CRITIQUE – Hellfest Metal Vortex

Partager sur les réseaux sociaux :


Critique Hellfest Metal Vortex

Tenter de retranscrire sur papier l’esprit si particulier d’un festival de musique extrême fut le pari des éditions Rouquemoute en juin 2021. Après avoir obtenu l’aval de Ben Barbaud, fondateur du Hellfest, Maël Nonet et Amal Azzi ont pu crée la collection Hellmoute. En réunissant Fabrice Hodecent et Jorge Bernstein au scénario ainsi que Pixel Vengeur au dessin, les éditeurs ont crée une bande dessinée d’un genre nouveau. De ces 3 caractères bien trempés est né Hellfest Metal Vortex. Une bédé au style graphique remarquable, qui fleure bon le houblon et propose un scénario complètement barré avec son lot de jeux de mots improbables et de blagues potaches. Est-ce que la mayonnaise est réussie ? Le titre saura-t-il plaire à la fois aux métalleux et au grand public ? L’esprit du festival est-il bien présent ? Pour répondre à ces questions, Geeknplay a eu la chance de découvrir en exclusivité Hellfest Metal Vortex en eBook dans son édition Mort’Hell avant sa publication prévue fin mai début juin.

Critique Hellfest Metal Vortex

Le logo Hellmoute a été créé par Mush, graphiste démiurge du Hellfest.

Aaaahh le Hellfest. Evénement mythique se déroulant à Clisson et qui rassemble les amateurs de musique extrême et de plus en plus de curieux. En effet, depuis 2006 l’intérêt pour le festival du mois de juin ne désemplit pas. Suite aux annulations dues au covid l’événement accueillera même une double édition pour ce cru 2022. Heureux sont ceux qui ont pu se procurer leur pass qui se sont vendus en un temps record. Si la musique représente l’intérêt principal du Hellfest, il faut bien avouer que le cadre proposé par les organisateurs Benjamin Barbaud et Yoann le Nevé est également très attractif et contribue grandement à la notoriété du lieu… Ce qui permet au Hellfest d’avoir un public hétéroclite où se mêlent toutes les catégories sociales de 5 à 95 ans. Avec ces 6 scènes monstrueuses et ses lieux emblématiques, tout le monde peut y trouver son compte… fan de métal ou pas. Un état de fait que Hellfest Metal Vortex tente de recréer tout au long de ses 83 pages.

Un scénario bien barré

Critique Hellfest Metal Vortex « Une étrange malédiction a frappé les terres tonitruantes de Clisson. Le Hellfest, lieu de pèlerinage des métalleux, s’est transformé en terrain de mini golf géant. Pour Mike, Barbara et Loud, l’autoproclamée Horde des Enfers, le métal doit revenir abreuver les vignes de Muscadet. D’autant plus que ces derniers n’y sont pas pour rien dans la disparition d’une icône du festival… »

L’album commence ainsi en montrant nos héros losers tentaient une petite messe noir (bio) au cœur même du site du Hellfest, au pied d’une statue érigée en 2016 en hommage à un chanteur emblématique du Heavy Metal que personne n’a oublié. Leur petite cérémonie insuffle la vie à la statue de 13 mètres de haut. Mais celle-ci disparait peu de temps après, emmenant avec elle l’âme damnée Metal de la terre toute entière.
Ainsi, 1 an plus tard, le Hellfest est devenu un terrain de mini golf géant! Le cœur des musiques extrêmes s’étaient tues. La horde des enfers composée de nos 3 protagonistes arriveront-ils à réparer leur grosse gaffe ? Le chemin risque d’être compliqué pour nos trois bras cassés. Mais l’esprit du Metal et des concerts les anime et leurs volontés pourraient bien triompher de toutes les embuches. Ils pourraient bien rencontrés des leaders emblématiques de scènes extrêmes au cours de leur rédemption rock. (et non pas pop, même si pop redemption a également le Hellfest comme toile de fond… Mais là, on s’égare. Quoique…). Bref, nous n’en dirons pas plus concernant le scénario de cette bande dessiné afin de ne pas vous spoiler et vous laisser découvrir une histoire originale et amusante.

