Japan Expo 2019 – Faire vivre le Cinéma japonais en France.

les saisons hanabi

Samedi 6 juillet 2019 se tenait à la Japan Expo une conférence en compagnie des représentants de trois grandes maisons de distributions de films en France, spécialisées dans le cinéma japonais : Eric Lebot (Arthouse films), Alexandre Cerf (Wildbunch) et Cindy Brevignon (All the Anime). Quels sont les obstacles auxquels les films japonais doivent se confronter avant d’arriver dans nos salles obscures  ?

cinéma japonais 2
De droite à gauche : Éric Lebot, Cindy Brevignon, Alexandre Cerf.

Le Cinéma japonais en France – une prise de conscience.

Tout commence au début du nouveau millénaire. En l’an 2000 sort en France Princesse Mononoké dans les cinémas français, la suite de l’histoire on la connaît. La production sortie tout droit des studios Ghibli et de l’imaginaire de Hayao Miyazaki rencontre un public curieux et parfois émerveillé, notamment en France, cumulant 757 870 entrées au total cette année.

Ce qu’on connaît moins bien, c’est qu’il s’en est fallu de peu pour que Princesse Mononoké ne sorte jamais sur nos écrans. Éric Lebot raconte.

princesse mononoké“À l’époque, on avait ce film dont on ne savait pas quoi faire, qui s’appelait Princesse Mononoké. Après le visionnage du film les décideurs n’étaient pas convaincus de son potentiel, en disant qu’il n’allait pas rencontrer son public. On a même envisagé de raccourcir le film qui dure deux heures. Au final, Ghibli a fait pression pour qu’on garde le film en l’état et il a connu le succès qu’on lui connaît par la suite.” – Éric Lebot, dirigeant de Art House Films, Japan Expo 2019

Bien que le succès reste modeste, le statut d’oeuvre incontournable du film se forgera au fil des années et avec la sortie en VHS du film. Le conte de Ashitaka et de San avait planté une graine qui germera un an plus tard et la sortie du phénomène mondial que représente Le voyage de Chihiro. Le film des studios Ghibli est un tsunami qui déferle sur le Cinéma mondial, ayant remporté de multiples récompenses dans les festivals de Cinéma tel que l’Oscar du meilleur film d’animation en 2003.

Il représente le plus grand succès au box-office japonais, dépassant par là même Titanic, et est classé par le Washington Post dans la liste des plus grands films du vingt-et-unième siècle. Le terme dessin animé, souvent employé de manière péjorative pour désigner une œuvre pour enfant, s’efface et laisse place au terme plus positif film d’animation, mettant en lumière le changement de perception du genre parmi les médias et les non-initiés.

Parmi ceux qui ont reconnu le potentiel de ce Cinéma qui propose une alternative au géant qu’est Disney, on compte certaines maisons de distributions françaises telles que Art House Films, Wildbunch et All the Anime.

Quoi de neuf pour les films d’animations japonais en 2019 ?

Tout d’abord, il est enthousiasmant de constater que l’offre en France concernant les films japonais s’est diversifiée depuis vingt ans. Cela se vérifie encore cette année par exemple avec la sortie prochaine de nombreux films japonais en France parmi lesquels trois films d’animations : I want to eat your pancreas, Le mystère des pingouins et Ride your wave, présentés lors de la convention.

le mystère des pingouinsLe mystère des pingouins s’attarde sur l’histoire d’Aoyama, un jeune garçon qui voit un jour l’apparition d’un grand nombre de pingouins dans sa ville. Personne ne sait pour quelle raison ces derniers se sont installés dans leur commune. Aoyama accompagné de ses amis, va tenter de lever le voile sur cette énigme.

ride your waveRide Your wave suit l’histoire de Hinako et Minato. La première emménage dans une petite ville côtière où elle rencontre Minato, un pompier qui lui sauve la vie dans un incendie. À partir de ce moment va se développer une relation amoureuse entre les deux personnages, qui s’achève brusquement lorsque le garçon meurt dans un accident. Hinako devra alors apprendre à composer avec son deuil douloureux et la réapparition inattendue de son être cher récemment perdu.

IWantToEatYourPancreasI want to eat your Pancreas, du réalisateur Shô Tsukikawa nous raconte l’histoire de Boku, qui un jour à l’hôpital tombe sur le journal intime d’une de ses camarades de classe Sakura. Le protagoniste découvre alors qu’elle est atteinte d’un cancer du pancréas en stade terminal. À partir de ce moment, il va tenter de lier des liens d’amitiés avec la jeune malade malgré le peu de temps qu’il leur reste.

Étendre et faire coexister le Cinéma japonais en France.

Lorsqu’il s’agit d’aborder le sujet du cinéma étranger en France, il faut prendre en compte deux acteurs majeurs : le CNC (Centre national du Cinéma et de l’image animé) tout d’abord puis les exploitants de cinémas. Ces deux entités sont celles qui influent le plus sur le processus de diffusion des films en France.cinéma japonais

  • Le CNC qui a en charge de préserver la production cinématographique en France, met en place des quotas de films étrangers autorisés à être diffusés en France chaque année.
  • Les exploitants de salles (UGC, Gaumont Pathé, exploitants locaux) sont ceux qui achètent les films qui seront diffusés dans les salles qu’ils possèdent.

Si il est difficile de proposer des films japonais en France, c’est parce que ces mêmes films sont en compétition permanente avec d’autres productions étrangères et notamment Disney qui possède un monopole écrasant sur le cinéma d’animation. À côté de cela, il existe la nécessité pour les distributeurs de convaincre les exploitants de salles du potentiel des films d’animations qu’ils vendent. Ce dernier point explique le délai d’attente entre la diffusion initiale au Japon et l’apparition d’un film d’animation dans les salles françaises.

Certes le travail des distributeurs est facilité aujourd’hui grâce aux jalons posés par Princesse Mononoké, Le voyage de Chihiro mais aussi Your Name qui a prouvé que des films d’animation japonais autre que ceux de Miyazaki peuvent rencontrer un succès en salle.

Suite à l’apparition croissante de films japonais en France ayant rencontré un succès en salle, des initiatives telles que la création du festival de cinéma japonais « Les saisons Hanabi » ont fait leur apparition.les saisons hanabi

En somme, les spectateurs ont eux aussi leur rôle à jouer dans ce processus de démocratisation du cinéma étranger en France. L’offre suivant la demande, c’est en prenant individuellement l’initiative de demander la diffusion des films que l’on souhaite voir au cinéma que les œuvres filmiques japonaises pourront de plus en plus être mise en avant dans nos salles de cinéma. Ainsi s’achève notre dossier sur le cinéma japonais en France, restez connectés pour vous informer des dernières news sur GeekNplay !

►►►Japan Expo 2019 – Un vingtième anniversaire réussi !
►►►Japan Expo 2019 – Une journée idéale avec GeekNplay.
►►►Japan Expo 2019 – Que vaut My Hero Academia saison 4 ?
►►►Japan Expo 2019 – Découvrez la maquette avec Anigetter !
►►►Avis – Tokyo Ghoul S, le film live sur le manga éponyme !
►►►Japan Expo 2019 – L’art dans Samurai Shodown.
►►►Avis – The Saga of Tanya the Evil : Le film.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire