Avis – The Saga of Tanya the Evil : Le film

tanya-the-evil-film-visual

Le film d’animation se déroulant dans l’univers de The Saga of Tanya the Evil a été diffusé pour la première fois en avant-première hors du japon à la Japan Expo 2019. L’équipe de la rédaction a donc profité de son déplacement lors de la convention pour obtenir une place et vous livrer notre avis sur le film dont la date de sortie en Bluray est prévue pour Août 2019 !

The Saga of Tanya the Evil – The Movie de son titre original Gekijouban Youjo Senki (Les chroniques militaires d’une petite fille) fait directement suite à la série d’animation développée par le studio NUT. Ainsi, le long métrage de 1h30 reprend la même équipe d’animateurs que pour les 12 épisodes que composent la série animée. Sortie initialement le 2 Février 2019 au Japon en salle de cinéma, l’œuvre n’avait encore jamais été diffusée hors du territoire nippon jusqu’à la séance qui eu lieu lors de la Japan Expo 2019. Ainsi, cette critique de film s’attarde sur certains éléments d’intrigues de l’histoire principale, il est donc conseillé d’avoir visionné la série animée dont est tiré le film pour pouvoir pleinement apprécier l’article. **ATTENTION SPOILER**spoiler

Tanya the Evil : qu’est-ce que c’est ?

Tout d’abord faisons un point rapide sur l’histoire. The Saga of Tanya the Evil est une série de romans japonais adaptés successivement en manga à partir d’avril 2016 puis en série d’animation en janvier 2017.

tanya first deathL’histoire commence en s’attardant sur la vie d’un quarantenaire japonais de notre monde. Ce dernier est un cadre moyen travaillant pour une grande entreprise japonaise inconnue. En outre, cet homme a pour particularité d’être un sociopathe, cynique, rationaliste et athée, prêt à tout pour monter les échelons dans la hiérarchie de son entreprise. Cependant, ses plans de vie prennent fin prématurément lorsque ce dernier meurt sur les rails du métro, poussé par un employé qu’il a nouvellement licencié. L’histoire ne s’arrête pas là puisque à l’heure de sa mort, Dieu lui apparut et décida de le punir des actions passées que le héros à commis ainsi que châtier son manque de foi envers Dieu. Pour ce faire, l’entité divine va faire en sorte de réincarner le quarantenaire japonais dans une version alternative de l’Europe du xxé siècle, dominée par la magie et la guerre, afin de lui apprendre l’humilité et le faire se tourner vers Dieu.

Tanya Degurechaff : plus têtu, tu meurs.

Bien entendu rien n’est aussi simple puisque, le personnage qui se nomme désormais Tanya Degurechaff, une petite orpheline de l’empire, a gardée en mémoire tous les souvenirs de sa vie passée. De ce fait, loin de s’avouer vaincue, elle va désormais tout faire pour se sortir de sa situation où l’a introduit le tout-puissant. Ne reconnaissant toujours pas l’existence de Dieu, qu’elle nomme « l’Être X », Tanya se découvre des pouvoirs magiques, et décide à l’âge de ses 7 ans de s’engager dans l’armée en tant que mage de combat.

Son but ? Monter les échelons de l’armée afin de vivre une vie facile loin du danger et du besoin afin de faire un pied de nez à Dieu qui l’a pourtant réincarner dans ce corps petit et fragile, promise à la misère dans une Europe en guerre. Bien entendu, tout ne se passera pas comme prévu pour Tanya, qui va devoir faire face à la guerre en Europe qui escalade dans a violence et Dieu qui met systématiquement des obstacles sur la route de Tanya.