Critique Hellfest Metal Vortex

 

De jolies planches au service d’un scénario sympathique qui fera travailler vos zygomatiques

Critique Hellfest Metal VortexLe trait de Pixel Vengeur colle parfaitement avec l’esprit que comptait insufflait les auteurs. L’esprit de Fluide Glaciale plane ainsi sur l’ouvrage ce qui n’est pas pour nous déplaire. Si les personnages sont assez caricaturaux à la fois physiquement et mentalement, ils sont finalement assez attachants. Le genre de personne décérébré que l’on peut effectivement croisé durant les festivals. Malgré cette dimension qui pourra peut être rebuté les personnes se prenant un peu trop au sérieux (les trves métalleux), il faut bien avouer que certaines planches sont très réussies. Toute personne ayant mis les pieds au Hellfest retrouvera avec joie les décors somptueux du festival qui enchantent les visiteurs année après année.

Dans ses compositions, le trait de Pixel Vengeur est plus précis et le souci du détail est remarquable. Il en va de même avec les personnalités facilement reconnaissable bien que caricaturé. Nous tairons leur nom, mais sachez que les multiples genres du Metal sont belle et bien représentés. Du Heavy au Thrash, en passant par le Doom, le Death, le Black, etc… La sélection a du être drastique mais elle a le mérite d’être hétérogène et saura parler au fan et amusera l’amateur curieux qui reconnaitra certaines figures emblématiques.

Dommage qu’elles soient peut être un peu trop caricaturales parfois, les faisant passer pour des types encore plus tarés que nos 3 anti héros ! Il faut le faire ! Bon, c’est vrai qu’ils ont perdu leur « mojo » et ne sont, finalement, que l’ombre d’eux même. Mais, il faut bien avouer que l’irrévérence est bien présente ! Tant pis pour le respect, tant mieux pour l’humour. En outre, le narrateur représenté par le squelette emblématique avec son bandana arborant l’emblème du festival fourmille de détail et reste le plus charismatique des protagonistes.
Enfin, les clins d’œil et jeu de mots sur l’univers métal sont omniprésents et feront certainement mouches auprès des fans du genre.

Critique Hellfest Metal Vortex

Une campagne kickstarter qui bat son plein

Critique Hellfest Metal Vortex

Pixel Perfect

Il vous reste 29 jours pour précommander Hellfest Metal Vortex. En cadeau, un max de goodies ! Ainsi, le pack album vous coutera 20€ (+5€ de fdp) et vous permettra d’obtenir 2 stickers exclusifs !
D’autres offres permettent de découvrir les autres œuvres des auteurs éditées par Roquemoute. Le coffret Collector Mort’Hell quant à lui propose l’album composé de 128 pages sur papier offset 140g dont un Cahier additionn’hell de 40 pages racontant les coulisses du projet, agrémenté d’un dossier thématique sur les musiques extrêmes et les liens qui unissent le metal et la BD. Un supplément riche en information qui se lit avec plaisir. Le coffret en lui-même est en impression quadri + dorure argent, rembordage sur carton 25/10e doublé en tête et pied. Enfin des « goodies » sont glissés dans un étui et contient des affiches ainsi que des stickers, un marque page et un ex-libris. Vous aurez même un ticket de loterie qui vous permettra, peut-être de gagner l’un des 3 tirages grand format de l’album. L’édition Mort’Hell coutera 66€6 à sa sortie

Rendez-vous à cette adresse pour découvrir les autres packs, participer (éventuellement) à la campagne de financement et surtout, découvrir les premières planches de Hellfest Metal Vortex.

Conclusion

Hellfest Metal Vortex tente de réunir tous les éléments pour nous amuser et nous faire passer un bon moment. Le pari est finalement réussi. Un peu comme durant le Hellfest, il faut savoir poser son cerveau, ouvrir ses shakras et se laisser emporter par l’ambiance. L’ouvrage se veut accessible à tous comme le festival en somme. Cela risque de calmer la joie des plus sérieux des métalleux… tant pis pour eux. Car, il ne faut pas se prendre la tête et savoir s’amuser. Ainsi, la collection Hellmoute commence fort avec cet ouvrage. Nous ne pouvons que vous encourager à jeter un œil à cette bédé bon enfant. Et ce, que vous connaissiez ou non le metal et le hellfest. Hell yeah !

Hellfest Metal Vortex

6.7

Note

6.7/10

POINTS POSITIFS

  • Une bédé accessible à tous
  • L’esprit Hellfest bien présent
  • Les dessins de Pixel Vengeur
  • L'humour

POINTS NÉGATIFS

  • Pas assez "thrash"
  • Trop accessible et bon enfant
  • Parfois trop caricatural
Qu'en pensez-vous ?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

yancha

Rédacteur avec pas mal d'XP au compteur ayant grandi avec les bornes d'arcades à l'ère 8 et 16 bits.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire