DETECTIVE Minerva Case

DETECTIVE – Minerva Case est un jeu d’enquête et d’exploration dans un univers atmosphérique et futuriste. Développé par les Espagnols de k148 Game Studio et édité par JanduSoft, le titre est sorti le 6 juin 2024 sur PC via Steam, PlayStation 5, Xbox One et Xbox Series X|S. Entre collecte d’indices et déduction logique, crimes sordides et réflexion sur l’IA, que réserve cette expérience narrative digne d’un thriller ? C’est ce que nous allons voir.

Exploration et déduction

DETECTIVE Minerva Case accidentDans DETECTIVE – Minerva Case, vous incarnez, à la première personne, un détective de police chargé d’enquêter sur une série de crimes dans une ambiance cyberpunk. Le jeu vous jette d’emblée dans le bain ; ou plutôt, dans une cage d’escalier qui vous conduit à votre première scène de crime. Pas de temps à perdre : un court texte vous explique la situation, à savoir le meurtre d’un hacker recherché par la police dans son propre appartement, et c’est parti.

Pas besoin de tutoriel non plus : le gameplay n’a rien de sorcier. Le jeu vous apprend simplement que vous devez explorer la scène de crime à la recherche d’un nombre défini d’indices, indiqué en bas de votre écran. Via un système en point and click, fouillez la scène de crime, interagissez avec les éléments de décor importants (mis en valeur par un simple rond gris au centre de votre écran) et notez les informations qu’ils révèlent.

Dès que vous avez collecté toutes les preuves requises, il vous suffit de quitter les lieux. Le jeu vous téléporte alors au bureau de police pour débuter la deuxième phase de gameplay. Dans cette pièce, vous trouverez au mur une série de photos de la scène de crime, ainsi qu’un tableau orné d’une frise chronologique et des indices précédemment récoltés. L’objectif est simple : organiser ces indices sur la frise afin d’en déduire le déroulement du crime. La difficulté, c’est que seuls 6 d’entre eux sont utiles, tandis que les autres ne sont que des fausses pistes.

Une fois que vous serez parvenu à retrouver l’ordre chronologique des faits, une explication se jouera et vous pourrez quitter le bureau pour débuter l’affaire suivante. Le principe est alors le même : collecte d’indices, puis séquence de déduction. Précisons cependant que toutes les affaires sont connectées entre elles par Minerva, un nom qui a à voir avec une sombre affaire d’intelligence artificielle…

Un certain potentiel esthétique

viewEn effet, les technologies les plus récentes ont une place centrale dans DETECTIVE – Minerva Case. Le jeu présente d’ailleurs des décors futuristes, pleins de brume indistincte, de tours gigantesques ainsi que de grandes baies vitrées à travers lesquelles on voit passer à toute allure des voitures volantes. À ce niveau-là, il parvient à nous immerger dans son univers d’inspiration cyberpunk sombre, hypermoderne et fourmillant de détails.

Cependant, le jeu est très loin d’être une révolution technique. Les modèles de personnages et de nombreux objets et décors rappellent les années 2000, ou des jeux à petit budget des années 2010. Il manque aussi énormément de vie : mis à part des cadavres et un témoin vaguement animé derrière son stand de nourriture, vous ne croiserez pas beaucoup d’êtres humains. Et c’est sans compter les bugs fréquents que l’on peut rencontrer, comme des objets traversant des décors, des textures apparaissant et disparaissant comme par magie (les indices dans le bureau de police par exemple), ou encore l’écran titre ne s’affichant que quelques secondes après que le jeu vous a fait tomber à travers des textures inachevées.

D’ailleurs, concernant l’écran titre, le choix de le représenter comme un bureau Windows, où chaque option correspond à un fichier, est ingénieux. La contrepartie, c’est que les menus sont difficiles à distinguer et peu esthétiques. La même chose peut être dite des textes qui s’affichent pendant la partie, qui sont de simples boîtes de texte grises. De plus, les textes en 3D qui s’affichent au niveau des indices sont peu lisibles. Ils ont notamment tendance à devenir flous et pixelisés lorsqu’on est en mouvement. De manière générale, la conclusion ne se laisse pas attendre : le jeu n’est pas très agréable visuellement.

