TEST – Fallen Legion Revenants

DrFamikon
1 0
Temps de lecture:6 Minutes

En ce moment, les amateurs de RPG japonais sont aux anges ! De nombreux jeux issus de la « culture » nippone viennent de débarquer dans notre contrée (principalement grâce à Koch Media) et on peut dire que ce vent de fraîcheur est plus qu’appréciable. Avec Fallen Legion Revenants, on découvre un nouvel opus d’une licence débutée en 2017 (dont les deux premiers épisodes sont à retrouver dans une compilation intitulée Fallen Legion : Rise To Glory) et même si celui-ci semble réservé à un public de niche à cause de son absence de traduction française, on ne peut que saluer le travail de YummuYummyTummy et de NIS America. Mais cela suffira t-il pour que le jeu trône au centre de notre étagère ? La réponse se trouve juste ici !

Quand le J-RPG fusionne avec la politique :

Après une petite cinématique qui nous présente le synopsis du jeu, d’ailleurs full anglais, Fallen Legion Revenants démarre. Et avant d’aller plus loin, sachez qu’il n’est pas nécessaire d’avoir joué aux autres épisodes pour comprendre les subtilités de l’univers et du lore de la franchise. C’est une bonne chose pour les non initiés car en principe, ce genre de jeu se veut assez restreint au niveau du fan-service. Les joueurs vont donc découvrir un monde ravagé par la maladie ou les rares survivants se sont réfugiés sur Welkin, un château qui plane au-dessus des territoires. Ce lieu semble être la dernière chance de survivre à en croire le très despotique Ivor. Mais ce dernier va devoir faire face à ses actes honteux et comme chacun le sait, on ne peut pas effacer le passé… Car dans les pièces du château, une véritable révolution se prépare afin de redonner aux humains le droit de vivre librement. A la tête de cette mutinerie, on retrouve bien évidemment les deux personnages principaux de notre aventure. Lucien, un politicien dissident jeté au cachot, et Rowena, une chancelière exécutée par Ivor pour haute trahison. Ce duo atypique va devoir se serrer les coudes et mener le combat sur deux plans différents afin de renverser Ivor et redonner le pouvoir aux humains.

On retrouve donc deux phases bien distinctes : le combat avec Rowena et la politique avec Lucien. Le premier gros point positif réside dans le fait de jongler entre les deux protagonistes sans pour autant perdre le fil de l’histoire à chaque fois. Pour ce faire, les développeurs ont eu la bonne idée d’introduire Les Exemplars, des guerriers qui ont la capacité de rejoindre le champ de bataille quand on a déniché l’arme correspondante. Une fois les « combattants » ajoutés, ces derniers pourront épauler Rowena pendant les phases de combats à la manière d’un Walkyrie Profile. Une touche est associée à un attaquant et cela permet (après quelques minutes d’adaptation) d’enchaîner les affrontement avec un rythme soutenu et de laisser le soin à Lucien de gérer les négociations politiques. D’ailleurs, ces phases auront un effet direct sur le déroulé des combats. Autre point positif : la direction artistique qui est un véritable plaisir pour les yeux. L’univers, très sombre, s’accompagne d’environnements ressemblant parfois à un Castlevania dans l’esprit avec un chara-design que l’on pourrait comparer à 3 Sentinels : Aegis Rim. La musique, quant à elle, se plie parfaitement à la situation en cours mais on aurait aimé avoir plus de thèmes et plus de nuances. La version physique possède d’ailleurs un code afin d’obtenir la bande son et un artbook, tous deux en numérique.

Deux personnages pour deux univers :