Tanya the Evil – The Movie : Le massacre continue.

tanya snowLe film The Saga of Tanya the Evil prend place immédiatement à la fin de la série animée lorsque les forces de l’Empire finissent par vaincre l’armée de la “République françois” (France). Sans dévoiler trop d’éléments sur l’histoire, sachez que le déroulé de l’intrigue à l’image de la série mêle des événements qui ont bel et bien eu lieu dans notre monde, aussi bien lors de la première que durant la seconde guerre mondiale. Le cadre privilégié par le film sera la “Russy” inspirée de l’opération Barbarossa qui vit s’affronter dans notre monde l’Allemagne nazie et l’URSS pendant la seconde guerre mondiale.

tout d’abord, le fait d’avoir mis à contribution la même équipe de développement sur l’animation de la série ainsi que sur le film permet d’obtenir une certaine continuité. Les fans de la série animée ne seront donc pas dépaysés. Sur ce point The Saga of Tanya the Evil est une vraie réussite. En effet le film de 1h30 est, à l’image de la série d’animation, un pur condensé d’actions frénétiques de bout en bout assez jouissif à visionner. Que ce soit grâce au soin accordé au décor mais aussi les angles de vue très dynamique qui ont été choisis pour illustrer les phases de combats, aériens en majorité, ne sera pas sans rappeler à certains l’anime l’Attaque des Titans, dans son approche de l’action, qui use aussi du même procédé. Ajoutons à cela une bande sonore orchestrale et un chœur baroque qui soulignent l’ampleur des combats à merveille.

The Saga of Tanya the Evil : She is NUTs

Ensuite, l’animation des personnages à fait l’œuvre, on l’imagine, d’un travail important de la part du studio NUT dans le développement du film. En effet l’histoire ce concentre sur Tanya et un petit noyau dur de personnages. La création de personnages fort et marquant devient donc capitale si l’on souhaite accrocher pendant longtemps l’attention du spectateur. Sur cet aspect, le film relève le défi à moitié, puisque la plus grande force du film devient aussi sa plus grande faiblesse : Tanya elle-même. Le personnage principale de l’intrigue, dégage une telle présence à l’écran qu’elle éclipse tous les autres apparitions de personnages, il est donc assez difficile de trouver une seule personne qui se démarque dans le film en dehors de l’héroïne de l’intrigue.

Pour finir, un autre aspect à aborder de l’histoire de Tanya et que le film d’animation fait très bien, tout comme la première série animée, c’est de retranscrire le caractère chaotique des combats. Plongée au coeur des affrontements, on ressent les efforts du protagoniste pour ordonnancer dans l’urgence permanente son groupe de soldats toujours au bord de l’anéantissement. Toutefois là où le film et l’animé se distingue le plus de l’œuvre original et du manga, c’est dans l’esthétique des personnages totalement différent de ce que nous propose les illustrations papiers, ce qui à ce jour reste encore difficilement compréhensible et justifiable aux yeux des lecteurs de la série.

Youjo-Senki-Wallpaper
Tanya et son adjudante Visha

De la difficulté de crée une adaptation : Tanya est une pacifiste ?

Par ailleurs, on l’a abordé plus haut, un des choix incompréhensible de la série et du film d’animation The Saga of Tanya the Evil consiste dans le choix du chara-design des personnages, qui se distingue de ce qui est visible dans le manga. Ce qui pourrait n’être qu’un détail en soi. Toutefois, le changement d’apparence des personnages n’est pas anodin, puisque il s’accompagne bien souvent par des changements au niveau de leur caractère, pour au final influer l’histoire raconté.

En revanche, le but n’est pas ici de faire une comparaison entre le manga et la série d’animation que compose les 12 épisodes et le film. Toutefois, force est de constater que là où le manga et le Light Novel réussissent, l’anime échoue à le faire. On l’a dit, The Saga of Tanya the Evil le film est un pur divertissement jouissif de 1h30 qui fait se succéder les scènes épiques et les affrontements. Néanmoins, il est regrettable de constater qu’entre chaque phase d’action, les moments de répits où les personnages échangent de manière plus calme sont inintéressants au possible. Ainsi cette faiblesse, le film le doit en partie à ses personnages qui ne collent pas à l’image qu’on en dépeint au départ dans les œuvres papiers.