Surprenamment, la bande-son, quoique limitée, se montre efficace. Les musiques de fond sont calmes et propices à la réflexion, tout en étant suffisamment sombres pour plonger le joueur dans l’univers noir et futuriste du jeu.

L’intrigue ne rattrape guère les problèmes

pièceMais une ambiance sonore de qualité et une immersion convaincante ne suffisent pas à compenser les points faibles du jeu. Et ils sont nombreux ! Nous avons déjà évoqué les bugs et la qualité graphique parfois limitée, mais le gameplay est loin d’être en reste. Vous vous rendrez compte très vite que votre personnage se traîne atrocement, même si vous utilisez l’option de course. Cela peut se comprendre dans un jeu d’enquête qui demande d’explorer et de réfléchir avec patience, mais une telle lenteur ne peut être que frustrante. Cette lenteur s’explique peut-être par la durée de vie très courte du jeu, qui excède difficilement 3 heures.

Elle se fait sentir aussi dans les actions sur l’environnement. Il faut parfois cliquer plusieurs fois sur un objet pour interagir avec. C’est notamment le cas lors des phases de déduction. Lorsqu’il faut faire glisser les indices sur la frise chronologique, ceux-ci se déplacent de manière très lente et ont du mal à suivre le mouvement de la souris, ce qui peut rendre cette séquence très désagréable. De manière générale, les performances semblent ralenties pendant ces phases (ça lag). Les chargements, notamment celui de l’écran titre, sont également très longs.

Pour revenir aux options, certaines d’entre elles laissent vraiment à désirer. Par exemple, il est impossible de modifier les contrôles. Or le jeu ne prend en charge que le clavier en QWERTY. L’autre option est de jouer à la manette, mais, une fois de plus, sans possibilité de configurer ses boutons. En outre, bien qu’il existe un mode fenêtré, celui-ci semble ne pas fonctionner.

Il est également important de signaler que DETECTIVE – Minerva Case n’est jouable qu’en espagnol (la langue des développeurs) et en anglais. Or, celui-ci étant mal maîtrisé, la piètre qualité d’écriture de certains textes peut facilement vous faire sortir de l’ambiance.

Mais, pour finir sur une note positive, on ne peut qu’apprécier le cœur du jeu, à savoir la partie déduction. Même si la conclusion et son message mériteraient d’être plus poussés et moins rapides, le scénario, qui traite de notre rapport à l’IA, est prenant et cohérent. Quant aux enquêtes, elles demandent patience et réflexion sans pour autant avoir de dénouement absurde. De plus, la mécanique des 6 indices nous force à mobiliser nos capacités de hiérarchisation des données et à trier les informations selon leur pertinence.

Conclusion

DETECTIVE – Minerva Case est un bon jeu d’enquête, mais un jeu vidéo moyen, qui souffre de tous les problèmes usuels d’un titre trop peu abouti, notamment une durée de vie très courte. L’expérience, qui aurait pu être plaisante au vu de la qualité de l’ambiance sonore et de l’univers, devient désagréable du fait de performances limitées et de problèmes de gameplay non négligeables. C’est dommage quand on se rend compte du potentiel esthétique et narratif du jeu, pas suffisamment exploité.

Test réalisé sur PC.

DETECTIVE - Minerva Case

5.1

Note

5.1/10

POINTS POSITIFS

  • Un univers immersif et convaincant.
  • Un scénario plutôt intéressant.
  • Des enquêtes bien menées.
  • Une bande-son surprenamment efficace.

POINTS NÉGATIFS

  • Un peu trop de bugs.
  • Des performances pas toujours au top.
  • C’est leeeeeeeent.
  • Des options limitées.
  • Des textes mal écrits en anglais.
  • Une durée de vie très courte.
, , , , ,

Paprika

L'écriture et le gaming sont mes passions, donc j'ai fait d'une pierre deux coups. Fan éternel de Nintendo et de jeux indé.

Laisser un commentaire