Ce système de combat est vraiment prenant et on se surprend parfois à attendre les prochaines phases de « négociations » afin de voir ce qu’il va se passer dans le monde de Rowena. Chaque Exemplar possède ses propres caractéristiques et ses compétences actives (et passives) et il faudra bien évidemment bien choisir son équipe pour palier à tous les imprévus. On peut aussi utiliser différentes potions qui sont préalablement préparées par Lucien et cet apport sera d’ailleurs important à développer notamment contre les boss. Malheureusement, Fallen Legion Revenants est un jeu qui demande beaucoup de sollicitation et les termes utilisés peuvent parfois perturber, surtout quand l’anglais n’est pas notre langue maternelle. La politique est au centre des phases avec Lucien et les expressions parfois verbeuses pourraient fortement mettre les joueurs en porte à faux. En effet, il faudra souvent répondre à des questions et trouver des objets (ou des PNJ) dans un temps imparti et le timer est parfois un peu juste. De plus, il faudra parfois répondre aux intervenants et entre le temps qui défile à toute vitesse et le fait de devoir traduire des mots que l’on a pas l’habitude de lire ou d’entendre, il est assez simple de prendre la mauvaise décision. Car comme dit plus haut, chaque décision que vous prendrez avec Lucien impactera le monde de Rowena et ces dernières seront parfois cruciales. Et non, il n’est pas possible de régler le chronomètre ou de simplement le désactiver. De plus, le timer sera présent dans le monde de Lucien mais également dans celui de Rowena. Si dans le second cas, celui-ci ne sera pas trop un handicap, il servira plus pour vous attribuer une note finale à la fin de chaque niveau. Et sur ce point, vous aurez l’impression que les niveaux se ressemblent de plus en plus car si les batailles deviendront de plus en plus intenses, les types d’ennemis ne sont eux pas assez nombreux. On peut donc noter une certaine impression de répétition à la longue.

Hormis ces quelques désagréments, Fallen Legion Revenants est un J-RPG de grande qualité. L’univers, le lore, le gameplay, tout est fait pour que l’immersion soit présente du début à la fin. Mention spéciale aux prises de positions de Lucien qui déclenchent parfois des actions spectaculaires ! C’est d’ailleurs avec ce dernier que le jeu se trouve une véritable personnalité car si les combats sont parfois intenses, les possibilités diplomatiques sont nombreuses, tout comme les fins à découvrir. De plus, il va falloir augmenter (et améliorer) l’influence du personnage, son image ou au contraire, tout faire pour devenir un véritable tyran ! Et comme toutes vos actions entraînent des conséquences, vous pourrez facilement attirer l’attention et le mépris du peuple ou vous faire accuser pour X raisons (trahison, famine…). Certes, c’est un bon moyen pour énerver le peuple mais attention, il s’agit d’un RPG et les habitants savent et voient absolument tout et vous pourrez finir par regretter vos choix par la suite ! Pour ce qui est de la durée de vie, elle est toutefois un peu timide pour ce genre de jeu. Comptez seulement une petite dizaine d’heures pour arriver au bout de l’aventure. Vous pouvez néanmoins monter à 20 ou 30 heures pour celles et ceux qui voudraient découvrir toutes les fins. Celles-ci sont d’ailleurs nombreuses et assez différentes dans les événements décrits, ce qui permet une véritable rejouabilité.

 

Conclusion :

Fallen Legion Revenants a beaucoup de qualités à faire valoir mais le jeu pourrait rebuter les personnes ne parlant pas ou peu l’anglais. Réservé à un public de niche,  il trouvera sans aucun doute sa place dans les étagères des passionnés de J-RPG et continue la franchise débutée en 2017 avec brio. Avec un univers aussi sombre que prenant et des phases politiques aux véritables impacts sur le déroulé du récit, YummuYummyTummy propose ici un RPG ou la stratégie et la réflexion seront de mise. Le système de combat est aussi une belle réussite, mais il faudra faire attention au timer ce qui pourrait vite créer de la frustration. On pourrait également reprocher une certaine répétitivité, mais ce n’est pas ce qui risque de plomber la note finale. 

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Fallen Legion Revenants

8

Note

8.0/10

POINTS POSITIFS

  • Le chara-design
  • Le scénario aux choix multiples
  • Deux phases bien distinctes
  • Et deux ambiances

POINTS NÉGATIFS

  • Manque parfois d'explications
  • Full anglais

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Next Post

Ici tout commence - Épisode 83 : Valérie manipule Antoine ? Hortens et Hugues ensemble ? Claire et Vincent se fréquente sans le savoir ?

Dans l’épisode précèdent nous avons vu que finalement Valérie se souvient plutôt bien de son passé et de nombreux flashback sont revenus également. De son côté Vincent a découvert la vérité concernant la relation entre Kelly et Laëtitia, difficile de savoir ce qu’il compte faire désormais. Nous avons également vus […]
Ici tout commence