L’exemple le plus frappant reste encore celui de Tanya. Alors que le protagoniste de l’histoire est une sociopathe qui a du mal à gérer les interactions sociales, la série et le film d’animation l’ont réduite à la figure d’une psychopathe. La nuance peut paraître subtile mais elle ne l’est pas. Dans le premier cas Tanya est une personne qui a tout simplement du mal à communiquer ce qu’elle ressent à son entourage, ce qui mène souvent à des quiproquos extrêmement drôles entre ce que tente d’exprimer Tanya à l’oral et ce que les autres en comprennent, souvent à l’opposer de ce que Tanya cherchait à dire. Il n’en demeure pas moins qu’elle a des sentiments.

De plus, la façon dont l’oeuvre écrite aborde le sujet de la guerre ainsi que des questions épineuses comme la moralité sur les champs de batailles est magnifié par notre héroïne qui le plus souvent fait part de son propre point de vue original parfois en miroir d’un autre personnage. Ce qui donne lieu à des échanges intéressants et qui accorde de la profondeur à l’intrigue et de la nuance au personnage de Tanya qu’on pourrait penser au départ insensible, mais qui gagne en complexité.

Tandis que dans le film, en plus du fait que les interactions entre personnages sont plus pauvres que dans le manga, la protagoniste est une personne assez froide et distante, que ce soit avec ses supérieurs de l’État major ou bien avec ses subordonnés. En plus d’en faire un personnage plus reclus auquel il est difficile d’accorder notre sympathie, Tanya donne l’image d’être une psychopathe assoiffée de sang, qui n’accorde pas d’importance à la vie humaine qu’elle fauche sans aucun remord sur le champ de bataille.

Ce dernier point est particulièrement important puisqu’il change radicalement le chemin que prend le film vis à vis de l’œuvre papier. En effet il est plutôt difficile de croire Tanya quand elle dit être pacifiste, lorsque cinq minutes plus tard cette dernière se retrouve au-dessus d’un champ de bataille à rire comme une folle en hurlant « exterminez-moi ces chiens de communistes » !

Bande Annonce The Saga of Tanya the Evil le film Crunchyroll

Conclusion pour The Saga of Tanya the Evil : Le film

The Saga of Tanya the Evil le film, à l’image de l’adaptation animée de la série propose une action rythmée et maîtrisée. Le jeu d’actrice d’Aoi Yuki qui prête sa voix à l’héroïne explose littéralement l’écran et porte le casting vers le haut. Mis à part l’aspect visuel du long métrage, très soigné, la bande sonore transcrit bien l’atmosphère de chaque scène sans être mémorable. En contraste, on pourrait regretter le parti pris du studio NUT de s’éloigner délibérément de l’intrigue original de l’oeuvre, appauvrissant le message anti-guerre de la série . Ce film d’animation ne conviendra pas à ceux qui ne sont pas fans des films d’actions pur jus. Si toutefois vous êtes fan des films de guerre, celui-ci méritera certainement votre attention. Pour autant On ne pourra que vous conseiller à tous la lecture des romans ou du manga qui enrichissent tout ce qui est traiter dans le film.

►►►Japan Expo 2019 – Un vingtième anniversaire réussi !
►►►Japan Expo 2019 – Une journée idéale avec GeekNplay.
►►►Japan Expo 2019 – Faire vivre le Cinéma japonais en France.
►►►Japan Expo 2019 – Que vaut My Hero Academia saison 4 ?
►►►Japan Expo 2019 – Découvrez la maquette avec Anigetter !
►►►Avis – Tokyo Ghoul S, le film live sur le manga éponyme !
►►►Japan Expo 2019 – L’art dans Samurai Shodown.

The Saga of Tanya the Evil

7.5

Scénario

5.5/10

Aspect visuel

9.0/10

Bande sonore

7.5/10

Ambiance

8.0/10

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire