TEST – Azure Striker Gunvolt 3

Partager sur les réseaux sociaux :


La saga Azure Striker Gunvolt est de retour sur Nintendo Switch, Xbox One, Xbox Series ainsi que sur PC. Cette série d’Action Platformers a été créée par Inti Creates, un studio fondé par d’anciens employés de chez Capcom. Ceux-ci se sont donc déjà occupés de franchises reconnues. Parmi elles, on retrouve Mega Man Zero ou encore Bloodstained, dont la série des Azure Striker Gunvolt reprend beaucoup de mécaniques. Après deux premiers épisodes franchement réussis sortis sur Nintendo 3DS en 2014 et 2016, sans prendre en compte les spin-off Mighty Gunvolt et Gunvolt Chronicles, est-ce que le nouvel opus de cette licence arrive à convaincre ?

Gunvolt est de retour !

Azure Striker Gunvolt 3 est un jeu de plateforme – action édité et développé par Inti Creates. Le titre se déroule dans un univers où certains humains, appelés les adeptes, ont développé des pouvoirs surnaturels nommés Septimas. Mais leur prolifération sème un vent de panique au sein de la population. Une entreprise du nom de Sumeragi décide de profiter de la situation. Le groupe s’empare du pouvoir et instaure une ségrégation institutionnalisée à l’encontre des adeptes. Ceux-ci sont traqués, massacrés ou capturés, puis étudiés ou exploités. Une résistance s’organise pour faire face à Sumeragi et son plus grand atout est Gunvolt, un adepte surpuissant capable de maîtriser l’électricité.

Plusieurs décennies se sont écoulées depuis les événements d’Azure Striker Gunvolt 2Sumeragi continue d’étendre son emprise. Kirin, une prêtresse de guerre de l’Ombre Yakumo, s’infiltre dans un complexe secret de l’entreprise. Elle enquête sur l’anormale concentration de glaives qui s’y trouve. En effet, ces barrières de protection repoussent les plus puissants adeptes. Elle se retrouve alors nez à nez à un dragon primordial, forme ultime du Septima. Une fois purifié, celui-ci se révèle n’être nulle autre que Gunvolt lui-même, disparu il y a des années et désormais asservi à Sumeragi. L’entreprise s’est servie de son pouvoir pour produire d’énormes quantités d’énergie destinées à la population. Seulement, les adeptes exposés trop longtemps à ces flux se sont transformés eux aussi en dragons primordiaux. Kirin, accompagnée de Gunvolt fraîchement libéré et transformé en chien, va devoir mettre un terme au chaos qui se profile.

Un duo de choc !

Azure Striker Gunvolt 3 Si l’histoire semble compliquée de prime abord, le scénario du jeu est en vérité très simple à suivre. Les joueurs incarnent principalement le personnage de Kirin. Celle-ci peut sauter avec B, sprinter avec L, attaquer à l’aide de son katana avec R, et surtout, lancer des talismans avec Y. C’est en effet là que réside la force de Kirin. La prêtresse de guerre possède en tout sept talismans qu’elle peut utiliser pour détruire des barrières, se téléporter à certains points précis, et même attaquer les ennemis par surprise en appuyant sur A. Les joueurs peuvent également utiliser le personnage de Gunvolt en appuyant sur la touche ZL ou ZR. Il dispose de la capacité de voler à l’infini et d’un bouclier d’énergie permanant. De plus, il est capable de griller les ennemis à l’aide de ses redoutables attaques électriques. Si Gunvolt est très puissant (peut-être un peu trop), il ne peut néanmoins être joué que si la barre d’entrave est complètement remplie. Et celle-ci se videra au fur et à mesure que Gunvolt usera de son pouvoir. Enfin, si jamais Kirin trépasse, elle peut être ressuscitée grâce au pouvoir de Lumen, l’Idol IA qui vous accompagne au cours de votre aventure.

Ce troisième opus introduit aussi les impulsions d’image. Il en existe trois types différents. Tout d’abord, celles qui changent la musique que chante Lumen. Ensuite, celles qui permettent d’utiliser certaines techniques spéciales. Et enfin, celles qui octroient des améliorations ou bien des capacités supplémentaires. Pour obtenir ces impulsions d’images, les joueurs doivent récupérer des items bleutés lors des missions. En fonction du nombre récolté, ils recevront aléatoirement l’une de ces impulsions.

La seule chose que l’on pourrait peut-être regretter est la surabondance de dialogues de la part des personnages pour vous expliquer le gameplay en plein milieu du jeu. Le joueur reçoit tellement d’informations que l’effet est presque inverse. Il devient compliqué de suivre à la fois l’action et les explications et on risque de perdre quelques informations importantes.

Un troisième épisode réussit !

Sans compter le prologue et la bataille finale, Azure Striker Gunvolt 3 est découpé en deux actes comportant chacun quatre missions. Elles consistent toutes en deux phases de plateforme, séparées par un mini-boss et pour finir un dragon primordial à purifier. Attention, ceux-ci possèdent également une Idol IA qui leur est propre. Ils l’utilisent en fin de combat lorsqu’ils ne leur restent presque plus de vie. Prenez alors garde à ne pas vous faire avoir.

À la fin de chaque mission, le dragon primordial purifié rejoint votre équipe et Kirin obtient un nouveau mouvement. La notation de votre mission dépend quant à elle de votre vitesse d’exécution du niveau ainsi que du cumul de points récupérés. Les joueurs n’ont maintenant plus qu’à essayer d‘atteindre le rang S++.

Et pour les gourmands, sachez aussi qu’il existe plusieurs fins au jeu. En effet, en fonction du score que vous obtenez, l’intrique prendra une tournure différente vers la fin du jeu. Il est possible d’avoir une bonne ou bien une mauvaise fin. De quoi passer quelques heures supplémentaires pour tenter d’offrir une conclusion satisfaisante aux aventures de Kirin et Gunvolt.

Conclusion

Azure Striker Gunvolt 3 est un Action Platformer tout à fait agréable à jouer. Le monde dans lequel on évolue ainsi que les personnages rencontrés sont plutôt attachants. La direction artistique est quant à elle très réussie. On alterne entre des cinématiques façon animé japonais et un style en pixel art de qualité. Il est facile de reconnaître les personnages et de différencier les ennemis des alliés et les éléments de décors des bonus ou des zones à atteindre. Seule la musique, bien qu’agréable à écouter, n’est jamais vraiment marquante. Au niveau du gameplay, les contrôles du jeu sont extrêmement fluides et suffisamment variés pour permettre une jouabilité accessible sans que le titre ne devienne simpliste. Petit bémol, le jeu est un petit peu rapide à terminer, malgré la possibilité de refaire les missions pour obtenir un meilleur score. Bien qu’il s’agisse d’une suite de très bonne facture, il reste plus facile que ses prédécesseurs, l’intrigue ne se finissant qu’en quelques heures. Enfin, le système des impulsions d’images, bien que sympathique pour personnaliser les protagonistes et leurs compétences, est quelque peu plombé par la manière d’obtenir ces fameuses impulsions, qui rappelle beaucoup les mécaniques du gacha.

*Test effectué sur la version Nintendo Switch

Azure Striker Gunvolt 3

7.6

Note

7.6/10

POINTS POSITIFS

  • Une jouabilité fluide, complète et accessible
  • Une direction graphique de qualité
  • Un univers et des personnages attachants
  • Une traduction française

POINTS NÉGATIFS

  • Le système de gacha pour obtenir les impulsions d’image
  • Trop rapide à terminer malgré la rejouabilité
Qu'en pensez-vous ?
+1
1
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire