ou le raccourci gâchette, la Furie utilisant deux barres de Super et s’effectuant avec quart de cercle avant et les trois boutons d’attaque ou en pressant là encore la gâchette assignée, la garde avec arrière… Soulignons qu’activer Coup Facile permet un combo automatique en maxant le bouton de coup faible. Celui-ci se terminera par un coup spécial et utilisera une barre de Super. Et c’est la même maniabilité pour les stands. Mais nous sommes dans Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R et donc les règles sont régulièrement bafouées. Outre le fait que tous les personnages ont leur palette coups demandant diverses manipulations jamais trop complexes ainsi que leurs combos à mettre en place, certains sortent du lot et propose un gameplay à part. Il sera donc primordial de passer du temps dans le mode entraînement. Nous avons déjà vu quelques cas mais il reste Iggy qui est un petit chien et Pet Shop qui est un faucon, tous deux ont un stand, Shigekiyo Yangu, Proscuitto et Pesci, Funny Valentine, etc., etc… Bref, vous verrez bien mais soyez sûrs que vous en aurez pour votre argent. Et pour finir en beauté, sachez que nous avons là un jeu à assistes à la manière de KOF et ses strikers. Et oui, nous pouvons choisir un second personnage qui viendra nous aider grâce à une pression sur la bonne gâchette de raccourci. Cet assiste peut intervenir un nombre limité de fois et c’est à vous de tous les essayer en mode entraînement. Au boulot !

Finissons cet immense chapitre concernant le gameplay de Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R en parlant des décors. Cela a déjà été dit, ils sont très beaux, certes. Mais ce n’est pas tout. Les stages de ce jeu sont des personnages à part entière avec leur personnalité, leur histoire et même leurs vices et leur Fatality à la Mortal Kombat et nommé ici Dramatic Finish. Celles-ci se déclenchent en terminant un combat par une Furie comme sur le Champ de Bataille où le perdant finira sous les roues d’un char romain tiré par des pur-sang. Sur le Pont du Caire, ça sera un rouleau compresseur en train d’être chargé sur un bateau qui lui tombera dessus. Et ainsi de suite. Vous en avez beaucoup à découvrir. Divers dangers nous guettent dans chaque stage ou presque. Dans le stage de la Prison de Green Dolphin Street, un magicien enfermé dans sa geôle et nous regardant combattre décide de faire tomber une pluie de grenouilles. Si nous sommes en dessous, alors nous voici empoisonné. Dans celui nommé le “Mur aux yeux”, une femme se trouve au sol et semble être en détresse. Alors que nous nous battons, son amoureux arrive affolé en courant et nous envoie valser si nous nous trouvons sur son passage. D’ailleurs, le Dramatic Finish nous montre le même jeune homme qui nous fracasse le crâne à l’air d’une pierre, croyant que c’est nous qui avons fait du mal à sa copine. Fin des exemples, il vous faut découvrir tout cela par vous-même.

Voici un sacré paquet d’informations. Et encore, vous en découvrirez bien plus encore en jouant à Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R. Les bases du gameplay sont donc assez faciles à assimiler mais il vous faudra creuser si vous souhaiter réellement gérer un personnage en particulier. Ce jeu est une vraie mine d’or. Le roster de folie, le gameplay profond et les stages complétement dingues donnent lieu à des combats endiablés. Impressionnant.

Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R respecte le joueur solo

Vous l’aurez compris, Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R est un jeu de combat beau, intéressant, original, profond… Et niveau menus et modes de jeux, qu’en est-il ? Nous avons déjà beaucoup parlé du mode entraînement. Passons aux affrontements. Le sempiternel mode Versus, pas besoin d’explication. En Arcade, il s’agira d’enchaîner huit combats dont vous pouvez régler la difficulté. C’est tout. Bon, ça aurait pu être un peu plus conséquent. Dans le mode Combat Sans Fin, le but sera bien entendu de tenir le plus longtemps avec la même barre de vie. Classique mais indispensable pour les joueurs solo (oui, ils existent dans le milieu du versus fighting et il est important qu’ils puissent s’amuser sur n’importe quel jeu de combat). Pour ce qui est du mode Histoire, celui-ci est original (comme tout le reste de ce jeu de grand malade ! Désolé, je m’emballe) et propose un concept assez novateur. Il n’y a pas de scénario à suivre mais de nombreux tableaux à compléter. Dans chacun d’entre eux, nous sont proposés moult combats mettant en scène différents combattants et d’une difficulté variant de l’un à l’autre. Certains malus obligatoires peuvent être appliqué à l’un ou l’autre combattant et il est possible d’acheter des avantages. Nous pouvons les faire dans l’ordre que nous souhaitons mais il nous faudra en gagner un certain nombre pour déverrouiller le combat de boss. Ces tableaux retracent des moments phares de la série. Pour qui ne connaît pas plus que ça l’univers de Jojo’s Bizarre Adventure (à l’instar de votre serviteur) cela est beaucoup plus intéressant qu’un scénario suivant un petit pan de l’histoire complète. Très bonne idée donc que ce mode Histoire proposant une approche particulière. Venons en au point qui fâche et qui n’est pas des moindres. Le Online… Aucun rollback netcode et donc un sacré lag lors affrontements en ligne. Après avoir fouiné sur les Discord de la FGC (Fighting Game Community), nous pouvons dire que la grogne règne et beaucoup vont mettre le jeu de côté le temps que cela soit réglé. Pour le moment, aucun mot de la part de Bandai Namco concernant l’implantation du rollback netcode. Nous verrons bien par la suite.

Boutique (n’utilisant que de la monnaie du jeu gagnée en combattant), galeries (modèle 3D, artwork, musiques, etc…), médailles (propres à chaque personnage et permettant de débloquer des costumes, des jojo poses, des répliques, etc…), glossaire, options… Voici pour le reste de ce que vous pouvez trouver dans le menu principal de Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R. Vous aurez énormément de contenu à débloquer. Le jeu est vraiment fait pour les joueurs solos, ce qui est juste génial. N’empêche, nous avons vraiment hâte qu’il débarque dans les grands tournois. Vu l’originalité et le fun dégagé par ce titre, ça va être quelque chose lors des évènements.

CONCLUSION

Well,well,well… Voici un jeu qui amène un énorme bol d’air frais dans le monde du versus fighting. Indescriptible. Ce jeu est indescriptible correctement. Les mots ne suffisent pas à lui rendre hommage. Il faut y jouer. Il faut en parler. Il faut s’inscrire aux tournois. Il faut le faire vivre ! Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R est tellement à part. Et tellement respectueux des joueurs et apparemment de l’œuvre originale. Notez que j’utilise le mot apparemment. Et oui, je n’ai jamais rien vu de la série. Je n’ai donc rien du fan-boy. Mais fan, je le suis devenu du jeu de baston tiré de ce fameux manga sur lequel j’ai désormais envie de me pencher. Nous avons là un modèle d’animation, de gameplay et de créativité. C’est tout simple. Tout le monde a les yeux tournés vers Street Fighter 6 et TEKKEN 8, ce qui est bien normal vu la qualité affichée de ceux-ci. Mais sachez que d’autres titres débordant de passion existent et ils s’appellent Skullgirls 2nd Encore, Under Night in-Birth Exe:Late, Blazing Strike (à venir), The Rumble Fish 2 (à venir) et plein d’autres dont ce formidable Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R. Vous pouvez l’acheter sur Nintendo Switch, PlayStation 4/5, XBOX One, XBOX Series X/S et PC via Steam. Force et Honneur.

  • Testé sur Nintendo Switch

Jojo's Bizarre Adventure : All-Star Battle R

9.2

Note

9.2/10

POINTS POSITIFS

  • Un univers impressionant par son originalité et sa créativité
  • Un gameplay facile à appréhender mais demandant du travail pour être bien géré
  • Une réalisation au top même sur Nintendo Switch. L'animation est dingue.
  • Un jeu très tourné pour le joueur solo
  • En tournoi ça va donner des trucs de fou furieux

POINTS NÉGATIFS

  • Un Online pas au point
Qu'en pensez-vous ?
+1
1
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

DickOReilly

Quinquagénaire et heureux papa deux princesses, je suis un amoureux des vieux bouquins et des gros pixels. J'aime particulièrement la scène homebrew sur Commodore 64, le versus fighting, les jeux d'horreur et quelques JRPG. Peace.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire