TEST – The Sinking City

The Sinking City

Le monde de Lovecraft a le vent en poupe ! Après “Call of Cthulhu” fin 2018, un autre studio s’attaque aux œuvres du célèbre romancier du vingtième siècle. C’est donc Frogwares, le studio ayant repris la saga Sherlock Holmes qui nous propose The Sinking City, un jeu à l’ambiance angoissante…qui va malheureusement boire la tasse…

Lovecraft 2.0

The Sinking CityTout le monde ou presque connait ou a déjà entendu parler d’Howard Phillips Lovecraft, célèbre écrivain américain du XXè siècle, connu pour ses nombreux récits fantastiques, d’horreur et de science-fiction. Que ce soit avec L‘Appel de Cthulhu ou encore avec Le Cauchemar d’Innsmouth, ces écrits inspirent encore aujourd’hui de nombreuses personnes et peuvent faire d’excellentes adaptations cinématographiques et de très bons jeux-vidéo. Sur ce point là, The Sinking City marque un point.

En effet, dès les premières minutes on ressent toute la noirceur et l’ambiance sombre qui caractérise les œuvres originales. L’univers est d’ailleurs très bien respecté puisque l’histoire se déroule dans les années 20 et l’angoisse qui se dégage de la ville fictive de Oakmont reste très proche de ce que l’on peut lire dans les essais de l’écrivain américain. On suit donc les aventures de Charles Reed, ancien Marine devenu détective privé à Boston. Victime de visions, cet ancien vétéran de la Première Guerre Mondiale se rend dans le Massachusetts après avoir reçu une mystérieuse invitation afin de comprendre d’où peuvent bien venir ces hallucinations.

Bienvenue à Oakmont !

The Sinking CityAprès un petit séjour en mer, notre homme arrive enfin à Oakmont, une ville étrange qui a soudainement connu une inondation. Entre le brouillard, la pluie incessante et le physique si particulier de certains des habitants, on sent que The Sinking City n’est pas là pour rigoler. Rajoutez à cela des cadavres de poulpes, des bruits et très peu de lumière et vous obtiendrez un lieu que vous ne trouverez surement pas dans les agences de voyage.

Si l’immersion est présente dès les premières secondes, vous vous rendrez vite compte que les villageois ne semblent pas bien décidés à vous aider. Pour pouvoir progresser dans l’aventure, il va falloir faire parler vos compétences de détective privé et explorer chaque recoin de la carte. Si cette dernière est assez grande, le jeu vous fera vite comprendre que c’est lui qui décide. Oui il s’agit d’un open world, mais vous verrez que devez impérativement réussir chaque étape pour passer à la seconde si vous ne voulez pas vous retrouver bloqué.

L’inspecteur Gadget

The Sinking CityVous l’aurez compris, vous devrez résoudre plusieurs affaires pour terminer le jeu et celui-ci vous fera passer par des phases d’exploration, de dialogues ou encore de combat. Et c’est le gros point noir de The Sinking City. Pour ce qui est de l’exploration, vous vous retrouvez le plus souvent dans une pièce ou une maison à devoir fouiller le moindre recoin à la recherche d’indices. Souvent très sombres, ces lieux regorgent d’objets en tout genre. Heureusement, vous pourrez avant de commencer votre partie choisir votre niveau de difficulté pour être plus ou moins guidé. En mode normal, si vous passez à proximité d’un objet intéressant celui-ci obtiendra une icône afin de vous indiquer qu’une interaction est possible. Le mode opératoire sera toujours le même : trouver le lieu sur la carte, ramasser tous les objets, rassembler les preuves et parler à la personne concernée pour faire avancer l’histoire.

Pour vous aider, Charles Reed possède un don qui lui permet de “revivre” la scène afin de comprendre ce qu’il s’est vraiment passé. Une fois le “puzzle” résolu, un petit carnet vous permet d’assembler les indices pour découvrir le chronologie de la scène. Et on ne peut pas se tromper puisque si dans un premier temps nous avions l’impression de choisir qui va avec quoi, la réalité est bien différente. Un indice ne va pas avec un autre, pas de problème, il apparait en rouge. Il vous manque un nom, un lieu ou un suspect ? Rendez-vous dans les archives correspondantes. Le schéma se répète et on se retrouve souvent à parcourir la carte d’un bout à l’autre afin de résoudre une affaire. Ça pourrait être plaisant si les temps de chargements ne plombaient pas l’ambiance.

Un jeu qui a 5 ans de retard….

The Sinking CityCar oui, à chaque déplacement, vous avez la possibilité de le faire à pied ou en déplacement instantané (à condition d’avoir trouvé ce dernier). Et que ce soit l’un ou l’autre, vous aurez forcément droit à un moment à un temps de chargement assez long… Pareil pour ce qui est des graphismes et des décors… Si dans l’ensemble, les graphismes ne sont pas trop mauvais (voir par moment assez bien fait),  il ne s’agira que d’un bloc de pixel qui se chargera sous vos pieds, faisant saccader la console. On se croirait presque sur un jeu sorti sur Xbox 360 ou sur PlayStation 3… Pareil pour les mouvements de votre personnage. Notre détective privé semble avoir 90 ans et est aussi raide qu’un piquet…Il n’y a aucune fluidité dans ses gestes et sa démarche est souvent chaotique… C’est d’autant plus dommage que le coté technique soit à la rue, car l’ambiance et le scénario est énorme!

Pour ce qui est des combats, n’en parlons pas. Enfin si, parlons en ! Si il ne seront pas très nombreux, vous allez mettre très longtemps pour viser avec votre arme. De plus, les “malbêtes“, ces araignées mi-humaine mi-dégueulasse, se déplacent assez vite, alors n’espérez pas vous en débarrasser grâce à votre arme de mêlée car vous n’avez pas fini. Quatre coups sur cinq finiront dans les murs ou dans les poubelles et votre adversaire vous aura déjà blessé (ou tué) deux ou trois fois. Du coup, on passera chaque combat à utiliser des soins pour ne pas mourir bêtement et devoir se taper à nouveau un temps de chargement… Quoi ? vous ne croyez tout de même pas que le jeu allait vous faire respawn juste devant le bon bâtiment tout de même ? Le jeu préférera vous faire réapparaître à l’opposer du lieu du crime, enfin plus précisément devant le dernier endroit visité et celui-ci se trouve très rarement à proximité de l’endroit que vous étiez en train d’explorer.

https://www.amazon.fr/gp/search/ref=as_li_qf_sp_sr_tl?ie=UTF8&tag=gnp-21&keywords=The Sinking City&index=aps&camp=1642&creative=6746&linkCode=ur2&linkId=8e4b66cc64c1b5b22e067fee83ef730e

Comme si le calvaire n’était pas suffisant, après chaque indice vous devrez ouvrir la carte ou le carnet de note. Une fois encore, entre le moment ou vous appuyez sur la touche correspondante (pas du tout adaptée) et le moment ou l’écran s’affiche, il peut s’écouler de nombreuses secondes. Le passage d’un menu à l’autre prend un temps pas possible et on aurait aimé avoir un raccourci pour naviguer plus rapidement.

Ce qui pourra aussi vous démotiver sera le manque d’expression du personnage principal. À aucun moment vous ne pourrez discerner dans sa voix ou dans son visage (semblable à celui de Rocky à la fin d’un combat contre Apollo Creed) une différence de ton. Pendant les phases de dialogues à choix multiples, Charles Reed restera de marbre quoi qu’il arrive et toutes les conversations deviendront de plus en plus ennuyeuses au fil du temps…

Conclusion

The Sinking City nous a fait baver avec ces nombreuses vidéos, mais une fois le jeu en main, tout est différent. Le titre de Frogwares et BigBen cumule les fausses notes et même si l’ambiance Lovecraftienne est omniprésente, il souffre de beaucoup trop de défauts techniques pour être agréable. Graphiquement mal optimisé, son personnage raide, sa maniabilité effroyable et le manque d’expressions du personnage n’arrange rien à son calvaire. Le studio nous annonçait un jeu d’horreur et d’investigation, on a encore du mal à comprendre si il s’agit d’une mauvaise blague ou d’un hors sujet total… C’est dommage, car l’ambiance Lovecraftienne est bien présente et le titre propose quelques bonnes idées ici et là!

The Sinking City

5

Note

5.0/10

POINTS POSITIFS

  • Ambiance Lovecraftienne bien présente
  • Durée de vie plutôt correcte
  • Quelques bonnes idées ici et là

POINTS NÉGATIFS

  • Une liberté pas si évidente
  • Un personnage principal sans charisme et bien trop raide
  • Beaucoup trop de temps de chargement
  • En retard graphiquement
  • Interface à la rue

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire