TEST – Fuser

DrFamikon
2 0
Temps de lecture:6 Minutes

 

À l’heure ou les loisirs commencent à devenir un lointain souvenir pour certains, les gens et les artistes se tournent de plus en plus vers le streaming. Pour ne pas broyer du noir dans leur salon, les internautes se mettent à regarder des concerts de leurs artistes préférés en live. Plus intimiste, moins authentique, mais en ce moment c’est tout ce qu’il se fait de mieux pour laisser libre court à la liberté d’expression. Et pour pimenter un peu le genre, quoi de mieux que de se prendre pour un grand DJ ?! C’est ce que propose en tout cas FUSER, et nous allons voir si le jeu en vaut la chandelle !

Hey mister DJ !

Les jeux musicaux sont légions sur consoles et PC. Les plus connus proviennent de la fameuse licence Guitar Hero qui nous permettait de nous prendre pour une véritable rockstar ou encore SingStar et Let’s Sing pour pousser la chansonnette en soirée et entre amis. Mais pour les amateurs de platines et de musique électro, il fallait partir du côté de DJ Hero et même si le titre a été très bien accueilli à sa sortie, Activision n’avait pas souhaité faire un troisième opus, suite à la faiblesse des ventes de sa série Guitar Hero en 2010. C’est donc avec un réel intérêt que nous attendions Fuser pour prendre place derrière les platines et enflammer virtuellement les différentes scènes de ce Tomorrowland qui ne demande qu’à bouger en rythme à nouveau. Les créateurs de Rock Band et de Dance Central nous proposent ici de jouer des éléments des titres internationaux les plus populaires ou de collaborer avez des amis pour produire des titres mémorables avant de les partager avec le reste du monde !

C’est donc le grand retour du studio américain Harmonix, qui a connu son heure de gloire au début des années 2000 avec les sagas Guitar Hero et Rock Band. Contrairement à ses prédécesseurs, ici, pas besoin d’accessoires. Vous contrôlez une table virtuelle de mix avec les sticks et les boutons de votre manette. Votre objectif sera de faire danser la foule et de devenir la tête d’affiche de six grands festivals à travers une campagne d’une petite dizaine d’heures. Avant de commencer votre set, vous choisissez vos morceaux (certains sont imposés) parmi la centaine de titres contenus dans le catalogue du jeu. Il y en a pour tous les goûts avec des artistes récents comme Ava Max, Lady Gaga ou The Weeknd, des classiques des années 80 et 90 comme Rick Astley, The Clash, Shania Twain, ou encore des morceaux qui nous ont fait danser au début des années 2000 comme Get Busy de Sean Paul ou Satisfaction de Benny Benassi. Un catalogue varié qu’il faudra déverrouiller avec le temps pour agrandir (et renouveler) sa playlist. Chacun de ces titres se décompose en trois ou quatre pistes (chant, basses, guitare, synthé, cuivres,…). Vous pouvez ainsi mélanger jusqu’à quatre morceaux différents et le jeu fera en sorte que le résultat soit toujours audible (pour vous comme pour le public). C’est d’ailleurs assez bluffant de voir à quel point certains beats s’accordent parfaitement et comment les développeurs gèrent le changement de tempo et de tonalité entre les morceaux pour toujours proposer quelque chose d’harmonieux (qui aurait cru que Evanescence pouvait copuler avec 50 cent ?).

Et je coupe le son !

Mais devenir DJ ce n’est pas donné à tout le monde (désolé David Guetta). Comme tout bon jeu qui se respecte, plus vous progressez dans les festivals, plus le public devient exigeant. Chaque scène possède sa petite nouveauté et il suffit pas de lancer bêtement une basse avec un sample de guitare et une voix pour faire le show. Fuser demande en effet un certain sens du rythme et du timing, beaucoup de timing. À vous d’apprendre à lancer les pistes au bon moment, à faire face aux demandes du public, à enregistrer des boucles…

Si la campagne ne propose rien de bien original, elle permet au moins de découvrir toutes les facettes du jeu, surtout pour celles et ceux qui souhaiteraient se lancer dans le mode Freestyle (seul ou à plusieurs) ou encore dans le mode Online. C’est bien évidemment sur ces deux modes que vous passerez la plupart de votre temps. Enfin, une fois votre avatar personnalisé. Car en dehors de la musique, la personnalisation occupe une véritable place dans le jeu et vous aurez à votre disposition, des dizaines et des dizaines de tenus et d’accessoires. De plus, vous pourrez également gérer toute la scénographie de votre set en changeant les jeux de lumière, les feux d’artifice ou encore le fond d’écran de votre platine. Une fois que vous aurez assez de matière pour vous lancer dans la court des grands, vous délaisserez surement la campagne principale pour partir à l’assaut du monde virtuel qu’a créé Fuser.

Et je remets le son !

Car le fait de mixer chaque titre était un argument plus que convaincant pour le jeu et sur ce point là, on ne peut qu’applaudir le rendu final. Chaque joueur pourra imaginer le mix parfait pour devenir la prochaine star de demain et même si le jeu gère automatiquement votre savoureux mélange pour qu’il soit toujours écoutable comme dit plus haut, être DJ ne s’improvise pas (enfin si, mais non). Une fois vos chansons sélectionnées, vous aurez la possibilité d’interagir sur ces dernières afin de mettre le feu à la scène. Vous avez à votre disposition plusieurs dizaines d’effets et d’actions qu’il faudra activer à des moments précis sous peine de perdre des points et de perdre le rythme de votre mix : rendre muet, éjecter ou jouer en solo un CD, ajuster son volume, enregistrer une boucle, changer le tempo, la tonalité etc. De quoi donner le tournis ! Vous l’aurez compris, il y a largement de quoi faire avec Fuser. Rajoutez à tout cela les demandes du public (qui sont en plus imitées dans le temps) et vous serez toujours sur le qui-vive.

 

 

Conclusion :

Fuser est une très bonne surprise de cette fin d’année et permet de transformer son salon en véritable festival électro ! Si graphiquement le titres n’est pas au top, musicalement il s’en sort haut la main et propose une véritable expérience pour celles et ceux qui aiment la musique. La campagne est peut-être un peu trop courte mais elle permet au moins d’apprendre toutes les différentes techniques du jeu et autant vous dire que la liste est longue. Malheureusement, cette même campagne manque un peu de saveur et à part enchaîner les mix avec des chansons différentes, les personnages et les dialogues sont relativement vides et ennuyeux. On pourrait aussi souligner le manque de répartition des basses et des sons graves lors des sets, d’autant plus si vous utilisez la sortie audio de la TV ou de l’ordinateur. Pour profiter pleinement de l’ambiance de Fuser, nous vous conseillons un bon casque voir une installation home cinéma. Mais au vu de l’énorme potentiel dont dispose le jeu, nous ne pouvons que vous recommander de prendre vos billets pour le prochain festival virtuel !

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
100 %
Sleppy
Sleppy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Fuser

8

Note

8.0/10

POINTS POSITIFS

  • La Track List
  • La multitude d'effets
  • La prise en main
  • TOUS les styles de musique à disposition
  • Le côté social

POINTS NÉGATIFS

  • La campagne un peu courte
  • Les dialogues et les personnages
  • Le son pas toujours optimisé (en fonction de la sortie audio)

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Next Post

Nintendo eShop – 5€ de remise grâce à Paypal

Nintendo et Paypal s’associe afin de vous faire profiter d’une offre exceptionnelle. Ainsi, en dépensant un minimum de 25€ sur l’eShop de Nintendo via votre compte Paypal, vous bénéficiez de 5€ de réduction. De quoi faire une bonne économie en vous faisant plaisir. GeeknPlay vous indique la marche à suivre. […]
eshop paypal 5€ gratuit