TEST – AO Tennis 2

DrFamikon
0 0
Temps de lecture:6 Minutes

AO Tennis 2

Le tennis et les jeux-vidéo, ça ne date pas d’hier. Si les plus anciens se souviennent probablement de PONG, les plus jeunes connaissent très certainement ce jeu devenu mythique. Mais depuis 10 ans, il faut bien avouer que ce sport semble avoir été boudé par les studios de développements. Si les Mario Tennis permettent toutefois à la console de Nintendo de pouvoir taper de la balle, les autres consoles n’ont plus grand chose à se mettre sous la dent depuis l’excellent Top Spin 4. Pour fouler la terre battue de Roland Garros il faut se pencher sur Tennis World Tour sorti en 2018 sur PC, Xbox One, PlayStation 4 et Nintendo Switch. Mais grâce à Big Ant Studios, il est peut-être temps de ressortir sa raquette et de partir à la conquête du public avec AO Tennis 2.

Ma petite entreprise…connaît pas la crise…

Avant de commencer, il est bon de rappeler que les initiales AO désignent l’Australian Open, un des tournois du Grand Chelem, événement le plus connu au tennis. Ce gigantesque tournoi compte, en plus de l’Australie, trois autres pays dans lesquels les Federer, Nadal, Djokovic et autre Nalbandian se font la guerre afin de savoir qui est le meilleur tennisman. On rajoute donc Roland Garros en France, Wimbledon en Angleterre et Flushing Meadows aux Etats-Unis.

Maintenant que le public peut situer le décor, place au jeu en lui-même. Dans le menu principal de AO Tennis 2, on pourra soit directement commencer par le Grand Chelem en sélectionnant un des joueurs que le titre nous met à disposition, soit faire le tour du propriétaire. En naviguant un peu dans les différents menus, nous aurons alors la possibilité de créer notre avatar de toute pièce. Et c’est déjà un premier point très intéressant pour un jeu de tennis : le fait de pouvoir s’identifier à son personnage. À la manière d’un FIFA et même d’un SIMS, il est possible de modeler jusque dans les moindres détails son double virtuel. Tout est modifiable et les possibilités sont relativement nombreuses. Une fois le joueur « parfait » imaginé, place à son planning. Et oui, ne vous attendez pas à défier directement Rafael Nadal ! Vous allez devoir planifier la semaine de votre futur champion en tenant compte de ses dépenses, sa fatigue, ses heures de déplacements etc… Chaque intervention se fera ressentir sur votre « star » et vous devrez jongler habilement entre les entraînements, les matchs et les semaines de repos si vous voulez grimper dans le classement mondial. Un petit conseil, avant de foncer tête baisser dans le premier match et vous prendre une belle déculottée (oui, c’est du vécu), essayez de faire les mini-jeux et le didacticiel pour augmenter vos skills. À chaque entrainement, vous gagnez des points supplémentaires dans le module choisi. Coup droit, volée, service, lift, endurance, il y a largement de quoi faire pour monter une machine de guerre.

Silence s’il-vous-plaît, les joueurs sont prêts !

Une fois gonflé à bloc, il est temps de passer à votre premier match. Bien entendu, vous pouvez aussi modifier le nombre de jeux, les sets, si vous voulez ou non un tie-break…encore une fois, le jeu vous laisse libre de choisir votre propre configuration. Et si vous sentez que le match s’éternise, vous pouvez déclarer forfait ou bien simuler la fin de celui-ci. Encore une fois, un autre bon point quand on voit l’horloge défiler et qu’on se rend compte qu’il ne reste plus beaucoup de temps avant d’éteindre la console. Le schéma reste classique : en cas de victoire on enchaîne les matchs jusqu’à la finale avec des adversaires plus coriaces et en cas de défaite, on est éliminé. Le classement de votre joueur dépendra donc de vos résultats.

Comme dit plus haut, avant de vous lancer à corps perdu dans un affrontement avec un adversaire, il va falloir maîtriser les commandes. Même si il n’y a rien d’extraordinaire, il faut toutefois un petit temps d’adaptation avant de faire quelques bons échanges et marquer des points. Si vous appuyez trop tôt, vous frapperez les mouches et si vous frappez la balle trop tard, il y a des chances pour qu’elle sorte du court. Attention donc à votre placement car il s’agit d’une simulation à la Top Spin et non d’un jeu d’arcade comme Virtua Tennis. Et souvent la moindre erreur vous coûtera un point. Autre point positif, si vous prenez un joueur gaucher, il jouera bien de la main gauche ! C’est peut-être un détail pour vous, mais pour lui ça veut dire beaucoup (merci France Gall). En fonction de la surface du terrain, le bruit des chaussures et des balles qui rebondissent est aussi très différent. Les mouvements des joueurs sont fluides et l’arbitre intervient régulièrement pour demander le silence auprès du public…même si la foule ne ressemble pas à grand chose (mais ce n’est pas vraiment important).

Mais où, où te caches-tu ?

Si on devait parler des points négatifs, commençons par le choix des joueurs. Très peu de choix s’offrent à nous et on demande pourquoi tant de « personnalités » ont été oubliées. Si Rafael Nadal ou encore Gaël Monfils sont présents chez les hommes, on ne retrouve ni Novak Djokovic, Roger Federer, David Nalbandian ou encore les français Benoit Paire, Jo-Wilfried Tsonga ou Lucas Pouille. Même constat du côté des dames. Pas de sœurs Williams, de Naomi Osaka, Alizée Cornet etc. Si il est assez simple de les « recréer » grâce à l’outil de personnalisation, c’est un peu embêtant. Le résultat est alors sans appel, on finira par faire l’intégralité du jeu avec notre propre avatar avant d’arriver au « boss de fin » qu’est Nadal. D’ailleurs, en montant dans le classement national, les joueurs imaginaires vont peu à peu laisser la place à des noms connus. Et quel plaisir de fouler Roland Garros aux côtés de Gaël Monfils. Toutefois, on ressent bien la différence entre un « no-name » et un véritable pro de la balle jaune. Les échanges sont plus soutenus, la vitesse est bien présente et marquer un point devient vite un exploit. Car même si ce n’est pas la difficulté qui est accrue, on dirait que les adversaires sont partout et sauvent des points à tout-va.

Si le mode solo est la partie la plus travaillée d’AO Tennis 2, le mode online a au moins le mérite d’exister. Et même si il ne propose rien de bien neuf, le tout reste très stable et hormis quelques lags, l’expérience est assez prenante. Dommage que celui-ci ne soit pas assez poussé. Du côté des graphismes, c’est à se demander si le jeu est véritablement sorti cette année. Le titre possède au moins 10 ans de retard et même si on reconnait les personnages, ils ont tous l’air d’avoir subi le supplice de la chirurgie esthétique. La taille ne change pas d’un joueur à un autre et les gros plans semblent dater d’une autre époque. Les rares animations faciales aussi sont ratées et le public à l’air de s’ennuyer à mourir.

Conclusion :

AO Tennis 2 ne va très certainement pas révolutionner le genre mais à au moins le mérite de proposer une véritable simulation sur consoles et PC. Le côté carrière est un gros point positif du jeu est c’est un régal de voir son « poulain » se hisser d’amateur à champion du Grand Chelem. Si la maniabilité demande toutefois un petit temps d’adaptation, une fois maîtrisée on arrive à se faire plaisir ! Cependant, un roster aussi léger que celui-ci et des graphismes datés viennent ternir un peu le jeu. De plus, les temps de chargement semblent durer une éternité ! On sent la progression par rapport au premier épisode mais il y a encore du chemin à faire avant de pouvoir égaler Top Spin. Un petit effort est à faire de la part de Bigben Interactive pour espérer sortir du lot.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleppy
Sleppy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

AO Tennis 2

6

Note

6.0/10

POINTS POSITIFS

  • Mode carrière
  • Outil de personnalisation complet
  • Bonne simulation

POINTS NÉGATIFS

  • Temps de chargement trop long
  • Graphiquement dépassé
  • Trop peu de joueurs

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Next Post

The Walking Dead : Saints & Sinners - La version VR est disponible

Skydance Interactive, une division de Skydance Media, et Skybound Entertainment ont lancé aujourd’hui The Walking Dead: Saints & Sinners. Le survival horror très attendu en réalité virtuelle se déroule dans l’univers de The Walking Dead, et est disponible sur Oculus Rift, Rift S, Quest (via le câble Link uniquement) et […]
The Walking Dead